Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
mars 2016
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives quotidiennes : 28 mars 2016

cepheide

  • Groupe : Céphéide
  • Album : De silence et de suie
  • Sortie : 2014
  • Label : Misandre Productions
  • Style : Black metal atmosphérique
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


Un détour vers Paris avec le sombre combo Céphéide qui ont proposé cette première démo en 2014 dans un registre black metal aussi atmosphérique que dépressif et surtout bien raw.

Quatre titres. Quatre hymnes au désespoir et à la colère viennent torturer l’auditeur qui se retrouvera ancré dans le désespoir à l’écoute de cette démo.

Le son bien raw et underground accentue l’aspect incisif des titres, et les riffs tranchants reflètent une hargne acharnée qui sait allier un aspect atmosphérique à un autre plus brutal.

L’ambiance mélancolique de « L’homme ruine » pour exemple, avec ce chant aigu, distordu et torturé à souhait. On trouve les éléments chers au bon DSBM mais également des ambiances qui se rapprochent du post-rock.

La mélancolie est également à son apogée dès les premières notes légères d ‘ « A la croisée des âmes » qui sauront rappeler les débuts de Katatonia avec qu’un ouragan de rage n’emporte tout sur son passage, un concentré de tristesse torturée, un tonnerre ivre de dépit qui gronde et s’abat sur vous. Les passages alternent sur plus de légèreté cependant emplie de désarroi et l’on parvient à accrocher sur l’ambiance riche du titre.

Les titres sont longs voguant entre environ 7 et 8 minutes, mais l’ennui ne trouve pas sa place tant ils arrivent de par leur art à mettre le grappin sur l’auditeur. On pourra penser à Ash Borer ou encore Lurker Of Chalice pour ce côté puissant qui décime tout tel « Déluge ». Les mélodies se répètent, hypnotique comme le rythme qui sait varier à bon escient, et ce chant, qui fait la force également, crache le feu du courroux.

L’ambiance oppressante est un grand plus dans l’univers de Céphéide et le ton avait déjà été donné dès « Là où les idoles demeurent ». Massif et à vous glacer le sang tant l’atmosphère se fait algide. Le pessimisme et la neurasthénie sont à leur comble accompagnés d’une fureur dévastatrice.

Tout auditeur, qu’il soit lambda (surtout lui) ou confirmé, ressortira avec une marque certaine après l’écoute de cette démo sombre et tourmentée. Une très bonne proposition et exécution de cet art, une maîtrise plaisante et aboutie, une vraie mise à mort de tout espoir d’optimisme. Esprits torturés, voici la bande son de votre dernier jour.


Tracklist:

  1. Là où les idoles demeurent

  2. A la croisée des âmes

  3. L’homme ruine

  4. Déluge