Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
août 2015
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives quotidiennes : 10 août 2015

Encoff

  • Groupe : Encoffination
  • Album : III: Hear Me O’Death (Sing Their Wretched Choirs)
  • Sortie : 2014
  • Label : Selfmadegod Records
  • Style : Doom/Death
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 

Poursuivons vers les USA avec ce duo formé en 2010 par deux musiciens expérimentés (il suffit de voir la liste énorme des projets auxquels ils participent/ont participé notamment Decrepit Birth) et l’atmosphère, laissez moi vous dire, va se faire aussi sombre qu’étouffante.

Dés l’intro de l’album, on peut se demander pour qui sonne le glas ! C’est pour vous, chers auditeurs. L’annonce de la mort de vos pensées positives, le début d’une véritable descente aux enfers.

Le son est très lourd, sortant tout droit des catacombes. Le rendu sonne bien old school et c’est là que l’on se dit que le rendu de cet album doit encore plus s’apprécier en vinyle.

On pourra penser à des groupes cultes comme Disembowel et Winter pour ne citer qu’eux.

C’est un tempo très lent qui dicte le désespoir de l’album. Les mélodies sont pesantes et poisseuses, les vocaux gutturaux sont bien graves et rugueux.

On saura également apprécier les nappes de sonorités oppressantes et fantomatiques qui posent l’ambiance malsaine de « Charnel Bowels Of A Putrescent Earth » et « Crowned Icons ».

L’atmosphère est diaboliquement lourde sur « Rotting Immemorial » avec des riffs maladifs et dissonants, des rythmiques qui vous feront suffoquer, atmosphère funéraire et glauque puis ces voix lourdes qui résonnent fatalement dans le cerveau.

Niveau dissonances et larsens incisifs : « From His Holy Cup, Drink ; Come Death » fait également bien le ménage. Un autre détour par les abysses putrides et noires, chaque minute qui s’écoule est un pas lourd vers votre anéantissement.

De long en large et de la première à l’ultime note, le voyage astral proposé par Encoffination tournera au véritable cauchemar à l’apogée de la démence. Les amateurs de doom death apprécieront cet album…à mort.


Tracklist:

  1. : Processional: Opvs Thantologia
  2. Charnel Bowels Of A Putrescent Earth
  3. Cemeteries Of Purgation
  4. Crowned Icons
  5. Rotting Immemorial
  6. From His Holy Cup, Drink; Come Death
  7. Pale Voices
  8. Mould Of Abandonment

 

glo

  • Groupe : Gloson
  • Album : Yearwalker
  • Sortie : 2014
  • Label : Autoproduction
  • Style : Post Hardcore/ Doom
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


 

Prochaine étape : la Suède avec Gloson qui propose ce EP de quatre titres pour un peu plus d’une demi heure d’un post hardcore teinté de doom/sludge.

Les scandinaves proposent une parfaite alliance progressive de lourdeur et une atmosphère plus planante.

Les amateurs de Neurosis et consorts seront déjà charmés par les premiers instants d’ « Arsgang » où rythmique lancinante rime avec riffs hypnotiques sur lesquels des vocaux death bien poignants savent alterner avec des choeurs eux aussi gutturaux. Les parties instrumentales, toutes aussi importantes que les vocales tissent les couleurs d’une toile bien sombre, rythmée lourdement.

Le voyage se poursuit tout doucement avec le planant début de « Sirens » qui sait proposer à nouveau une montée progressive plus rageuse emplie d’émotion. Des mélodies mélancoliques, un chant toujours rugueux et une rythmique massive varient sur un passage atmosphérique avant de reprendre du service avec une excellence maîtrisée.

Ce sont des riffs hypnotiques également qui vous emportent vers la lourde puissance de « The End- Aftermath ». Une démarche lancinante, dirigée par une voix gutturale bien lourde qui ne sera pas sans rappeler Opeth. On repensera d’ailleurs à ce groupe sur l’alternance, le break progressif posé où le chant,lui, donne dans le clair. L’ensemble est nettement plus allégé et contraste avec l’ambiance pesante qui prédomine.

« The Aftermath- Beginning » démarre sur de douces notes imposant une touche post rock avant que l’ensemble instrumental ne vienne alourdir le tout sur ces ambiances toujours progressives ainsi que ces vocaux bien death. Les dissonances viennent appuyer sur le bouton qui fera planer l’auditeur au dessus de l’écrasement et les émotions qui se dégagent de ce morceau.

Les quatre titres proposés par Gloson s’avèrent aussi lourds qu’efficaces et ils varient les plaisirs en voyageant dans des endroits plus sereins et posés. Je ne peux que vous encourager à vous procurer ce EP.


Tracklist:

  1. Arsgang

  2. Sirens

  3. The End- Aftermath

  4. The Aftermath- Beginning