Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
octobre 2016
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

evergrey_logo_1_kb_malmoe_2015

 

Salut ! Comment tu vas ?

Très bien et toi ?

 

De même ! Nous sommes ici pour parler du nouvel album d’Evergrey, dont la sortie est prévue pour le 9 septembre prochain. Quand le groupe a-t-il commencé à composer l’album et à travailler dessus ?

Je crois que nous avions commencé à travailler dessus en octobre dernier. Nous avons tout fait plutôt lentement, nous avons pris les choses comme elles venaient. Du moins avant d’enregistrer, et au bout d’un moment on s’est dit « ok, on est à deux mois du début de l’enregistrement, on devrait se bouger un peu … ». Donc c’était vraiment très stressant mais c’était génial. Nous avions commencé en octobre et nous sommes entrés au studio à Göteborg en mars de cette année du coup.

 

Que représente l’illustration de l’album ? Et qui en est l’auteur ?

C’est un brésilien nommé Carlos qui l’a fait, et c’est la première fois que nous travaillons avec lui. Il était incroyable. Il a tout de suite su ce que nous voulions, ce que nous recherchions, il nous a tout de suite cernés. L’illustration quant à elle est très représentée tout au long de l’histoire de l’album. C’est un concept album. Et sur l’image on suit un peu tout ce que traverse le personnage principal de l’histoire. C’est un concept album en partie sur le côté sombre de l’amour puisque le personnage se fait quitter par la femme qu’il aime ou l’homme qu’il aime. Et on l’a placé dans un monde « interstellaire » sur une planète isolée et déserte pour qu’il se retrouve très seul. Donc l’album part de cette rupture et du moment où il commence à vivre avec toutes ces émotions ; la frustration, le bon, le mauvais et la façon dont on doit se relever après une rupture difficile ou quand on se rend compte que le profond amour qu’on ressent pour une personne n’est plus réciproque. Tout ce genre de choses. En gros, ce que représente l’illustration est le positif et le négatif.

 

L’album met donc en scène un personnage très tourmenté … Et j’imagine qu’on peut faire le rapprochement entre ces humeurs changeantes et les oiseaux noirs d’un côté et blancs de l’autre …

Oui exactement, c’est tout à fait ça.

 

Et quelle est la signification du titre de l’album ?

Fondamentalement ça signifie tout ce tourbillon d’émotions, tout ce trop-plein d’émotions que le personnage ne peut pas contrôler, donc comme une tempête ou un orage. Un coup tu te sens bien, un coup tu te sens mal, un jour tu ne comprends pas vraiment ta situation, tu ne sais pas pourquoi tant de choses t’arrivent … Et là en l’occurrence le personnage n’imaginait pas que son ou sa bien aimé(e) pouvait le quitter et il ne comprend pas ce départ. Il ne sait pas quoi faire. Il sait seulement qu’il ne peut pas « récupérer » cette personne car l’amour n’est plus partagé.

 

Et pourquoi avoir choisi de conclure l’album avec son morceau éponyme ?

Parce que dans l’histoire à la fin il se rend compte qu’il faut aller de l’avant, qu’il peut penser à nouveau aux bons moments mais qu’il faut continuer à avancer dans la vie. C’est la fin de l’histoire.

 

D’ailleurs je trouve ce morceau (ndlr : « The Storm Within ») particulièrement atmosphérique en comparaison au reste de l’album …

Oui !

 

Tu trouves aussi ? Tu peux m’en dire plus là-dessus ?

Oui je trouve aussi. Alors en réalité, pour la petite histoire, ce morceau est venu de nulle part. On l’a écrit lors de sessions de composition tout à fait banales. Tom nous avait fait écouter le riff de guitare principal et on a commencé à imaginer des choses dessus, on voulait créer une sorte de voyage dessus. Au début nous n’avions que la musique, les paroles ont été écrites plus tard, et elles coulaient de source en réalité. Nous ne savions pas vraiment ce qu’il se passait avec ce morceau, mais il était tellement épique et il collait tellement bien avec la fin de l’album qu’on l’a fait jusqu’au bout. Et j’ai une petite anecdote d’ailleurs sur ce titre ! Quand j’étais au boulot j’ai reçu quelques mix envoyés du Danemark pour ce morceau. Je les ai donc écoutés au travail et la fin d’un d’entre eux était vraiment très atmosphérique, je trouvais que ce « bruit » qui la composait était vraiment beau. La chanson s’est ensuite terminé et j’ai regardé mon téléphone elle était bien finie, mais le bruit, lui, continuait. J’ai regardé derrière moi et je me suis rendu compte que ce bruit que je trouvais si beau et génial était celui du camion du boulot … Je ne me suis jamais senti aussi stupide de toute ma vie. J’étais tellement heureux d’être seul à ce moment-là ! Et je me suis dit que celui qui avait fait ce mix était un génie, mais le vrai génie était en réalité mon camion ! (rires). Donc j’ai décidé d’enregistrer ce bruit avec mon portable directement et je l’ai envoyé aux gars qui mixaient l’album, ce qui fait que le bruit est dans l’album (rires).

 

C’est énorme !!! Une des meilleures anecdotes que j’ai jamais entendues ! (rires)

(rires). Oui c’est énorme et vraiment en y repensant je me sentis vraiment con sur le moment ! Dieu merci j’étais seul !!! (rires).

 

(rires). En plus c’est mon morceau préféré de l’album ! C’est encore mieux maintenant que je connais son histoire ! (rires) […]. Est-ce que vous avez prévu de réaliser des clips vidéo pour cet album ?

Oui ! Notre premier clip va être réalisé le 27 juillet et il sera pour le morceau « Distance ». Ensuite on en fera deux de plus, très rapprochés du premier et je pense qu’ils seront pour les morceaux « The Impossible » et « The Paradox Of The Flame ». Et nous avons prévu aussi un travail avec Floor Jansen.

 

Avez-vous eu de bons retours de l’album ? De la part de musiciens ou du reste du monde ?

Oui ! Nous avons fait écouter l’album à quelques-uns de nos amis à la maison, d’autres ont eu le lien son et la plupart des gens ont l’air de vraiment l’apprécier. Et ça fait vraiment du bien. Mais d’un autre côté je me fous des critiques car je suis très confiant par rapport à cet album, j’en suis vraiment très fier. Je suis très fier de tout ce que nous avons fait pour arriver à ce rendu. Et c’est un bonus que les gens l’aiment aussi.

 

Et donc tu pourrais décrire l’album et quelques mots ?

Musicalement parlant c’est un album très froid et sombre, et en même temps agressif, catchy … Avec parfois des passages atmosphériques. C’est de loin l’album le plus progressif et technique que nous avons fait. Et sûrement le plus sombre aussi d’ailleurs.

 

Petite question qui n’a rien à voir avec le reste … Est-ce que tu aimes le metal français ?

Oui !!!

 

Quels groupes ?

Gojira bien-sûr, mais aussi One Way Mirror ! Et d’autres mais je ne suis plus sur d’où ils viennent alors je ne vais rien dire (rires).

 

(rires) […] Quel est ton meilleur souvenir en France ?

… La nourriture. J’adore la nourriture française. Et aussi en 2006 nous avons fait une tournée et nous avons joué à l’Elysée Montmartre, et je crois que moins de deux heures après le show nous avons joué un autre concert à La Locomotive, c’était en acoustique il me semble et c’était génial mais tellement stressant ! Sinon nous avons vraiment de bons souvenirs quand nous étions passés au Bataclan en première partie d’HammerFall en … 2011 je crois … C’était génial !

 

Pour en revenir au groupe, quel morceau d’Evergrey recommanderais-tu à quelqu’un qui découvre le groupe ?

Du nouvel album ?

 

Oui !

Je recommanderais le premier morceau, « Distance » je pense car c’est une sorte de résumé de l’album à lui seul. Il a tous les différents ingrédients de l’album, tout est concentré en un morceau. Donc je choisirais celui-là pour commencer.

 

Ce dernier album est un chef-d’œuvre … Quels sont les prochains objectifs d’Evergrey après une telle réussite ?


Merci ! […]. Déjà nous aimerions faire plus de shows en tête d’affiche. Nous allons faire une tournée avec Delain prochainement pendant six semaines je crois, donc je pense que nos propres shows en tête d’affiche commenceront l’année prochaine.

 

Peux-tu dire quelques mots en français ?

Non … (rires) … Mmmh … « Merde » ! Et mmh … « Je m’appelle Jonas … excusez-moi ! ».

 

C’est trop mignon !

Non c’est horrible ! (rires). Je ne sais pas parler français ! Je commence à apprendre un peu d’italien grâce à YouTube et je pense que je ferai de même avec le français par la suite ! […].

 

[…] Tu veux ajouter quelque chose pour conclure cette interview ?

Merci à toi d’avoir réalisé cette interview, merci aux gens qui nous soutiennent également ! Et surtout, n’hésitez pas à écouter l’album, il va sortir en septembre. J’espère qu’on se verra tous en France en octobre !