Quoi de neuf ?
Calendrier
novembre 2016
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Archives

Archives quotidiennes : 29 novembre 2016

Share on Google+2Tweet about this on TwitterShare on Facebook1

the-clearing-path

  • GroupeThe Clearing Path
  • Album : Abyss Constellation
  • Sortie2015
  • Label : Avantgarde Music
  • Style : Black Metal Progressif
  • Site Web : www
  • Note: 16/20

L’escapade du jour se fait en Italie avec un one man band assez déjanté qu’est The Clearing Path.

Pour cet Ep sorti en 2015, l’artiste propose deux longs titres originaux et plein de rebondissements.

C’est un aspect atmosphérique jazzy un peu à la Cynic qui côtoie des riffs dantesques très mathcore à la Dillinger Escape Plan et il est à souligner que lorsque ces passages, là défilent, on se prend une sévère trempe dans la face.

L’hystérie rageuse et violente se voit nuancée par des passages beaucoup plus progressifs, planants histoire de mettre un peu d’eau dans le Chianti et l’alliance des deux aspects renferment autant une violence bien piquante radoucie par l’aspect plus flottant, et cette alliance est maîtrisée avec une originalité plaisante.

Vocalement, sur le titre « Wings Of Ascension », la hargne s’exprime en cris stridents bien déchaînés.

C’est une montée progressive avec un travail mélodique beaucoup plus présent que nous avons sur l’éponyme « Abyss Constellation », mélodies qui savent s’avérer tranchantes.

L’interlude folk laisse flotter le répit, où le chant clair vient par nappes un peu à la Agalloch pour la touche plus mélancolique.

L’ambiance apaisée se voit néanmoins martelée à la double, alourdissant le tout et lui imposant plus de poigne au fur et à mesure de l’avancée dans le titre qui vient se conclure par une partie ambiant au clavier.

Une bonne moisson en matière de groupes originaux ces temps ci pour nos pages, et The Clearing Path ne déroge pas à la règle.

Amateurs de black metal avant-gardiste, le conseil vous est lancé de pencher l’oreille sur ce one man band efficace.


Tracklist :

  1. Wings Of Ascension
  2. Abyss Constellation
Share on Google+2Tweet about this on TwitterShare on Facebook1

creatures-cover-le-noir-village

  • Groupe : Créatures
  • Album : Le Noir Village
  • Sortie2016
  • Label : Antiq
  • Style : Horror/Black Metal
  • Site Web : www
  • Note: 18/20

Un petit passage par Angers en ce jour avec un projet atypique qu’est Créatures. Se présentant à la base comme un one man band, le compère s’est entouré d’autres personnes et également plusieurs chanteurs afin d’exprimer la totalité de son art mûrement réfléchi.

« Le Noir Village » est un conte, une véritable histoire narrée à l’auditeur plongé au XIIème siècle dans un village paysan en proie à diverses créatures.

La base musicale qui guidera l’auditeur est majoritairement black metal, mais plusieurs ambiances poisseuses intriguent telle l’imagerie de bons vieux films d’horreur.

La scie musicale inquiète, pose cette ambiance glauque et au fil de l’histoire tout est mis en œuvre pour glacer le sang des moins averti.

Le festival est à la richesse d’idées, les morceaux sont relativement longs mais parviennent à développer de multitudes ambiances. Les mélodies sont accrocheuses et entraînantes comme sur « L’horreur des lunes pleines » et ce démarrage narré sur fond folk un peu à la Alcest, Forest Of Souls.

La rage bestiale s’en suit, gorgé également d’un sentiment maladif et torturé tant au niveau vocal qu’instrumental.

L’aventure se poursuit toujours dans la langue de Molière et dans une efficace originalité et le choix de définir un chant différent à chaque personnage contribue nettement à ce côté peu commun.

Ce n’est pas sans folie parfaitement retranscrite que l’ensemble envoûte.

Les claviers sont une force et chaque partie d’un morceau est à chaque fois un nouveau tableau qui se dessine.

Ambiances invocatoires, passages au piano qui allègent les esprits, parties violentes black metal où les blasts prennent le contrôle et où la dissonance des guitares incisent ; passages plus lyriques, funéraires/chants grégoriens ( qui peuvent rappeler Orphanage) c’est une partie des nombreux éléments qui peuvent créer l’entité Créatures.

On saura aussi aisément se laisser captiver par « Il était un monstre assoiffé de cœur » et ce côté King Diamond tant dans les ambiances bercées par le piano et le travail vocal apporté ici.

De nombreuses cassures rythmiques viennent définir ce sentiment schizophrène, des explosions de folie poussent au délire.

Il est bien difficile de mettre un morceau en avant dans cette diabolique aventure tant l’écoute de l’album se doit d’être d’une traite. Il faudra peu être du temps pour les plus réticents, mais le voyage proposé par Créatures a le mérite d’être aussi riche qu’accrocheur.

Les amateurs de formations telles que Notre Dame, Morgul devraient fortement apprécier cette œuvre d’art maîtrisée de fond en comble.


Tracklist :

  1. L’horreur des lunes pleines
  2. Cadavre abandonné
  3. Martyre d’un tanneur
  4. A l’orée du Mal, le Pacte interdit
  5. Il était un monstre assoiffé de Coeur
  6. Sous le visage avenant de la Mort