Quoi de neuf ?
Calendrier
janvier 2017
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Archives
Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on Facebook3

  • GroupeGoodbye, Kings
  • Album : Vento
  • Sortie2016
  • Label : Argonauta Records
  • Style : Post Rock Magistral
  • Site Web : www
  • Note: 18/20

Goodbye, Kings, nous vient de Milan, et s’est formé fin 2012 avec pour vision de faire une musique instrumentale. Pouvant être classé dans la sphère Post Rock, il serait absurde de se limiter à cette simple étiquette qui au final, ne veut pas dire grand-chose, tant la variété de la musique Post Rock est aussi vaste que le désert du Kalahari.

Avant de sortir cet album sur Argonauta Records, deux démos sont sorties en autoproduction, de même qu’un premier album « Au cabaret Vert » , concept se basant sur Toulouse Lautrec et sur les poèmes de Rimbaud et Masaoka Shiki. Sur ce « Vento », le concept est le vent ( vous avez vu je suis polyglotte…). Concept très intéressant, qui n’est pas chose aisée de mettre en musique. C’est pourtant avec brio que s’en sortent ces romains, qui par leurs backgrounds différents parviennent à offrir une musique éthérée, céleste, onirique et incroyablement personnelle.

Si l’ambiance générale du disque reprend les codes chers au post-rock , la longueur moyenne des morceaux avoisinent les dix minutes, les textures sont répétitives, l’absence totale de voix, Goodbye Kings se permet de sortir des sentiers battus en mixant des éléments Post Metal, des riffs limites sludge, des soupçons de jazz, des rythmes tribaux. Ce qui a pour conséquence direct de proposer un album à mille visages.

L’album s’ouvre sur « How do dandelions die », titre ambiant, où les textures sonores s’enchevêtrent . Pour commencer, le souffle du vent, accompagné d’un synthé et d’une batterie. La guitare vient se poser, la puissance monte, l’intensité est perceptible. Emmenant l’auditeur tel un pappus porté par le vent. Une magnifique mise en bouche.

« Fujin vs Raijin », début de manière tribale, l’ombre de Neurosis plane. La guitare est incisive. On sent que le combat entre les jumeaux antiques japonais bat son plein. Au milieu de l’opposition, l’accalmie. Le piano nous envoûte par une mélodie incroyablement subtile. Le tout soutenu par la guitare qui répète un riff à l’infini, pendant que le piano se lâche complètement. Un des meilleurs morceaux que j’ai pu entendre depuis bien longtemps.

« Shurhùq », démontre tout le talent du pianiste. Qui nous offre ici une interlude jazzy qui n’est pas sans rappeler l’immense Keith Jarrett. « Tri State Tornado », la piste suivante, nous offre un mix jazz et post rock. Encore une fois, le sens de la mélodie est présent. Le tout sans tomber dans la mièvrerie.

Le reste de l’album nous propose des titres tout aussi magnifiques, avec une mention spéciale pour « The Bird whose wings made the wind », qui est à lui seul la vision que je me fais de la poésie. Ce mélange de guitare acoustique, avec des longues plages ambiants, avant que la machine ne se mette tout doucement en marche afin d’arriver à une explosion de sons et d’émotions. Ce qui a pour effet direct de me faire hérisser les poils. Magique.

Bref, vous l’aurez compris, pour un style de musique que l’on dit mort depuis quelques années, certains groupes parviennent encore à largement tirer leur épingle du jeu et à nous proposer quelque chose de magnifique. Messieurs, je n’ai qu’une chose à dire, chapeau bas.


Tracklist :

  1. How do dandelions die ?
  2. Fujin vs Raijin
  3. Shurùq
  4. The Tri-State Tornado
  5. 12 Horses
  6. If Winter Comes…
  7. The bird whose wingsmade the wind
  8. Blue Norther