Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
septembre 2015
L M M J V S D
« Août   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives quotidiennes : 1 septembre 2015

A Century In The Curse Of Time

  • Groupe : Pyogenesis
  • Album : A Century In The Curse Of Time
  • Sortie : Août 2015
  • Label : AFM Records
  • Style : Truc zarbi / Metal / Metal Alternatif / Metal Atmosphérique
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 

Ce disque marque le retour de ce groupe Allemand qui a su se faire oublier de tous durant treize années. Vous ne connaissez pas Pyogenesis ? Ça tombe bien, moi non plus, du moins jusqu’à ce que AFM le signe. Cette formation teutonne est née au début des années 90 et a sorti son premier album en 1992 sur le label Français Osmose Records. Chacun des disques composés par le groupe se veut différent. Tantôt Gothique, tantôt Alternatif, les Allemands n’ont pas peur de surprendre leurs fans. Certains suivent, d’autres pas. Et j’avoue qu’aujourd’hui, avec A Century In The Curse Of Time, il est assez difficile de coller une étiquette à cette formation aussi étrange musicalement et inclassable que Faith no More, Coheed and Cambria ou bien Amplifier.

A Century In The Curse Of Time marque par ailleurs un tournant dans l’histoire de Pyogenesis puisqu’il s’agit de leur premier concept album. Une histoire assez poussée car thématisant l’ère industrielle au 19ème siècle, avec son impact sur la société, y compris la science fiction à venir telle que la littérature de Jules Verne. Le parallèle avec l’ère numérique que l’ont vit se veut être aussi mentionné. Dans la théorie raconté dans A Century In The Curse Of Time (littéralement : Un Siècle dans la Malédiction du Temps) la société et son avancée technologique continuelle et son apport sur le comportement humain en prend pour son grade.

Durant ses treize années de silence il semble que le groupe ai décidé de durcir fortement le ton. Il est en effet bon de rappeler que le groupe est l’un des pères fondateurs du Gothic Metal tel qu’on le connait aujourd’hui et ce veut aussi être selon certains une des influences majeures de Silverchair ou encore des Smashing lors de sa période Alternative. Pourquoi pas…
« Steam paves its way (The Machine) » tape fort. La direction Metal est plus qu’évidente. On se demande où a bien pu aller chercher cette énergie ce groupe de nature si zen. Si on ne connait pas on se dit qu’on va prendre un plaisir auditif résolument dynamique. La suite nous prouvera le contraire, cependant l’efficacité d’une telle composition laisse sans voix. Ça continue de plus belle avec « A Love Once New has Now Grown Old ». La compo se veut plus Alternative. On flirte avec les groupes US mélangeant Metal, voir HxC et Pop. Une fois de plus ça fonctionne. L’énorme production laisse entendre une basse musclée et très groove.
« This Won’t Last Forever » marque le tournant de l’album. Si le riff est toujours lourd, il faut admettre que le tempo se ralentit et s’alourdit. La tension devient plus palpable. Musicalement ici Pyogenesis flirte avec le Post-Metal et se l’approprie au passage. L’une des meilleures compositions de l’album.
Le riff est presque Grunge sur « The Best is Yet to Come » et fait penser au King’s X du début.
« Flesh and Hair » mélange aussi admirablement l’Alternatif et le Metal. Les ‘hohohoho’ sont un petit régal et doivent faire un carton sur scène, surtout avec un refrain aussi simple et direct. Un véritable tube radiophonique.

L’album se conclu par une longue pièce dépassant les quatorze minutes. Au premiers abords le morceau est assez bizarre je dois bien le reconnaître et j’ai eu vraiment des difficultés à rentrer dans le trip du groupe.  Mais après hormis les ‘yeah yeah’ du début et de la fin, le titre se laisse écouter, comme un bon titre (essentiellement instrumental) de Metal Atmosphérique.

Une véritable découverte que A Century In The Curse Of Time ? Je dirai oui de prime abord pour avoir fait connaissance avec le combo Allemand et re oui ensuite pour leur nouvel album qui une fois la surprise passée se veut délectable et attachant.


Tracklist:
01. Steam Paves it’s Way (The machine)
02. A Love Once New has Now Grown Old
03. This Won’t Last Forever
04. The Best is Yet to Come
05. Lifeless
06. The Swan King
07. Flesh and Hair
08. A Century in the the Curse of Time

French Metal 19 - Le Triomphe Noir

  • Groupe : Compil French Métal
  • Album : Le Triomphe Noir
  • Sortie : Décembre 2014
  • Label : Autoproduction
  • Style : Compil
  • Site Web : www 
  • Note : NN

 

Encore de nombreuses découvertes avec cette compil. Il est vrai que la scène métal foisonne de groupes, de tous styles, de tous horizons et il est très difficile de tous les écouter et de tous les connaître. Facebook, YouTube, c’est bien, mais lorsque l’on est à la maison l’on a tendance à ne pas écouter ce que l’on croise, tellement on en croise… Puis perso, à la maison je suis devant la TV ou en train d’écouter un album, donc je me penche très peu, pour ne pas dire pas du tout sur tout ce que je vois sur la toile.

C’est là qu’interviennent les compils de nos confrères de chez French Métal. Légères et simples d’utilisation elle s’embarquent facilement dans la voiture, lieu dans lequel j’ai tendance à passer un certain temps, voire un temps certains tous les jours. 

Vous pouvez le dire de suite, je suis chiante et j’assume totalement mon statut de chieuse à plein temps, mais moi la musique de gros bras c’est pas ma tasse de thé. Je me complais plus dans des trucs du genre chanteuse lyrique ou rock à la Muse, ou encore dans la musique classique et l’opéra. Mais je ne suis pas réfractaire à écouter autre chose, loin de là, sinon je ne jetterai même pas une oreille aux compils. Et j’ai déjà pris de belles claques sur des styles auxquels je n’aurais jamais pensé pouvoir accrocher. L’histoire de ma vie s’arrêtant là, nous allons passer à la suite des événements. 

Premièrement nous allons féliciter French Metal de mettre ainsi en lumière tous styles de groupes, petits ou grands. Donc bravo ! (clap clap clap)

Deuxièmement nous allons écouter les 2 CDs et tenter de faire un chronique de tout ça. Mais soyez indulgents, la chronique d’une compil n’est pas chose aisée. 2 solutions : vous parler de ce qui a éveillé un intérêt chez mio ou vous faire une chronique de 5000 lignes en vous parlant de tous les groupes… Je prend la première option, car j’ai peur qu’au bout de 52,5 lignes vous en ayez marre 🙂

Premier arrêt sur One-Way Mirror qui m’accroche bien l’oreille avec un métal moderne. J’aime beaucoup Seyminhol. Va falloir que je me penche un peu sur ce groupe car ce titre me plait bien musicalement et niveau chant. Vise Versa me tend les bras et me titille les esgourdes. The Chosen One et Azgaal méritent que l’on s’y attarde un peu tout comme Nöhm Island.

Bref une nouvelle fois est de coutume je préfère des trucs pas trop ‘violents’ et ‘extrêmes’. Je ne dis pas que le reste est nul, mais je ne suis pas assez calée pour juger et mais j’ai vraiment du mal à accrocher. Après quelques mélodies ont su me tenir en éveil, mais pas suffisamment pour susciter un coup de coeur.

Sur cette compil, je ne retiendrais qu’un groupe qui a éveillé mon intérêt, Seyminhol

Suivez l’actualité French Metal car les compils sortent régulièrement et si vous avez un groupe et que vous voulez vous faire connaitre simplement, contactez les !


 

Tracklist :

CD 1 :
01 – MERCYLESS – Selected Resurrection
02 – ABSURDITY – …And Blood Will Run
03 – ONE-WAY MIRROR – Stinkin’ Of Gold
04 – TREPALIUM – Moonshine Limbo
05 – PARISIAN WALLS – From The City Of Lights
06 – RED MOURNING – The Sound Of Flies
07 – SUPERTANKER – Below Ground
08 – GHUSA – No God For The Living
09 – MYSTICA – Le Lointain
10 – LELAHELL – Al Intissar
11 – SEYMINHOL – The Mantel Of Madness
12 – VISE VERSA – Living A Lie
13 – STAMINA – P.M.R.C
14 – ABINAYA – Arawaks
15 – AMNEGA – Red Bracelet
16 – SYMPTOMS OF LETHARGY – Capsule I : Void
17 – NOBODY’S STRAIGHT – Violence Des Mots
18 – KEYS AND PROMISES – Milestone
19 – MASTHAR – Seagull Fix
20 – SLEEPING DEATH – War Never Changes

CD 2 :
01 – HENRIETTE B – Below Us All
02 – WAR INSIDE – L.S.L.
03 – RISE OF ELIS – A Night Of Clarity
04 – BALANCE OF TERROR – Graveyard Party
05 – AEON PATRONIST – Reborn Through The Blinding Fire
06 – DIVINE SIDE – Hyde
07 – THE CHOSEN ONE – Black Swan
08 – AZGAAL – Kiss The Stone
09 – NOIRMAGGEDON – I Entertain You
10 – CADILLAC CORRIDA – Run Again
11 – HEAVYLUTION – Children Of Hate
12 – EROS – Rotten Hero
13 – PRAYER’S HATE – Bang
14 – CRAVING – Memento Morue
15 – SEE THROUGH SECRECY – Let Me Go
16 – DAYS OF CRISIS – Former Tears
17 – EREKTION – Bastards Unction
18 – MY OWN FEAR – It Was Right, It Was Good, It Was Gore
19 – LORRAINE CROSS – The Slab Was Trapped
20 – NÖHM ISLAND – The Secret

 

Evolvent - Whatever Happens

  • Groupe : Evolvent
  • Album : Whatever Happens
  • Sortie : Mars 2015
  • Label : Dooweet Records
  • Style : Metal Symphonique
  • Site Web : www 
  • Note : 15.5/20

 


Delusion m’avait emballée, émerveillée. J’étais subjuguée par le groupe qui m’avait laissé un souvenir impérissable. Folle de joie j’étais à la réception de ce Whatever Happens. Bien que je ne sois pas autant emballée que pour le premier album, il y a un petit quelque chose qui fait que je n’arrive pas à m’en défaire et que je l’écoute encore et encore…

Whatever Happens est un bon album, et la voix d’Emma doit forcément y être pour quelque chose. Spéciale diront certains, magnifique diront d’autres. Elle a un timbre de voix bien à elle, du fait qu’il est difficile de lui trouver une ressemblance avec une autre. Elle est douce, envoûtante et pure comme sur le sublime « Our Fate« . Les nappes de claviers sont aussi très belles. Quel bel instrument… il suffit d’écouter « Love Doesn’t Love Me » pour s’en persuader.

Et les orchestrations !! Si il y a bien quelque chose qu’on ne peut pas enlever au métal symphonique, c’est bien ça, de belles orchestrations, fortes, puissantes qui emplissent les oreilles et donnent du contenu et de la profondeurs aux compos. L’exemple est parfait avec « We Are« , très beau titre sur lequel la chanteuse de Seadem, Oxy Hart vient poser sa voix. On peut regretter que certains instruments soient trop en retrait ce qui enlève un peu de pep’s au titre. On peut aussi critiquer l’inégalité du son (notamment au casque). « Over Seasons & Time » est assez bas et lorsque l’enchaînement se fait sur « Embrace » on baisse un peu le son. Même remarque sur l’enchaînement suivant et l’arrivée sur le titre éponyme. Impression dûe à l’écoute au casque certainement car je n’ai pas eu cette sensation dans la voiture. Ce seront pour moi les deux (petits et peut-être futiles) points noirs de ce Whatever Happens. Suis-je tatillonne ? Peut-être… A vous d’en juger. Une chose est sûre c’est qu’aucune lourdeur n’apparaît à aucun moment. Avec ce style musical on peut s’attendre à des mélodies pompeuses et chiantes comme on peut parfois en trouver. Evolvent a su trouver le juste milieu et c’est vraiment agréable musicalement.

Le dernier titre « Siempre » totalement chanté en espagnol est vraiment différent. Acoustique, et en duo avec… Je n’arrive pas à trouver, mais la performance vocale est au rendez-vous.

Evolvent n’est pas fait pour tout le monde, mais les amateurs de mélodies et du genre devraient pouvoir y trouver leur compte et apprécier. Délicatesse et sensibilité sont au rendez-vous. Pour ma part je vais continuer à suivre le groupe de près, car j’aime bien ce qu’ils nous proposent.


 

Tracklist :

01. Dawn
02. Win or Die
03. Hurricane
04. Love Doesn’t Love Me
05. Our Fate
06. We Are
07. Over Seasons & Time
08. Embrace
09. Whatever Happens
10. Siempre