Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
septembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

stoner

  • GroupeQueen of the Stone Age
  • Album Villains
  • SortieJuin 2017
  • Label : Matador Records
  • Style :  Desert Rock / Rock / Psycho Rock / Rock’N’Roll
  • Site Web : www
  • Note : 17/20

Un bail que je n’avais écouté un album de QOTSA! Je m’étais arrêté à Era Vulgaris, paru en 2007. De là à dire que cela fait 10 longues années que je n’avais pas écouté un album de Josh Homme, c’est sans doute vrai, car je ne sors pas souvent les albums du groupe de ma cdthèque.

Alors est-ce que je peux fêter dignement mes retrouvailles avec Queen of the Stone Age après avoir fait l’impasse total sur Like Clockwork ?

Depuis Era Vulgaris, Josh a eu des hauts, mais a surtout souvent touché terre. Heureusement son travail avec Iggy Pop semble l’avoir booster et lui a redonné le goût de faire du Rock. Le voilà donc de retour en compagnie de Mark Ronson (Allez donc regarder Uptown Funk, le tube qui sort du trou Bruno Mars).
Alors, Villains est-il enfin, le messie, l’album de QOTSA qui va détrôner ou du moins égaler le culte Songs for Deaf ?

Pour certains pas si sur. En tout cas, ce sera différent.
Et pour moi alors ?
Josh Homme, qui n’a toujours pas envie de remettre en route Kyuss, au point de mettre des bâtons dans les roues de ses ex copains, a décidé de proposer un album plus doux, plus cool. Le son est moins crade que par le passé et les titres sont plus Rock’N’Roll, plus Pop aussi pour certains. Le premier titre, « Feet Don’t Fail Me » respire Blur ou Gorillaz. Ça sonne très British. Étrange. Ce sera le seul.

L’album est clean, propre, même dans le mix, dans la prod signée Mark Ronson. De là à dire que ça respire la joie…

On a envie de danser, ça swing, comme sur « The Way You Used to Do ». On en veux encore des compos comme celle-ci. « Head Like a Haunted House » resservira le couvert, mais de façon plus Rockabilly. C’est la vie !
Les titres passent et on oublie totalement le coté brumeux, voir malsain de certains  titres issus des albums précédents. Justement « Fortress » parait doux et réconfortant.
La production, vraiment parfaite, rend la basse incroyable, c’est un plaisir de l’entendre ronfler de cette façon.
Enfin l’album se conclu par un « Villains of Circumstance » absolument mystique.

En entamant l’écoute de Villains, je ne pensais pas y prendre autant de plaisir. Je ne vous dirai pas que ce nouvel album égal Songs for the Deaf, car il est trop différent. Il n’empêche que l’album de Josh Homme est désormais selon moi l’un des meilleurs albums du groupe.
Vivement conseillé et à écouter bien installé dans son fauteuil.


Tracklist:
01. « Feet Don’t Fail Me »
02. « The Way You Used To Do »
03. « Domesticated Animals »
04. « Fortress »
05. « Head Like a Haunted House »
06. « Un-Reborn Again »
07. « Hideaway »
08. « The Evil Has Landed »
09. « Villains Of Circumstance »

  • GroupeSparzanza
  • Album Announcing the End
  • SortieOctobre 2017
  • Label : Despotz Records
  • Style :  Hard Rock / Stoner / Metal / Rock Gras
  • Site Web : www
  • Note : 19.5/20

Whaou. Je suis long à la détente. J’adore Sparzanza et voilà seulement que je découvre leur nouvel album, Annoncing the End.
Ça va être rapide, sur cette rondelle, il n’y a rien à jeter.
Concentré de tubes, tout simplement et du début à la fin. L’amateur de Rock Gras et de Stoner trouvera immédiatement son bonheur.

Ça débute tambour battant, avec un titre éponyme, très Heavy où ça gueule même un peu. Quelle efficacité. Le son est dingue. La production est sans faille. Et ça ne s’arrête qu’à la dernière seconde « Truth is a Lie »
Si le premier titre est gros coup de poing Heavy, le groupe revient à son style de prédilection immédiatement. C’est du tout bon je vous dis.
Si il y un titre à retenir de ce Annoncing the End, c’est évidemment « Whatever Come May Be » auquel je pense. Le refrain avec une voix féminine qui accompagne Fredrik Weileby ce n’est que du bonheur et le coup de génie du sifflement façon Western… Un bijou je vous dis.

Annoncing the End que je ne découvre qu’en ce début de 2018 est clairement l’album de 2017 ! Une pépite, un must have !!
La Chronique est courte, mais je n’avais nullement envie de vous ennuyer sur des détails, puisque ce disque est parfait.


Tracklist:
01. Announcing The End
02. Damnation
03. Whatever Come May Be
04. Vindication
05. The Trigger
06. Breathe In The Fire
07. One Last Breath
08. To The One
09. The Dark Appeal
10. We Are Forever
11. Truth Is A Lie

  • Groupe : Headblaster
  • Album : Hangover
  • Sortie : 2016
  • Label : Auto-Productions
  • Style : Rock / Stoner Metal
  • Site Web : www
  • Note : 17/20

 


 

Salut ter tous ! Dites-moi, vous aimez la musique qui vous botte les fesses et vous donne le sourire, vous aimez les riffs bien gras, le bruit d’un bicylindre qui se baladerait entre vos esgourdes. Alors vous êtes au bon endroit, yes ! Car je vais vous parler, ici, d’un excellent EP, celui du groupe nordiste HEADBLASTER.

HEADBLASTER ? Mais qui sont-ce, me direz-vous ?

Hé bien c’est un groupe formé en octobre 2014 par Anthony (guitare) et Bruno (batterie), rejoint par la suite par John (chant), Thomas (guitare) et Sébastien (basse). Le combo, se disant influencé par des groupes comme PANTERA, ALICE IN CHAINS, BLACK STONE CHERRY, DOWN, CORROSION OF CONFORMITY ou encore BLACK LABEL SOCIETY, distille avec brio, un Stoner Rock enrobé de Southern Metal d’un très bon cru.

Hangover, qui est le titre de cet EP, se compose de 4 morceaux : «Blackout – Burnout», «Breaking The Law Of Silence», «Cowboys Are Not Dead» et «Hangover». Il a été enregistré au Riff Sound Studio (THE VELVET ROSES) à Crespin (59) et dispose d’un bon son, qui colle bien au style du groupe, humide, lourd, aux effluves houblonnesques ….. Rock’n’Roll quoi !

Les compos sont vraiment très bonnes, ça ronronne à merveille comme le bicylindre dont je vous parlais au début de cette chronique, ça suinte l’huile de moteur, ça secoue au rythme des pistons qui répondent aux coups d’accélérateur. Les mélodies sont bien présentes et les refrains sont efficaces, les solos sont furieusement Rock’n’Roll, ça groove sévère. Leur musique dégage une énergie Rock et entraînante qui donne une envie folle de remuer your whole body. La voix est un peu moins grave que ce que l’on a l’habitude d’entendre avec ce style et ça passe super bien.

Alors, comme c’est bon, 4 titres ça passe très vite, Ben oui ! Mais c’est une superbe carte de visite pour le groupe. Le seul petit reproche que je pourrais faire, c’est peut-être un petit manque de puissance au niveau des cœurs, mais ça ne gâche aucunement l’efficacité des morceaux.

Bref une bien belle entrée en matière pour ce jeune groupe qui m’a convaincu sans problème et qui devrait en convaincre bien d’autres. Cet EP devrait leur ouvrir des portes (sinon, faut les défoncer) et des titres comme «Breaking The Law Of Silence» et «Hangover» ont toutes les qualités pour devenir des hits et des incontournables du groupe sur scène.

Pour la petite histoire, le nom du groupe a été trouvé par Anthony, un beau jour du Hellfest 2015, alors qu’il errait sur le site après avoir vu plusieurs groupes mais aussi, après avoir descendu plusieurs pintes de bière (le nombre n’ayant pas été divulgué, je ne pourrais pas être plus précis, désolé). Le nom de HEADBLASTER lui serait alors venu a l’esprit, peut-être un message envoyé par Saint-Houblon ? Par contre, pour le titre de L’EP, nul doute qu’il l’a trouvé le lendemain au réveil.

 


Tracklist :

01. Blackout – Burnout
02. Breaking The Law Of Silence
03. Cowboys Are Not Dead
04. Hangover