Quoi de neuf ?
Calendrier
janvier 2017
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Archives

Archives quotidiennes : 9 janvier 2017

Share on Google+2Tweet about this on TwitterShare on Facebook2

  • GroupeChenille ( öOoOoOoOoOo )
  • AlbumSamen
  • Sortie : Novembre 2016
  • Label : Autoproduction
  • StyleMetal / Bordel / Post Rock /8Bits / Rock / Pop / Nawak Metal / J’ai pas tout compris
  • Site Web : www
  • Note: 12.5/20

Vous avez pu lire pas mal de choses concernant ce Samen de Chenille, via des news ou via les chroniques d’autres webzines. Concernant l’histoire de cette formation, sa genèse, d’autres l’ont fait, je ne vais pas revenir dessus. Concernant les chroniques des autres, forcement, le choix et commentaire des chroniqueurs  cela correspond aux goûts de chacun.

Fan et toujours amateur de Pin Up Went Down (désolé je suis obligé de mentionner ce groupe) et des albums sortis je me suis posé beaucoup de questions concernant Samen et son contenu. Sans être réellement la suite de Pin Up, Chenille ne peut éviter la comparaison avec ce précédent projet de Asphodel. On n’y coupera pas je vais beaucoup parler de PUWD dans cette chronique, même si certains regretteront la mise en avant de cette formation issu du passé.

Alors que dire de öOoOoOoOoOo ? Et bien clairement je suis très très déçu. La note en atteste, mais je ne dirai pas que le disque est mauvais et clairement je n’ai pas du tout compris où veut en venir le duo. Ce sont mes goûts, que personne ne viennent m’insulter ou dénigrer mon ressenti face à ce Samen. Je préfère être clair d’entré de jeu, ce disque, je le ressens comme deux personnes ne sachant concrètement pas dans quelle direction aller ou bien voulant trop en faire.

Cet album n’est qu’un enchevêtrement incompréhensible de belles choses (il faut bien l’avouer) -certains moments sont magiques et incroyablement touchant et d’une force émotionnels rares-. Mais aussi de choses beaucoup moins belles. Le hic, ces enchevêtrements n’ont ni queue, ni tête !
Les compositions sont découpées en de nombreux passages n’allant pas les uns et l’autre ensembles. On peut comparer autant de fois que l’on veut Chenille et Samen à MR.Bungle et son Disco Volante ou à la folie d’une Lady Gaga sous acid, mais ici il ne s’agit que d’un bric à brac de sonorité tantôt Pop, tantôt brutal ou bien encore Post Rock sans oublier le Chiptune. Mais oui autant claquer ça et là des sonorités 8bits c’est hyper tendance…
Sur le papier tout semble pourtant intéressant, surtout avec la formidable Asphodel au chant, le résultat est pourtant bien au dessous de toutes mes espérances et seuls quelques titres sortent leur épingle du jeu. J’ai beau être ouvert d’esprit, tout par concrètement en couille. Certaines compos étant totalement n’importe quoi.

Pour faire simple, j’ai l’impression que le disque n’est qu’une vaste supercherie commerciale avec un peu de tout, histoire de plaire à tous, même si c’est totalement sans dessus dessous. Et j’irai même jusqu’à dire que ce disque n’a pas d’âme, qu’il est donné en pâture à des fans en manque de sonorités barrées. Diablo Swing Orchestra, Unexpexted, Mechanical Poets, PUWD, Julien Doré ou Lady Gaga sans oublier Mr Bungle et une NES/Game Boy/Atari/Amiga -rayez la mention inutile- et 6:33, vous mettez tout cela dans une boite et vous secouez fort, très fort, jusqu’à entendre Asphodel growler/hurler et vous voilà avec Samen.

Mais bon, comme dit beaucoup haut, cherchez bien, il y a de belles choses et de bons moments. « Rules of the Show » est un titre très intéressant, mais on se demande pourquoi il  y a cette partie brutale qui intervient. Surtout la première ! « Fucking Freaking Futile Freddy » se montre bien plus cohérente. Le pur Nawak Metal qui tient la corde. Mais la pépite de l’album est « No Guts = No Masters ». C’est barré, dansant, vocalement magique et c’est je pense un bel hommage à Mike Patton et Mr Bungle. Il y a du Pranzo Oltranzista la dedans. J’ai aussi tout particulièrement apprécié « Purple Taste Like White ». Sa délicatesse, son coté Post Rock et aérien, c’est sans doute le titre le moins barré du disque, mais il n’empêche qu’au final c’est comme ça que j’apprécie le plus la musique du groupe. Une pure merveille mélodique. Enfin, dernier coup de cœur pour « Chairleg Thesis », une compo
« I Hope you Sleep Well » certains moments y sont superbes, le début principalement. Je n’ai pas du tout accroché aux parties hurlées alors que refrain est très beau.

Un feu d’artifice un peu trop complexe dont les couleurs se mélangent au gré du vent donnant un résultat confus, voilà ce que je retiens de Samen.
Baptiste Bertrand (ex-Human Vacuum – groupe de Néo/Fusion limite Nawak) tous instruments et  Asphodel (ex-Pin-Up Went Down, Penumbra…) voix, ainsi que Aymeric Thomas (Pryapisme) batterie ont donc donné vie à une chenille qui via cet album se mut en papillon. Un beau papillon aux couleurs un peu étrange, dont visiblement je n’ai rien compris à la métamorphose. Une chose est certaine, ça m’a donné envie de me refaire une partie de la longue discographie de Mike Patton… mais c’est peut-être ça le but de ce disque.


Tracklist :
01. Rules Of The Show
02. Fucking Freaking Futile Freddy
03. Meow Meow Frrru
04. No Guts = No Masters 03:36
05. Bark City (A Glimpse Of Something)
06. Purple Tastes Like White
07. I Hope You Sleep Well
08. Well-oiled Machine
09. Chairleg Thesis
10. Fumigène
11. LVI
12. Hemn Be Rho Ðie Samen