Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
novembre 2016
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

kvelertak_nattesferd

  • GroupeKvelertak
  • Album : Nattesferd
  • Sortie2016
  • Label : Roadrunner
  • Style : Black’n’roll vintage
  • Site Web : www
  • Note: 20/20

Accordons nous en ce jour un instant norvégien. Celui qui vous souffle dans la nuque ce vent frais en provenance de la terre des Vikings, là où sévit le blizzard.

Kvelertak sera le guide de ce trajet. Formés en 2007, les nordiques proposent ici leur troisième album.

Nous avions pu déjà goûter avec les deux précédents aux joies d’un black métal avec ces tournures à la Turbonegro ultra catchy, mais il faut avouer que le terme black metal est relativement réducteur pour ce groupe dans la mesure où c’est principalement la voix qui est dans cette lignée. Notons d’ailleurs que le hurleur en fait de même dans le groupe Djevel.

Pour ce troisième album, les norvégiens tentent une approche différente.

Rassurez vous, ils n’ont rien perdu, ni baclé leur force accrocheuse, bien au contraire, mais au sein de cet album, le plaisir démesuré de l’auditeur sera de découvrir une boule à multifacettes des plus vintage.

Alors, dès les premières notes de « Dendrofil For Yggdrasil », il est certain que l’on aura tendance à se dire que, ça y est, Kvelertak ne donne plus que dans le pur black aux touches un peu plus rock notamment sur la seconde partie dudit titre.

Le début est une puissante rafale de blasts, d’un chant bien hargneux et de mélodies boostées aux amphétamines dans la plus pure tradition nordique. Ensuite, la situation évolue et l’on s’achemine sur une tournure plus rock catchy à la Satyricon pour ne citer qu’eux et le final,lui, part sur des contrées plus planantes.

Le plaisir est déjà bien haut dès le départ et l’on voit que Kvelertak continue de bien maîtriser son art déjà plaisant sur les deux précédents opus, mais que dire de la suite ?

La suite, comme mentionné ci dessus est un cocktail explosif de titres plus accrocheurs les uns que les autres.

Et là les amateurs de vintage, de bon gros heavy/rock 70’s se régaleront pleinement.

Pour exemple, on adorera le côté très Thin Lizzy de « 1985 » (-n’hésitez d’ailleurs pas à vous mater le clip-) avec ces mélodies qui vrombissent et savent vous englober le cerveau, on pourra apprécier également pleinement la tournure à la Kiss de « Svartmesse » avec ce début qui fera taper du pied et headbanguer tout le monde puis ces choeurs du refrain qui reste en tête et se reprend avec aisance. Parlons encore de « Ondskapens Galaske » et ses faux airs d’ ACDC qui vous obligeront à sauter sur place avec la main qui mécaniquement fera le signe de la bête.

Excellente note aussi pour le titre éponyme « Nattesferd » avec ce son fuzzy qui plaira pleinement aux fans de Queens Of The Stone Age qui donnerait dans le psychédélique des familles. Dansant, enivrant, la qualité est à son comble pour ce morceau qui s’avère être le plus accrocheur de cette galette.

Pour « Heksebrann », nous avons le morceau le plus long qui avoisine les neuf minutes mais également le morceau où le psychédélisme est le plus trempé. Le morceau se veut progressif, laisse monter le dynamisme, le vintage est forcément toujours au rendez vous avec cette longue séquence instrumentale du départ.

L’énergie s’impose toujours aussi, les mélodies agrippent toujours autant, et la gigue encore d’actualité.

On pourrait citer plusieurs superlatifs pour décrire l’excellence de cette galette tant les morceaux savent pousser à la pleine appréciation.

Pour cela on pourra encore citer « Bronsegud (Ssq) » et ce rock’n’roll diabolique à souhait. L’auditeur possédé verra sans doute chacun de ses membres s’activer au charme des riffs, du rythme et de ce chant toujours aussi déjanté. Que celui qui n’aime pas ce titre ne se dise pas fan de rock’n’roll parce qu’ici ça bouge, ça tape, ça remue partout et l’on s’y laisse prendre.

« Berserkr » revient prouver que les gaillards sont originaires des terres du black metal, avec ce début foudroyant bien evil qui alterne ensuite avec des passages plus heavy Maidenien.

« Nekrodamus » est le titre qui vient clore ce chef d’oeuvre, et les mélodies du départ sonnent bien folk black metal d’où dégouline la sauce nordique des 90’s. Le morceau est plus posé que ses prédécesseurs et permet de clore

Un troisième album qui ne déçoit pas du tout, bien au contraire. Certains groupes peuvent au cours des albums perdre de leur intensité, de leur charme acquis dès le début, ce n’est aucunement le cas de Kvelertak qui sait se bonifier avec l’âge.

Adorateurs de vintage, nostalgiques de bon vieux rock qui tâche aux vocaux puissamment vociférés, cette perle est pour vous.


Tracklist :

  1. Dendrofil For Yggdrasil

  2. 1985

  3. Nattesferd

  4. Svartmesse

  5. Bronsegud (Ssq)

  6. Ondskapens Galakse

  7. Berserkr

  8. Heksebrann

  9. Nekrodamus