Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
décembre 2019
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Jeremie D.

> Date nordiste pour la tournée **Warriors of the Road World Tour 2014** de Saxon avec en support les américains de Skid Row et d’Halcyon Way (que je ne verrais pas puisqu’ils n’avaient pas été annoncés sur les flyers et ont joué 1h plus tôt que prévu). On commence donc par Skid Row dans un splendid plein à craquer et plein de vieux hardos / bikers (des fans de la première heure sans doute 🙂 ).

 

## Skid Row

L’entrée sur scène se fait via le hit des Ramones (*BlitzKrieg Bop*) et le groupe démarre sur les chapeaux de roue avec **Slave to the Grind**. Le public suit au quart de tour et le groupe enchaîne des classiques particulièrement efficaces. Le splendid devient vite une fournaise et Skid Row déroule un set certes court mais très réussi. Les musiciens se défoncent sur scène hormis le chanteur Johnny Solinger qui apparaît un poil en retrait. Le bassiste lui fera même de l’ombre au chant lors de la reprise des Ramones (encore eux !) **Psycho Therapy** qui s’intègre parfaitement dans le set. Un petit clin d’oeil sur un titre un peu plus récent **We Are The Damed** et le groupe conclut en beauté sur le furieux **youth Gone Wild**. Très bon concert et une excellente mise-en-jambe pour la suite avec Saxon.

Skid_Row_02

 

 

### Set

1. Slave To The Grind 

2. Piece Of Me 

3. Big Guns 

4. 18 & Life 

5. Thick Is The Skin 

6. Psycho Therapy

7. Monkey Business 

8. We Are The Damned 

9. Youth Gone Wild 

 

## Saxon

Pendant les balances, le public s’avance vers la scène et la foule est vraiment dense… première fois que je vois ça au splendid. Un fan écossais fait le show en déployant un long drapeau en l’honneur du groupe. Puis les lumières s’éteignent et le **It’s A Long Way To The Top** d’AC/DC annonce le début du concert avant d’être interrompu par un bruit de moteur qui envoie **MotorCycle Man** dans la face et le public s’enflamme immédiatement. L’ambiance est électrique et Biff ballade sa grande classe sur la scène en s’avançant pour saluer les fans. Petit incident technique sur **Power and the Glory** où Paul Quinn aura des soucis de guitare… et on voit là l’expérience du groupe ou Biff fait un petit discours avant que Doug Scarrat enclenche un solo de gratte histoire de nous faire patienter. Une fois calé, le groupe reprend son set avec ses grands classiques **Wheels Of Steel**, **Strong Arm Of The Law**, **Princess of the Night** tout en incluant des titres plus récents **Sacrifice**, **Lionheart**. Tout est parfaitement exécuté, le son est nickel et le splendid est complètement déchaîné. Le set se termine sur **Princess of the Night** et le public a à peine le temps de reprendre son souffle que le rappel sonne avec les énormes **Wheels of Steel**. **Denim and Leather** et finalement **Never Surrender** achève tout le monde pour un concert mémorable ! 

Saxon_04

Saxon_01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

## Set

1. Motorcycle Man

2. Sacrifice

3. Power and the Glory

4. Solid Ball of Rock

5. Lionheart

6. Strong Arm of the Law

7. I’ve Got to Rock (To Stay Alive)

8. And the Bands Played On

9. Forever Free

10. Frozen Rainbow

11. Heavy Metal Thunder

12. Suzie Hold On

13. The Eagle Has Landed

14. To Hell and Back Again

15. 747 (Strangers in the Night)

16. Crusader

17. Princess of the Night

18. (Encore) Wheels of Steel

19. (Encore) Denim and Leather

20. (Encore) Never Surrender 

 

Merci à Roger pour l’accréditation photo.

Passage très attendu des polonais de **Behemoth** sur Lille qui conclut une année où le groupe a arpenté les festivals les plus célèbres et a tourné un peu partout dans le monde. Pour cette première date après la tournée anglaise, le groupe s’est adjoint le support de **Bliss of Flesh** et de **The Great Old Ones**.

 

## Bliss of Flesh

La salle est encore un peu clairsemée lorsque débute le set des calaisiens de **Bliss of Flesh**, il s’agit d’un black / death super efficace et furieux. Le groupe arrive à réveiller le public engourdi par le froid polaire pour avoir attendu loooooooonnnguuuemmment dehors l’ouverture des grilles. Le chanteur assure vraiment le show par son regard complètement halluciné et ses *provocations* parfois verbales (*vous avez été un super public d’enculés*) ou son lancer de bouteilles d’eau à ras de scène (failli me faire headshot 🙂 ). À coté de lui, le reste des musiciens semble super appliqué mais un peu transparent comparé à l’activité du frontman. Ceci-dit l’entrée en matière est très bonne pour la suite !

BlissOfFlesh_01

### Set

1. Intro

2. Possessed

3. A.M.E.N.

4. Apokalyptik Fields

5. Black Procession

6. Disciple

7. Pariah

 

## The Great Old Ones

Changement d’univers avec le deuxième groupe qui répondra à mon interrogation de la soirée: que fait ce back-drop de Lovecraft sur la scène de l’Aéronef ? **The Great Old Ones** tire sa musique de l’univers de Lovecraft et ça se ressent particulièrement sur leur show: minimaliste, tout en contre-jour avec les jeux de lumìère, lourd, pesant, froid… on est inéluctablement happé par ce set et les 3 guitares se combinent parfaitement. Moins féroce que la première partie, l’ambiance est vraiment glaciale et lourde (me faisant penser à **Sup** pour leur approche), c’est vraiment tout bon et le public valide cette musique plutôt expérimentale !

TheGreatOldOnes_01

### Set

1. Antarctica

2. Visions Of R’lyeh

3. The Elder Things

4. Jonas

5. The Truth

 

## Behemoth

Énorme attente de ma part (et d’une grande majorité de spectateurs) car ça sera la première fois que je vois Behemoth en salle et sur un set plus consistant que ce qui se fait habituellement en festival. Behemoth ouvre le show sur **Blow your Trumpets Gabriel** avant de mettre le feu à l’Aéronef et au public avec **Ora Pro Nobis Lucifer**. Les hostilités étant lancées, Nergal et. al. déroulent un set bulldozer qui fait la part belle au dernier album tout en incluant les hymnes les plus célèbres (**Conquer All**, **Slaves Shall Serve**, **Christians to the Lions**…). Scéniquement tout y est: feu, encens, symboles et le groupe se donne à fond et la fosse lui rend bien: Nergal a un regard possédé tandis qu’Orion impose sa présence et son physique. Petit bémol toutefois, je trouve Nergal assez froid, l’ayant vu plutôt bavard habituellement: ainsi pas de discours sur les intros de **Conquer All** et **Christians to the Lions** ni sur le final de **Chant for Eschaton 2000**. Hormis ce point tout est très à sa place, le son (voix claire un poil en retrait) et l’ambiance dans l’Aéronef. Petite suprise avec une chanson polonaise d’un groupe punk (Siekiera) et cette version revisitée s’intègre parfaitement dans le set. Le set progresse vers son final en apothéose avec le triptyque **At The Left Hand Ov God** et le deuxième batteur tout ensanglanté, **Chant For Eschaton 2000** et enfin le rappel tout en profondeur de **Ô Father Ô Satan Ô Sun** et sa deuxième partie parlée avec tous les membres du groupe qui ont enfilé leur masque noir cornu. Vraiment rien à jeter sur le set, tout était parfait et on peut juste regretter le fait que le show ait laissé peu de place à l’improvisation tant tout semblait parfaitement cadré. 

 

 

Behemoth_03

### Set

1. Blow Your Trumpets, Gabriel

2. Ora Pro Nobis Lucifer

3. Conquer All

4. Decade Of Therion

5. As Above So Below

6. Slaves Shall Serve

7. Christians To The Lions

8. The Satanist

9. Ov Fire And The Void

10. Furor Divinus

11. Ludzie Wschodu (Siekiera)

12. Alas, Lord Is Upon Me

13. At The Left Hand Ov God

14. Chant For Eschaton 2000

15. (Encore) Ô Father Ô Satan Ô Sun

 

Remercions Fred et Garmonbozia pour l’accréditation photo.

Cet événement a été organisé par *Blue Lightning* (et Nico en particulier) et avait réuni un petit ensemble de groupes locaux venu en support de **Serenity**.

 

## Tryskelion

Avec un peu de retard par rapport au planning initial, le groupe **Tryskelion** ouvre le festival. Il s’agit d’un groupe de metal symphonique (le plus jeune du festival) qui vient de Boulogne. Malgré un line-up assez instable (dernier concert de la bassiste et arrivée de Thomas en guitariste), la prestation est plus que correcte, il y a quand même quelques pains mais globalement la prestation est très dynamique et leur musique très efficace.

 Tryskelion_01

### Setlist

1. Into The Mirror

2. Beyond

3. Boundless Road

4. The First Symphony

5. End Of The Blue Sky

6. Stones Of Time

7. Wings Of Destiny

8. Miracle And Cyanide

 

 

## Sunstare

Viennent les lillois de SunStare que l’on a déjà plus voir jouer dans certains bars de Lille (El Diablo). Le groupe se définit comme un mélange de Doom + Post-Hardcore + Doom et assure un show millimétré et vraiment solide.

 SunStare_02

### Setlist

1. Inverted Triangle 

2. Hic Locus Est Ubi Mors Gaudet Succurrere Vitae 

3. A Sun That No Longer Rises 

4. Love Sex Death 

5. Escaping Irkalla 

6. The Gods Above The Star 

7. 10 000 Days Of Nights

 

## The Losts

Du heavy de qualité pour la suite avec The Losts et leur univers particulier: un mélange de black-dark à la King Diamond / Watain / … (Grimoire, micro avec têtes de mort,…) mais futuriste (casques intégral, tshirts à LED). L’aspect theatral colle vraiment bien à la musique et ils arrivent à nous emmener dans leur monde pour 45 minutes.

 TheLosts_01

### Setlist

1. Genesis (Livre I)

2. Holy Faces Of Conspiracy

3. My Devil’s Rising

4. Venus Kills Mars

5. Lema Sabachtani

6. Of Shades & Deadlands

7. Free Wings Are Burning

8. The Headless Cross

9. Witchcraft

10. Mister the Fake

11. Dr Punkestein (The Maximator)

12. Genesis (Livre II)

 

## Duckbill Crisis

Alerte Ovni ! Je ne connaissais vraiment pas mais alors quelle surprise. Visuellement ça ressemble à un mélange d’Arcturus (période Masquerade Infernale) et d’Alice au pays des merveilles… et ça en jette. Ajoutons à ça une musique très riche (mélange de métal / ska /…) avec alternances de chants clairs et de growls et une mise en scène assurée par une narration en voix-off, et on a réellement l’impression de déconnecter du monde réel et de passer un moment dans un conte. À voir et à vivre !

 

DuckBillCrisis_01

 

 

 

### Setlist

1. Chimera’s Circus

2. Out Of Shape

3. Junkies Love Disco

4. Blue Babies

5. Livy’s Missing

6. Funny Dogs

7. Sérénade

8. Mister Who

 

## Haircuts That Kill

Malheureusement je n’ai pas pu assister à leur performance. Sorry 🙁

 

### Setlist

1. Into Red Eyes

2. End Of Society

3. Mr Jack

4. Prince Of The Dark

5. Land Of Death

6. Suck Me Nice And Hard

7. Haunted Souls

 

## Sythera

Sythera c’est un ensemble cohérent entre un univers médiéval (thèmes des chansons et costumes sur scène) et un power metal guidé par un duo de voix (masculine et féminine). La musique est vraiment de très bonne qualité et l’alternance de chants clair / growls (par la chanteuse) colle vraiment bien à l’ambiance et apporte un peu d’épaisseur au set. La voix du lead est vraiment impressionnante et il maîtrise vraiment son sujet. Malheureusement pour eux, ça sera le set de la poisse: un temps infini pour faire les balances, un problème de micro et la foudre qui tombe au milieu du set… Ceci-dit, je suis impatient de les revoir dans des conditions plus **favorables**.

 Sythera_02

### Setlist

1. Broken Mirrors

2. Beyond Infinity

3. The Choice

4. The Raven

5. Waiting For The Sun

6. Division

7. Cave Of Illusions

8. Valek’s Last March

 

## Diary of Destruction

La combinaison du retard à l’allumage + soucis pendant le set de Sythera + contraintes du tour de Serenity font que Diary of Destruction doit se contenter d’un set amputé à 30 minutes. Malgré cela, c’est suffisant pour découvrir le groupe et avoir envie d’en savoir un peu plus sur eux. Leur death / metalcore est particulièrement énergique et furieux et la chanteuse a une présence scénique incroyable. Là encore, à revoir pour un set beaucoup plus consistant.

 

DiaryOfDestruction_01

 

### Setlist

1. Dazzling Dark

2. Hit the Road

3. That’s It !

4. Restless

5. Your Fate

6. Do You Want War?

7. The Path I Will

 

## Serenity

Conclusion du festival avec Serenity où la chanteuse Clémentine Delauney est remplacée pour l’occasion par Natasha (qui fait le job plus qu’honorablement). Le générique de **Game of Thrones** permet de patienter le temps que le groupe se mette en place. La salle est pleine et le show est vraiment excellent avec des interactions très appuyées entre les deux chanteurs du groupe. Le set est habituel mais le groupe gère vraiment son sujet et délivre un grand final.

 

 

Serenity_01Serenity_03

Serenity_02

 

 

### Setlist

1. The Matricide

2. Heavenly Mission

3. Velatum

4. Royal Pain

5. Legacy Of Tudors

6. Rust Of Coming Ages

7. Fairytales

8. Reducing To Nothingness

9. The Chevalier

10. Serenade Of Flames

 

Super festival avec une ambiance très conviviale et qui a permis de découvrir un grand nombre de groupe de la scène régionale. Tout s’est super bien passé malgré quelques aléas techniques qu’on ne peut malheureusement pas contrôler. En tout cas bravo à Nico et à Blue Lightning pour cette super réalisation, c’était excellent !

 

Sixième édition des Métallurgicales à Denain sous un soleil qui cogne bien fort. Par rapport aux éditions précédentes, le dimensionnement du festival a été un peu revu à la baisse: une seule scène, un stand merch placé dans le fond du complexe sportif… mais beaucoup de bénévoles sont là pour aider / renseigner. L’affiche de cette édition était très (trop ?) variée puisqu’elle proposait des groupes allant du thrash old-school au glam rock et a rassemblé au final un petit millier de festivaliers.

T.A.N.K (Think of A New Kind)

Déjà connu des Métallurgicales (leur présence au Warm’Up de l’édition précédente), leur mélange de death mélodique / thrash ouvre avec fureur le festival. En terrain conquis via la présence de nombreux fans, le groupe déroule superbement son set: les compos sont percutantes, le son est bon et l’énergie qu’ils mettent enflamme le public avec une succession de mosh-pits, circle pits et un joli wall of death. Galvanisés par le public, le groupe et Raf (chanteur) en particulier communique énormément avec le public et les 9 titres joués passent super rapidement. On notera une ré-interprétation très réussi de Walk dePantera.

TANK-2

 
Set-list
  • The Raven’s Cry
  • Inhaled
  • T.A.N.K. 09
  • Beautiful Agony
  • Through the Disgrace
  • Walk (Cover de Pantera)
  • Cryptic Words
  • Disturbia
  • Brother in Arms

 

Supuration

Groupe local de cette édition, les valenciennois proposent un death / thrash très technique et complexe. A l’occasion des Métallurgicales, le groupe a rejoué l’intégralité de leur album The Cube sorti il y a plus de 20 ans et qui avait marqué son époque en intégrant des ambiances style cold wave avec une alternance degrowls et de chants clairs plaintifs ainsi qu’un concept sophistiqué qui fut développé sur 3 albums (The Cube, Incubation, CU3E) et deux décennies . Leur performance plutôt sobre (en comparaison de T.A.N.K) est néanmoins très réussie et l’ambiance particulière de leur musique est particulièrement bien restituée sur scène: les frères Loez sont très concentrés sur l’interprétation des morceaux et seul le bassiste fait le show avec un headbanding quasi permanent. Au final, une prestation sous forme de flash-back particulièrement bienvenue car elle illustre à quel point The Cube était moderne et avant-gardiste.


Supuration-3
Set-list
  • The Old Mirror
  • Incubation
  • Prelude
  • The Elevation
  • Soul’s Speculum
  • 138.JP.08
  • The Cube
  • Through the Transparent Partitions
  • Spherical Inner-Sides
  • The Accomplishment
  • 4TX.31B
  • The Dim Light
 
 
 

BlackRain

Changement radical de registre avec le Glam Rock de BlackRain. Je comprends la volonté d’éclectisme de la programmation mais j’ai l’impression d’un trop grand écart avec le reste de l’affiche. Ce sentiment est partagé et manifesté (malheureusement) de manière un peu trop bruyante par certains festivaliers. J’écoute les premiers morceaux très directs et accessibles mais je n’arrive pas à accrocher. Du coup, je sors prendre un peu d’air et de fraicheur.

 
Set-list
BlackRain-4

  • Death by Stereo
  • Dancing on Fire
  • Bad Love Is Good
  • Young Blood
  • Get A Gun
  • Dead Boy
  • Innocent Rosie
  • Blast me Up
  • Overloaded
  • Rock your city
  • Wild Wild Wild
  • Burn ‘N’ Die

 

 
 
 
 
 

Crucified Barbara

Le complexe est bien rempli pour l’arrivée des quatre suédoises et leur hard-rock accessible mais super efficace et énergique. Les barbaras ne ménagent pas leurs efforts et les morceaux extraits des trois premiers albums prennent une autre dimension en live. Le set contient également deux titres du prochain album In The Red dont le clip To Kill A Man est sur youtube. Ça bouge énormément dans la fosse et l’intro acoustique et calme de My Heart is Black est bienvenue pour temporiser le show. Au final malgré la structure redondante des morceaux, l’énergie des musiciennes et l’ambiance dans le complexe font passer ce set très rapidement.

 
Set-list
CrucifiedBarbara-7

  • The Crucifier
  • Play Me Hard
  • Shut Your Mouth
  • Sex Action
  • To Kill A Man
  • Everything We Need
  • Losing the Game
  • Sell My Kids For Rock n’ Roll
  • In Distortion We Trust
  • My Heart Is Black
  • Rock Me Like the Devil
  • Into the Fire
 
 
 

The Haunted

Découverte de The Haunted ce soir pour moi que je ne connaissais pas. Fondé par des membres d’At the Gates, ce groupe semble avoir une histoire un peu compliquée (instabilité de line-up) et 2014 semble être l’année du retour avec quelques concerts et la sortie d’un nouvel album Exit Wounds. Le groupe développe un death métal furieux qui est l’ouverture idéal pour la tête d’afficheDestruction. Ça tabasse méchamment et les musiciens délivrent une prestation super énergique, mention spéciale au chanteur et frontman qui passera la majorité du set à growl en équilibre sur les caisses de matériel juste devant les crash-barriers et qui ponctuera chaque interlude de commentaires avec le public. Public, qui s’enflamme sur la totalité des morceaux puisés dans la discographie du groupe… avec en guise de break, un morceau style grind qui bourrine sauvagement pendant une minute. Prestation vraiment bonne et une superbe découverte !

 
Set-list
TheHaunted-8

  • Dark Intentions
  • Bury Your Dead
  • 99
  • Silencer
  • Eye of the Storm
  • Trespass
  • All Against All
  • My Enemy
  • In Vein
  • Hollow Ground
  • Infiltrator
  • D.O.A.
  • No Compromise
  • Bullet Hole
  • The Flood
  • The Medication
  • The Guilt Trip
  • Undead
  • Hate Song

Destruction

Départ un peu tardif à cause des balances et d’un souci d’éclairage pour la tête d’affiche. Une fois sur place, le trio fidèle à sa réputation et à son nom va tout ravager pendant plus d’une heure (dont les yeux avec ces put**** d’éclairages stroboscopiques) . Le set puise dans une grande partie de la discographie du groupe avec les classiques du groupe ainsi qu’un titre du dernier album Spiritual Genocide. Le groupe assure sur scène et interagit énormément avec le public: 3 micros permettent au bassiste/chanteur d’utiliser l’intégralité de la scène et le public peut même choisir un des morceaux joués (un titre du premier album). Cette grosse baffe de thrash old-school conclut superbement cette sixième édition des Métallurgicales.

 
Set-list
Destruction-10

  • Thrash Till Death
  • Spiritual Genocide
  • Nailed to the Cross
  • Mad Butcher
  • Armageddonizer
  • Eternal Ban
  • Life Without Sense
  • Release from Agony
  • Carnivore
  • Total Desaster
  • Bestial Invasion
  • Curse the Gods
  • The Butcher Strikes Back

 

 

Merci à Roger Wessier, Base Prod et à tout le staff des Métallurgicales pour l’événement ! A l’an prochain !

Malgré un report de date (le concert était prévu au mois de janvier), l’Aéronef était plein à craquer pour l’étape lilloise du *Hydra World Tour*. A 20 heures pétantes les lumières s’éteignent et les hollandais de Delain entament la première partie du show. Le groupe propose un set très maîtrisé qui s’attarde sur les deux derniers albums tout en incluant les standards du groupe (<i<« The Gathering », « Sleepwalkers Dream », « Go Away »). Assez étonnamment, seuls deux titres (« Stardust » et « Army of Dolls ») du dernier album sont joués ce qui ne permet pas de se faire une idée précise du rendu live de Human Contradiction. Quoiqu’il en soit le public réagit très bien à cette première partie vraiment très pro et énergique et la température dans la salle monte très rapidement. Au bout d’une grosse demie-heure, Charlotte entame le classique « We Are the Others » qui terminera la première partie et remercie le public.
### Set-list Delain

1. Go Away
2. Get the Devil out of Me
3. Army of Dolls
4. Stardust
5. Electricity
6. Sleepwalkers Dream
7. The Gathering
8. Not Enough
9. We Are the Others

Une fois que Delain a quitté la scène, un grand voile blanc orné du logo d’Hydra est déployé pendant que les techniciens s’activent. Le voile tombe au début du concert dévoilant une scène imposante sur deux étages avec écran géant sur toute la longueur qui diffusera des vidéos pendant la totalité du concert. Le groupe attaque très fort avec deux titres du dernier album : « Let Us Burn » et « Paradise » (i.e. le featuring avec Tarja) et alterne ensuite morceaux des albums précédents (de Silent Force à The Unforgiving) avec des titres d’Hydra. Le son est très bon, la voix de Sharon parfaitement posée sur les titres et le groupe enchaîne à la perfection les différents titres. Le groupe joue énormément avec la scène immense à leur disposition (alternance avant-scène / arrière scène, utilisation de plate-formes sur-élevées…) et le mur d’images ainsi que les éclairages très travaillés font du concert un show musical ET visuel. En particulier, une petit interlude vidéo à mi-parcours sera diffusé le temps que le groupe souffle un peu. Passé cette pause, le concert reprend de façon un peu plus intimiste où Sharonmultipliera les interactions avec le public en dédiant notamment une reprise très réussie de « Summertime Sadness » de Lana Del Rey à une spectatrice qui a assisté à 17 concerts du *Hydra World Tour*. Au final une bonne moitié des titres d’Hydra seront joués et notamment « And We Run » avec Xzibit et « Dangerous » avec Howard Jones (deKillswitch Engage). Logiquement le set se termine sur le fameux « Ice Queen » et le groupe passera de longues minutes à saluer le public qui aura été très actif pendant le show. Avant de quitter la scène, le public sera mis à contribution pour le futur DVD/BR de la tournée… pas question de tout dévoiler ici mais un seul indice: Joie de Vivre.

En conclusion, un excellent concert avec un set super efficace de près de deux heures, parfaitement maîtrisé de bout en bout et une ambiance vraiment chaleureuse qui font de la soirée un événement particulièrement réussi.

### Set-list Within Temptation

1. Let Us Burn
2. Paradise (What About Us ?)
3. Faster
4. Iron
5. Angels
6. Edge of the World
7. In the Middle of the Night
8. Dangerous
9. And We Run
10. See Who I Am
11. Stand My Ground
12. The Cross
13. Covered By Roses
14. Mother Earth
15. What Have You Done
16. Summertime Sadness
17. Sinéad
18. Ice Queen