Quoi de neuf ?
Calendrier
juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Archives
Share on Google+1Tweet about this on TwitterShare on Facebook11

  • GroupeMantras
  • AlbumPsychedelic Stoner Blues Maze
  • Sortie2016
  • Label : Autoproduction
  • StyleStoner/Doom/ Psychédélique
  • Site Web : www
  • Note: 16/20

La région poitevine signe son retour dans nos pages telle qu’elle nous avait laissée avec The Bottle Doom Lazy Band, c’est à dire sur une note fort embrumée.

Et là où ce n’est pas étonnant, c’est que l’on y retrouve Pierre de TBDLB qui assure ici le chant et la gratte.

Ce sera sans surprise, au vu du nom de ce 1er long Ep de 41 minutes que dès les premières notes de « Smokes », c’est un doom stoner ultra planant aux tons orientaux, qui renforcent l’aspect désertique, qui s’annonce psychédélique à souhait et qui s’impose ici.

Le ton s’alourdit ensuite sur un groove très lancinant où fuzz et wah wah s’allient gracieusement.

Puis le chant démarre avec ce timbre de voix qui ne sera pas sans rappeler Danzig. La maîtrise vocale est bien présente et ce ton apporte beaucoup à l’ambiance des morceaux, imposant ce côté chaleureux.

Un rythme festif s’ensuit de manière bien doom traditionnel, ce dernier ne sera pas sans déplaire aux adorateurs de Reverend Bizarre.

Un psychédélisme lourd prend la mainmise sur ce cd et l’on trouve d’ailleurs dans ce morceau ce genre de passage posé aux mélodies de basse qui bercent aisément l’auditeur au gré de la rythmique, qui elle, laisse flotter la barque.

« Sirens » suit sur un ton bien groovy seventies limite funky, avec une certaine sensualité. Le tableau serait facilement celui d’un strip bar qui sentirait bon l’herbe de Provence et le bourbon.

La ligne de basse se répète parallèlement au rythme, mais l’ambiance que provoque cet air entêtant s’avère excellente.

Le style desert session en plus doom est complètement incontournable dans l’ensemble de cet Ep.

Force est de constater que Mantras laisse nettement plus de champ au côté instrumental et sur les aspects ultra planants que sur les lignes vocales, mais comme mentionné ci dessus, ces interventions ont le mérite d’être placées au bon moment posant ce bonus à l’ambiance générale.

Pour le troisième titre, les gaillards proposent un morceau live au son bien propre principalement instrumental où le chant, sur la première moitié, ne s’exprime que par brèves nappes. Ce titre « The Hangman Blues » sait allier pour le premier passage un bon vieux stoner des familles dansant pour ensuite imposer plus de vocaux alors que l’ambiance revient plus sur quelque chose de planant ou la gratte s’en donne à cœur joie et où le psychédélisme se voit décupler.

L’atmosphère revient sur l’aspect dansant du départ au groove pachydermique sur lequel Dyonisos danserait volontiers la gigue.

Nous parlions de doom traditionnel en début de chronique, c’était sans évoquer encore le morceau de clôture « Chinggis Khaani Magtaal » où se mêlent didjeridoo, violon et percus.

Ce titre propose une ambiance sur lequel l’auditeur se verra téléportée sur les steppes à hauteur d’Oulan Bator.

« Psychedelic Stoner Blues Maze » : ce titre ne pouvait être mieux choisi pour imager ces 4 titres fort plaisants.

Le trip se fait poussiéreux, lourd mais sait également faire flotter l’auditeur sur un nuage vert au gré des kaléidoscopes.

Un très bel effort pour une première production à conseiller aux plus baroudeurs d’entre vous.

 


Tracklist:

1. Smokes

2. Sirens

3. The Hangman Blues (Live)

4. Chinggis Khaanii Magtaal (Traditional)