Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
mai 2018
L M M J V S D
« Mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives quotidiennes : 1 mai 2018

  • Groupe : The Dali Thundering Concept
  • Album : SAVAGES
  • Sortie : 2018
  • Label : Apathia Records, Thundering Production
  • Style : Djent
  • Site Web : www
  • Note: 19/20

Reboot Epique.

Quatre ans après le très percutant Eyes Wide Opium qui dénonçait l’endormissement moral global et consenti face aux forces politiques, médiatiques ou capitalistes en s’ouvrant sur un « fucking wake-up call » (putain d’appel au réveil) The Dali Thundering Concept revient encore plus fort avec SAVAGES. Une nouvelle charge anticapitaliste sur fond de philosophie existentialiste encore plus écrasante mais surtout la véritable concrétisation d’un concept-album à la narration cohérente et qui marque un retour vers une architecture proche de leur premier EP When X met Y. Ses titres portaient alors les noms de mouvements et de périodes dans l’Histoire de l’Art : Primitive Art, Abstract Art, Realism, Surrealism, Futurism etc. C’était un moyen d’évoquer l’Histoire Humaine et ses évolutions à travers les âges. La pochette de ce premier EP soulignait un intérêt particulier du groupe au sujet de la représentation que l’Humain fait de lui-même.

C’est une chose qu’on retrouve aujourd’hui dans leur nouvel album SAVAGES qui reprend donc certains éléments déjà percutants de ces deux précédentes sorties pour en faire une sorte d’aboutissement explosif tout en permettant au chanteur/auteur de mieux organiser sa critique concernant l’humanité en un conte mythologique des plus épiques. Pour être clair les sujets philosophiques et politiques n’ont rien de nouveau chez TDTC, mais le mythe de fin « d’un » monde ajoute une puissante charge spirituelle.

Si vous êtes de ceux qui aiment le wok’n’roll vous serez servis. Du point de vue sonore tout est à peu près similaire à Eyes Wide Opium en terme de puissance, d’efficacité et de précision des morceaux. Ils avaient trouvé leur son ils l’ont gardé est c’est pas plus mal. Leur djent est impérial et agressif. Cependant des interludes et des phases jazzy surprenantes parsèment l’album rendant le son de TDTC plus varié et donc plus accessible qu’auparavant. On appréciera de retrouver l’énergie et la texture très professionnelle de ce groupe au son rudement bien produit. Le riffing est très particulier et toujours groovy, la batterie est exigeante, le chant est agressif à souhait et surtout, il exprime de puissants textes. Nous allons donc nous intéresser à eux et à ce qu’ils racontent. Prenez une grande bouffée d’oxygène et en avant.

Continuer la lecture