Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
juillet 2015
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

divine-ascension-liberator

  • Groupe : Divine Ascension
  • Album : Liberator
  • Sortie : Septembre 2014
  • Label :  Vicisolum Productions
  • Style : Power Metal / Metal Symphonique
  • Site Web : www
  • Note : 18.5/20

Grosse baffe dans ma face en redécouvrant Divine Ascension au mois de Septembre 2014 avec son nouvel album Liberator.

J’avoue avoir apprécié As the Truth Appears lors de sa sortie en 2011, mais il faut l’avouer, le grand nombre de groupes sur le marché fait vite oublier ceux qui n’arrivent pas à être au dessus des autres. C’est malheureusement ce qui est arrivé aux Australiens…
Mais Liberator change complètement la donne puisqu’il n’est ni plus ni moins que l’un des mes disques de 2014 !
L’actualité (le groupe vient jouer en Europe avec Stratovarius cet automne) et la qualité du dit disque font donc que je vous en parle enfin… Et il y aura peut-être une interview si vous êtes sage et que la canicule ne m’a pas tué avant.

Liberator place Divine Ascension directement dans le haut du panier Power Metal avec des compositions d’une efficacité rare et surtout une performance vocale féminine comme je les aime. Personnellement vous le savez je suis plus adorateur d’un chant féminin plutôt Pop (ou au contraire complètement barré) plutôt qu’un chant féminin lyrique. Et la qualité est au rendez-vous. On est en droit de penser que Jennifer Borg a fortement progressé depuis 2011. La preuve sur le meilleur titre de l’album « Stronger », mais aussi et surtout sur « Crystal Tears » et l’autre hit « Machine ».
Une fois de plus Divine Ascension flirte bon avec l’esprit Evergrey, grâce à une tonalité plombé et parfois assez pesante (« Liberator », « Sorrow Sacrifice », « Hideaway ») et je dois avouer que je ne suis pas indifférent à ce genre de titres mêlant riffs telluriques et mélodies lentes et noires.

Divine Ascension a aussi retenu les quelques erreurs du passé en variant un peu plus la tonalité de son album, même s’il n’y a toujours pas véritablement de compositions mid-tempo.  Prenez « Machine » par exemple et son riff de gros bourrin qui ne laisse pas du tout entrevoir la beauté -que dis je- l’excellence du refrain, alors que « The Final Stand » surprend par son refrain posé, idem pour « Hideaway » qui allie de lourds passages et un refrain speed (le final est merveilleux) .
C’est varié, c’est plaisant ; Et son s’en prend en plus pleins les oreilles musicalement avec de splendides soli qu’ils soient issu des guitares ou du clavier.
On retrouve une petite ballade pour terminer en beauté Liberator. « Memoria’s Longing » se la joue voix/guitare et laisse la voix de Jennifer éclater au grand jour. C’est une ballade qui change des habituels trucs sirupeux et chiants. Divine Ascension prouve au passage qu’il sait faire autre chose et qu’en plus c’est réussi.

Chaque écoute de Liberator me met une bonne claque, un bon coup de pied aux fesses. Désormais il est question d’aller plus loin, d’aller jusque Paris pour voir ce groupe, même si cela doit être un dimanche… Et j’espère sincèrement vous emmener avec moi, car sérieusement, si vous allez au Trabendo pour assister au concert de Stratovarius, j’espère que vous viendrez aussi pour assister au show de Divine Ascension !
Amis Australiens, j’arrive !


 

Tracklist:
01. Dawn Brings No Mercy
02. Stronger
03. Liberator
04. My Contender Lies
05. Sorrow’s Sacrifice
06. Crystal Tears
07. Machine
08. Red Sky
09. The Final Stand
10. Hideaway
11. Memoria’s Longing