Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
août 2015
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives quotidiennes : 9 août 2015

  • Groupe : Tracera0101814860_16
  • Album : L.A. ?
  • Sortie : 2012
  • Label : Cool Green Recordings
  • Style : Stoner / Grunge
  • Site Web : www
  • Note : 14/20

 


Ce mini album ressort quatre années après sa sortie initiale, pour bénéficier d’une distribution plus large en raison du succès que connait Tracer, power trio australien mené par les frères Brown, qui se partagent les vocaux sur ce format court qui fleure bon les années soixante-dix, le désert et les cactus. Tracer fait parler le riff tournant et fait référence à toute la frange désert rock initiée par Kyuss.

Le groupe fait ici immanquablement penser aux cadors du genre que sont Fu Manchu et Unida ; On pense aussi à un Karma To Burn qui aurait dégoter un vocaliste. C’est notamment le cas sur l’entêtant « End of the samurai » qui hypnotise avec sa grosse basse en lead. « All look de same« , quant à lui, démoule par sa rapidité et ses sonorités tout droit échappées du Soundgarden des débuts. Le chant est le plus souvent haut perché, avec cette facette abrasive qui rend les mélodies corrosive et entraînante. Des titres comme l’excellent « Wrecking ball » par exemple rendent hommage à la puissance et la rage des années soixante-dix, avec un son très actuel cependant. « Get free » est le titre le plus stoner du disque plaçant la lourdeur et la langueur au premier plan, rendant ainsi hommage aux canons du genre.

Ce mini album offre des guitares grasses et une basse ronde qui invitent au headbanging effréné. Trente minutes de cassage de nuque en somme! Tracer a enfanté un petit retour en arrière assez délicieux. Pas révolutionnaire mais fort plaisant.

 


Tracklist :

01. End of the Samurai
02. Don’t Forget My Name
03. Wrecking Ball
04. Get Free
05. All Look The Same
06. Such a Waste
07. Sleep By The Fire

 

photo-hellfest-2015-la-programmation-officielle-546a2caa8e422

Mercredi 17 Juin 2015, à Minuit,

J-2 :

Me voici arrivée à Clisson, où l’on retrouve le Hellfest , l’enfer proprement dit !!!. Une première fois pour moi avec un peu de stress, j’avoue.

Mon covoitureur me dépose au rond-point devant l’entrée du Hellfest, on découvre une guitare penchée et, sur le côté droit, le H du Hellfest illuminé, j’ai trouvé ça très beau.

Je prépare mes affaires et je vais récupérer mes pass pour bosser le vendredi et je m’installe dans le camping bénévole, très calme malgré le passage.

Une bonne nuit passée dans ma tente, je pars visiter le site, une belle découverte des lieux que je trouve immenses. 

1 (9)1 (13)

1 (2)1 (12)

Jeudi 18 Juin 2015 : ouverture du festival :

J-1 :

Je suis rentrée côté festivalier. On découvre l’accueil pour récupérer son bracelet bleu « festivalier ». 140 000 festivaliers ont répondu présents pour la 10ème édition du Hellfest , énormissime !

La vue, du côté restauration bénévole, était délirante, on trouvait des festivaliers déguisés, à toutes les sauces. Un enthousiaste positif était ressenti, c’était un vrai plaisir d’être là.

L’organisation du festival était bien pensée. On trouvait des buvettes partout, des toilettes sèches (appropriées au contexte), des stands de fringues, de nourriture aux choix multiples ; J’ai d’ailleurs pu trouver mon bonheur (alimentation chinoise). Le plus extra était le stand « Bla bla car » très utile pour ma part. On avait même les tatoueurs du festival.

On pouvait découvrir la nouveauté la « cashless » , une carte (avec le montant au choix de chacun) permettant de régler les boissons. On a le merch à l’effigie du Hellfest : pour ma part j’ai ramené : 1 Tee shirt 20 euros, 1 diable en peluche 14 euros, 1 chapeau en paille 10 euros + 1 patch : 1 euros.

Du côté de l’entrée du festival, on trouve un immense bâtiment où l’on trouve des artisans et des vendeurs en tout genre : patch , fringues, corne, cuir , peaux, etc .

On tombe sur des charmantes demoiselles qui posent en tenue sexy sur tout le site, cracheuses de feux aussi. Elles nous offrent un spectacle fabuleux.

Le festival se met en place pour le lendemain, beaucoup de monde. Je suis ébahie par l’univers du Hellfest, entre l’extase et la joie d’y être.

Une fois le tour terminé, je retourne à ma tente, pour me reposer et bien dormir, les choses commencent sérieusement demain. Sur-excitée…

1 (7) 1 (10) 1 (14) 1 (18) 1 (25) 1 (32) 1 (34)

1 (1)

Vendredi 19 Juin 2015

1er jour :

Le grand jour, 1er jour de travail en restauration en V.I.P pour moi à partir de 11h30. Préparation de la tenue de combat (lol) , une fois prête je pars voir les premiers concerts avant l’heure.

Je découvre :

10:30/11:00 Breakdust : qui débute les hostilités avec (whom to believe), un show impressionnant… Les premiers « circles pit » étaient de la partie , une bonne découverte.

L’heure de rejoindre l’équipe pour aller bosser ayant sonnée, on découvre le restaurant, les collègues et les cuistots, un très bon groupe avec qui tout c’est bien passé. Notre chef, Caroline une dame admirable et sympathique.

En préparant la salle et le service, nous réalisons que nous sommes face aux scènes Mainstage 1 et 2, avec des écrans dans la salle du restaurant et un son et une raisonnance à réveiller les morts. Travailler dans cette ambiance, c’était énorme !

1 (24) 1519881_1603884356549768_5857798686303281160_o

Les groupes passèrent :

On a pu voir :

  • Sticky Boys : Bonne découverte.

  • No Return : un groupe extra dont le show est à tomber par terre. Habituée à les voir sur des petites scènes, j’ai été émerveillée de les voir jouer au Hellfest .

  • Vulcain : ah ah, une découverte sympa, surtout au niveau de leurs chansons, « la digue du cul » (lol)  le public chantait en cœur. Un bon moment de rigolade.

  • Sylosis : « Dormant heart » , un titre qui réveille, un bon groupe.

  • The Quireboys : il est 13h35 et le soleil tape très fort, le chanteur a, apparemment, des soucis de voix dus à la chaleur. Leurs titres tirent sur un bon vieux rock n roll sympathique.

  • We are Harlot : un style spécial , cela me faisait penser un peu au style new scool.

  • Armored Saint : une belle voix , avec un 1er titre : « Win Hands Down ». Sympa.

  • Godsmack : le groupe à su retenir le public avec quelques jumps et chant des fans. Un 1er titre révélateur : « For those about the rock » . A découvrir.

  • Billy Idol : le chanteur que j’écoutais étant jeune, j’ai pu enfin le voir en concert. Sur le 1er titre «Postcards from the Past », j’ai trouvé qu’il avait perdu de la voix, mais écouter mes titres préférés était une pure merveille.

Le service terminé, j’ai repris la visite des lieux, et, vers 20h45 avec mon collègue de travail , nous sommes allés voir :

  • Alice Cooper : j’avais hâte de le voir depuis longtemps. Un show au top, Alice était en pleine forme, un plaisir.

  • Juda priest : petite découverte, mais je n’ai pas accroché au niveau musique, peut-être dû à la fatigue.

Un premier jour riche en concerts et découvertes. Pendant et après avoir travaillé en musique, c’est toujours motivant, dans ces conditions.

Samedi 20 Juin 2015

2ème jour :

Après une deuxième nuit passée au Hellfest, rebelote ! Repos jusqu’à 18h30. Avant de reprendre à bosser, petit tour du côté Stand intérieur à la recherche de patchs. J’en ai trouvé 4 pour 10 euros. Une bonne affaire.

Une fois le tour terminé, retour au concert.

  • Zuul Fx : enfin le concert tant attendu du chanteur Steeve, connu via fb. J’ai trouvé le show plein d’énergie, un plaisir pour les oreilles. Je conseille d’aller le voir.

  • Haken : Nouvelle découverte. Sympa , mais pas assez speed pour moi.

  • Motionless in White : Je suis tombée par hasard sur ce groupe, la voix de ce chanteur était agréable à écouter. Petits problèmes de grésillement de la sono qui, au final, s’arrangent pour notre bonheur. Un air de Marilyn Manson je trouve.

  • The Answer : Un groupe qui surprend avec son côté hippie mais le chanteur est charmant. Au niveau des chansons, j’ai bien accroché, surtout celle intitulés « Spectacular ». A écouter.

On commençait à s’avancer avec mon collègue de travail , quand d’autres groupes arrivaient pour chanter.

  • Airbourne : sur le moment je me dit, mais on dirait du AC/DC ? Mais non, c’est Airbourne. Le groupe commence par l’intro de Terminator 2, le public est en folie, je les comprend c’était magique. Un groupe complètement fou quand vous voyez qu’ils jettent des bières au public, un peu dangereux mais délirant, les fans criaient le nom du groupe, c’était parti de plus belle.

Très bonne découverte.

  • Slash : ah ah, le grand Slash… une pensée pour mon amie qui en est fan. Un show extra. C’est la première fois que je les voient en concert, je n’ai pas été déçue. Ils ont joué ma chanson préférée : « Paradise city » des Guns n Roses, le bonheur. Très bon concert, et j’ai eu la chance de croiser Slash, côté presse, un bon souvenir.

  • Killing Joe : Un homme avec un air de Alice Cooper. Cela se laisse écouter.

  • ZZ Top : Le groupe qui à fait partie de mon enfance et qui à servi pour mon film préférée « Retour vers le futur 3 », des papis du Rock, mais un show à la hauteur. Nous avons eu droit à « Gimme all your lovin, Chartreuse, Tush »  , un très bon retour en arrière.

  • Marilyn Manson : Une fan, mais à petite dose du personnage et de ses chansons morbides à souhait, le concert m’a un peu déçue côté prestance de Marilyn pendant tout le show. Il se fait désirer, on s’en lasse malheureusement. Il nous a joué quand même : « OBSCENE, Sweet Dreams, Rock is dead » et bien d’autres titres. J’ai aimer malgré tout.

  • Scorpions : Le groupe phare de la jeunesse de nos parents et de moi bien sûr, quand on piquait les 33 tours à son frère pour les écouter, un pur plaisir. Ils nous on joué les titres qui ont bercés notre jeunesse : « Still loving you » (avec un rappel des fans) , « Blackout » , « Coast coast » etc … une première aussi, un réel plaisir à écouter tout en travaillant.

1 (20) 1 (11) 1 (29)

 

Par la suite le feu d’artifice du Hellfest arrivant d’une force énorme. Il a duré une bonne demi-heure il me semble, Des fusées sortaient de tous les côtés, magique, c’est le mot exact. A côté, le 14 juillet peut se rhabiller, unique et majestueux.

Une fois terminé, nous sommes allés nous coucher, il était bien tard, vers les 2h du matin, un très bon moment pour ce 2ème jour.

Dimanche 21 juin 2015

3ème jour :

Dernier jour de concert et de travail, le jour aussi que j’attend depuis mon arrivée. Levée à 9h, motivée, prête avec mon collègue pour aller faire notre petit tour avant le taf.

Il fait beau, le soleil est déjà levé. Motivée, mais la fatigue commence à ce faire ressentir. On s’installe tranquillement niveau V.I.P, pour être tranquille et on tombe sur la séance photo de Steeve et son groupe Zuul FX, très sympa à voir, par la suite une photo souvenir avec le groupe.

L’heure approche, nous allons travailler et, comme d’habitude, les groupes jouent pendant que nous travaillons en musique.

  • Lost Society : Un bon trash old school. Pour les fans, ça décape. Un show très bien tourné avec comme titres : « Terror Hungry », « Overdosed Brain » et bien d’autres….

  • Eths : Le groupe vient de Marseille. Ils font leur place au milieu de grands groupes comme Korn et j’en passe. Rachel déchire pendant toute la durée du concert. Une première pour moi, sympathique et j’ai pu les rencontrer rapidement côté presse. J’ai bien aimer les titres « Adonaï » et « Crucifère » …

  • The Haunted : Une bonne découverte, le groupe était simple, sans trop de décor, mais j’ai apprécié le show. Un des membres porte le tee-shirt de Tribulation qui a joué juste avant côté Altar, un bon groupe aussi. Les titres que j’ai appréciés : « Trespass », « My enemy », « Hate song ».

  • Dark tranquillity : Découverte du groupe après en avoir tant entendu parler. Le chanteur montre beaucoup de motivation devant le public qui réagit. Une parfaite harmonie, la bonne tête du chanteur fait plaisir, sans qu’il tire la tronche, comme certains pour du death metal. Un bon set de chansons : « Once upon a time », « Spectral infantry », « Bloodstains on the capitain’s log ». Je me suis régalée.

Une fois le travail terminé, nous avons fait le tour, pour écouter les autres concerts du Hellfest et en prenant des photos des lieux.

  • Epica : Mon 3ème concert du groupe, toujours un plaisir de les écouter à nouveau. Simone toujours aussi belle quand elle chante, un sans-faute, le set jouait : « The essence of silence », « The obsessive devotion », « victims of contingency », « Martyr of the free word » … Une pure merveille, pour ma part, le jeux de scène, ainsi que les effets pyrotechnique. Terrible, à revoir.

P1020190P1020164P1020162P1020158

 

Le soir, quelques autres bons concerts :

  • Korn : En attendant Nightwish, j’écoute le groupe Korn, un bon show, du son qui décape les oreilles. Les fans étaient sur-excités. Les slamer étaient présents, hallucinant ! Je ne suis pas fan, mais à voir.

  • Nightwish : La raison de ma venue au Hellfest, mon groupe fétiche par excellence, je me suis faufilée dans le public pour arriver devant  et j’ai réussi, le temps que Korn finisse, nous étions sur-excités.

    00 :30, l’heure tant attendue pour Nightwish est arrivée. La musique commence.

    On découvre le nouveau line-up avec la chanteuse Floor et le batteur Kaï Hahto qui remplace Jukka, toujours la Tuomas, Marco, Emppu et Troy.

    Le groupe nous donne le ton avec « Shudder before the beautiful », une énergie qui motive les fans, Marco toujours aussi chaleureux avec sa voix et son élégance.

    Je découvre Floor pour la première fois en live comme pour le groupe, on s’aperçoit que Floor à une belle voix qui change d’Anette, l’ancienne chanteuse. Un changement total, on le ressent quand elle chante sur « Your is an Empty Hope ».

    On a pu entendre des morceaux du nouvel album « Endless Forms Most Beautiful », que je trouve paisible à écouter avec des passages où Marco monte le ton de sa voix, un vrai régal.

    Beaucoup l’ont critiqué, mais je pense qu’il n’ont pas pris le temps de l’écouter en profondeur.

    Floor glisse quelques mots au public et garde le sourire à chaque instant et nous chante le « She is my sin »  un excellent morceau que l’on retrouve en solo de guitare revisité. Par la suite, elle nous présente Kai Hahto qui remplace haut la main Jukka Nevalainen, toujours en convalescence.

    Marco sort sa basse à double manche pour le morceau «My walden », donc Troy nous montre ses talents de flûtes avec brio. Nous n’aurons pas la chance d’entendre « Nemo », mais le titre « Elan » faisait partie de la set list accompagné d’effets pyrotechniques (on a eu chaud au sourcil), « Weak fantasy » est un titre qui a ébloui le public, moi de même, j’étais à fond tout le long. Floor avait tendance à headbanguer souvent, je me demandait comment elle faisait pour ne pas avoir la tête qui tournait.

    Tuomas, joyeux avec ces claviers, un pur bonheur et Empue , était tout le temps souriant, un vrai plaisir de les voir. Le morceau suivant était « I want my tears back » puissant en vocalise. Le public chantait et slamait aussi. On a pu entendre également « Stargazers » et « Oceanborn », un mélange de certains albums, en souvenir du bon vieux temps. Au final du concert, nous avons eu le dernier morceau « Ghost love score », une bonne claque pour finir ce concert sous les flammes qui nous ont décapées les sourcils du public et de la sécu !

    Le groupe remercie le public, et pour finir, on aura le tout dernier morceau : « Last ride of the day ». La set list est passée trop vite, on a eu l’impression que le concert n’était pas fini, et oui, il était bien fini, j’en avais les larmes aux yeux de joie. Les fans s’éparpillaient doucement pour s’éloigner et rentrer se coucher. C’était l’heure, difficile de passer à autre chose après ce concert de mon groupe préféré.

    Petit arrêt au stand de Nightwish, achat d’un tee shirt de la tournée 2015.

P1020252 P1020235 P1020270P1020280 P1020203

Et me voilà partie pour aller dormir avec plein de rêves pleins la tête.

 

Le Hellfest se termine. Nous, bénévoles, on finit avec un after, un vrai moment de rigolade et les remerciements de Ben, le directeur du Hellfest. Cela fait chaud au cœur.

Lundi 22 juin 2015, le départ.

J+1 :

Le jour se lève, la tête de zombie après une fin de soirée inoubliable.

Le pliage de la tente par mon cher collègue de boulot qui m’a accompagnée pendant tout le séjour. Nous avons bien rigolé.

Et le départ est imminent, adieu Clisson, adieu le Hellfest.

Merci, à Ben Barbaud, Nabila, Caroline, les équipes de cuisines, mes collègues. Pour ces bons moments de mon 1er Hellfest.

Inoubliable !


1 (21) 1 (15)

1 (33) 1 (22) 1 (17)

nodrthepat-200x200

  • Groupe : Nodrama
  • Album : The Patient
  • Sortie : Avril 2012
  • Label : Coroner Records
  • Style : Metal Moderne
  • Site Web : www
  • Note : 12/20

 


 

Nodrama est un quintette espagnol, basque pour être précis, qui existe depuis 2005 et qui à travers cet album, s’inscrit dans un style que je qualifierai de métal moderne, où les voix claires font référence aux leaders du genre, ainsi qu’à leur musique d’ailleurs. Cette dernière s’appuie sur des riffs très saccadés et des refrains ultra mélodiques. Les mélodies sont puissantes. Il faut dire que les guitares sont très incisives et les soli maîtrisés. « The Tail Nailed Fish » ou encore « Bite » se construisent sur une rythmique hyper saccadée qui ensuite bascule sur un couplet presque AOR. N’y allons pas quatre chemins, les cinq Espagnols font du In Flames et du Soilwork ! « Visions« , par exemple, fait quelques incursions sur les territoires les plus mélodiques de Likin Park ! « Power of Lavihness« , quant à lui, pourrait être issu directement d’un disque d’In Flames. Je pourrai multiplier les exemples à loisir, mais à quoi bon. Je crois que vous avez cerné de quoi je parle. Il est évident que tout ceci est propre et bien exécuté, mais ne laisse aucune place à l’originalité. Comme j’ai pu en discuter récemment avec mon ami Pascal le Maudit: quand on traîne un peu sur le net à la recherche de nouveaux talents, et bien les groupes hispaniques ou ibériques se contentent de faire du In Flames. La règle se vérifie ici malheureusement ! Dommage !

Nodrama, avec The Patient n’invente pas la poudre, pas plus que la mèche qui va avec et il est un groupe qui doit absolument se détacher de ses influences scandinaves.

Sympa mais pas de quoi s’accrocher au pinceau !


Tracklist :

01. The Bite
02. Tail Nailed Fish
03. Visions
04. One More Step
05. Power Of Lavishness
06. Waiting
07. Undefined
08. The Patient
09. All Behind
10. Believer
11. Untouchable Treasure