Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
mars 2016
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives quotidiennes : 30 mars 2016

Affiche-Symphony-X

C’est avec le cœur rempli de joie que je me suis rendue au CCO de Lyon ce vendredi 4 mars dès 9h du matin ; Même si l’attente promettait d’être longue et difficile. Mais à la vue d’une si belle affiche, toutes larmes de douleur et cris de souffrance ne sauraient être tolérés : Symphony X avec Myrath et Melted Space en première partie : du jamais vu. Un beau mélange se préparait entre les maîtres du metal progressif américains, les très talentueux tunisiens et le groupe français.

10 heures interminables enfin passées, l’entrée dans la salle approche à grands pas. Barrières en place, tout le monde se tient prêt pour entrer. L’impatience se fait sentir, est-ce la pluie battante ou tout simplement l’envie de se déchaîner ? Sûrement les deux. Avec un petit penchant pour la pluie, la moitié de la foule ayant été arrosée une bonne heure durant.

Tout ça fût très vite oublié une fois tout le monde installé dans la salle. Une demie-heure passe, et voilà le moment d’accueillir Melted Space. Loin de moi la volonté de prendre mon cas pour une généralité, mais je me suis dit qu’il allait être délicat de chauffer ce public venu en grande partie pour Symphony X.

Les premiers musiciens arrivent ; Une entrée sans prétention et plutôt agréable. L’envie de découvrir ce groupe pointait le bout de son nez. Grande fut la surprise lorsque j’ai découvert que les chanteurs n’étaient pas moins de quatre. Un manque cruel de place s’est alors rapidement fait sentir, ce qui explique sans doute le défilé sans fin de tous ces chanteurs, dont j’essaye encore de chiffrer les allées et venues. En même temps, quand on n’a pas le choix, on fait avec les moyens du bord. Et il serait tout de même illégitime de ne pas reconnaître que le show était très bien ficelé, et que la présence des musiciens est assez remarquable. Force est de constater leur envie de partager cette passion commune qui est la raison de la présence de chacun ce soir la : le metal.

Bien que je sois très réticente aux voix claires féminines dans le metal, la touche de féminité qu’apportaient les deux chanteuses du groupe m’a touchée, sans parler de leurs attitudes. Un charme que je ne saurais apprécier, mais qui fait son effet. Les atouts de Melted Space sont pour moi les deux chanteurs masculins. Le growl de l’un complète bien le chant clair de l’autre et je n’aurai définitivement pas apprécié le show sans le growleur, qui semble vivre pleinement sa musique.

Après une trentaine de minutes de show, l’heure est venue pour Melted Space de céder la place aux beaux tunisiens de Myrath. Mon attachement singulier et mon amour inconditionnel pour ce groupe rendent l’attente difficilement supportable : l’arrivée de mes petits protégés n’a jamais été si proche. Les premières notes de Jasmin, instru qui introduit Legacy, retentissent et ce cher Morgan fait son apparition à la batterie, suivi de Malek à la guitare. Arrivent ensuite Anis à la basse, Elyes au clavier et Zaher au chant. Le show commence sur le puissant « Storm Of Lies« , morceau final de Legacy. Myrath ayant gagné en notoriété surtout depuis l’excellent « Tales Of The Sands« , sorti il y déjà quatre ans et depuis la tournée avec les israéliens d’Orphaned Land, c’est un public assez réceptif qui accueille les tunisiens ce soir là. Le groupe enchaîne sur « Get Your Freedom Back » et « Believer« , tout en énergie et avec une présence exceptionnelle de la part de chacun des musiciens, ainsi qu’une bonne participation du public qui connait les classiques (aussi frais soient-ils) du groupe. Après cette moitié de concert composée uniquement de morceaux de Legacy, il est temps de faire un retour en arrière avec « Wide Shut« , tiré de Tales Of The Sands. Myrath s’est bel et bien fait une place dans le cœur des français. Les tunisiens concluent leur show sur « Nobody’s Lives » et « Merciless Times« , deux morceaux marquants de leur histoire. C’est un show très pensé du début à la fin et exécute à merveille qui nous a été offert ce soir là. Myrath va maintenant laisser le devant de la scène à ses idoles : les américains de Symphony X.

Quelques minutes d’attente, les lumières s’éteignent et les premières notes de l’Ouverture résonnent dans la salle. Jason Rullo arrive en premier, suivi de Michael Pinnella, Michael Lepond, Michael Romeo et enfin Russell Allen. L’excitation dans la salle atteint son paroxysme et le public devient fou lorsque Nevermore débute : le show peut alors commencer. A la vue des setlists des concerts précédents, il fallait s’attendre à entendre Underworld dans son intégralité. C’est donc sans surprise que l’album défile dans l’ordre, avec une petite exception pour le morceau « Legend« , joué en dernier après les quatre seuls titres tirés de précédents albums : « The Dance Of Balance« , « Lacrymosa« , « Out Of The Ashes« , « Sea Of Lies » et « Set The World On Fire » (The Lie Of Lies). Le public, très réceptif, connait déjà parfaitement le dernier opus du groupe, mais l’ambiance est encore plus électrique lors des retours en arrière, dans les précédents albums, où l’on constate vite que les classiques sont parfaitement connus des fans. Moment d’émotion également lors des titres « Without You » et en particulier « Swan Song » (introduit par un beau discours de Russell) qui parviennent à faire baisser l’effervescence dans la salle pendant un petit moment. J’insiste sur le « petit moment ». Comme d’habitude, le groupe est très proche de son public. Cette présence est d’ailleurs bien récompensée : c’est un public très réceptif qui accompagne le groupe durant tout le show.

Emmené par le showman inépuisable qu’est Russell Allen, Symphony X ne saurait être meilleur ce soir. Tous les membres sont d’une énergie inqualifiable, et tiennent parfaitement le public en haleine, du début à la fin du concert. L’heure et demie de show est passée bien vite … Mais la fin de cette performance réservait tout de même une belle petite surprise, pour le public en général mais surtout pour un petit garçon présent dans la salle ce soir la, qui ne s’attendait sûrement pas à être appelé sur scène par Russell. Ce moment m’a personnellement beaucoup émue, c’était très beau de voir ce petit garçon portant un t-shirt Symphony X dix fois trop grand pour lui (je soupçonne papa de ne pas être loin …) parler à Russell, et être si fier d’aimer le metal. « La relève est assurée« , comme dirait Russell !

De suite après le concert, il était temps de partir, à la demande personnelle des américains … En espérant les revoir bientôt ! Je pense parler au nom de tous les fans présents ce soir là : des concerts comme ça, il en faudrait à outrance !