Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
juin 2015
L M M J V S D
« Mai   Juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives quotidiennes : 25 juin 2015

11639378_1643567389195568_17152500_o

  • Groupe : Karnysera
  • Album : Héritage
  • Sortie : 2015
  • Label : Autoproduction
  • Style : Thrash metal/ Indus
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 

Les Dunkerquois de Karnysera étaient déjà apparus dans nos pages et ils avaient déjà su marquer les oreilles des auditeurs avec leur metal indus bien glacial.

C’est avec l’album Héritage qu’ils signent leur retour en cette année 2015 avec douze titres dont quatre reprises variées faisant déjà foi d’un éclectisme pronocé.

L’ambiance est toujours fidèle à ce que nous avait déjà proposé le groupe : glacial, martial avec des riffs incisifs, les textes chantés en français aux paroles engagées.

« N.A.T.A.S. » est proposée dans un esprit diaboliquement thrash/rock avec des parties énergiquement rock’n’roll et un refrain où le chant sait alterner et les instrus plus lourdes.

« France » est riche en variation d’ambiance avec ce début posé sur un ton très mélancolique. Les textes balancent toujours autant, les notes de clavier enrichissent le relief du morceau et l’écoute de celui ci démontre une certaine maturité acquise sur tout point de vue de la part des Nordistes. La boîte à rythmes tabasse aussi rapidement que massivement, voilà donc un titre bien encourageant.

On saura se défouler sur la très bonne version de « Beat The Bastards » d’Exploited sur ce fond de punk/indus. La version est bien appropriée avec cette patte verglaçante des dunkerquois.

L’aspect mélancolique est à son apogée sur « Départ Volontaire » dont nous retrouvons également une version acoustique. Mélancolie appuyée par les notes de piano, les mélodies et l ‘ensemble reflétant un parfait désespoir sur ce tempo lent.

« Aigle de Sang » vient se poser comme interlude très planant assez ambiant et Floydien dans le style tout comme « 3’23 rugissantes » et cette ambiance qui pourra faire sourire les fans de l’ Alligator 427 de Thiéfaine. Deux titres que l’on retrouverait facilement en guise de générique d’un film bien sombre..

« Requiem Pour Un Con » ne déstabilisera pas les amateurs de Gainsbourg, le groupe y pose sa touche dans une ambiance très funéraire.

« Un homme pressé » et « Bullet With Butterfly Wings » restent également fidèles aux originales avec toujours cette touche propore à eux.

« Psycho Blues » vient poser un groove blizzardesque avec ce blues/stoner indus qui donnera envie à l’auditeur d’ouvrir ce bon vieux Jack.

Héritage s’avère donc être un album plaisant où le combo parvient à une maturité très encourageante et plaira aux amateurs de combos comme Ministry, Dead World, Lofofora et consorts. Révolté et glacial.


Tracklist:

  1. Héritage
  2. N.A.T.A.S.
  3. France
  4. Psycho Blues
  5. Départ Volontaire ( feat. Julien Defraye piano)
  6. Aigle de Sang
  7. Beat The Bastards ( The Exploited)
  8. Requiem Pour Un Con (Gainsbourg)
  9. L’Homme Pressé (Noir Désir)
  10. Bullet With Butterfly Wings (Smashing Pumpkins)
  11. 3’23 rugissantes
  12. Départ Volontaire (acoustique)

 

11639055_1643567495862224_627150414_o

  • Groupe : Creinium 
  • Album : Project Utopia
  • Sortie : 2014
  • Label : Inverse Records
  • Style : Dark Metal Progressif
  • Site Web : www
  • Note : 14/20

Utopia_Cover_front


 

Un petit retour vers la fraîche Finlande avec Creinium qui nous propose ce EP d’un dark metal progressif sachant allier black metal, death metal avec une forte présence des claviers qui posent cette atmosphère horror metal.

Ouverts par une intro ambient/electro avec « Societal Collapse » les titres s’avèrent riches en variations et atmosphères différentes. L’ambiance est dans les titres très obscure avec comme souligné ci dessus une forte présence des claviers qui occupent un rôle majeure dans la présentation des divers tableaux.

Nous évoquions l’aspect horror metal en guise d’introduction, ce dernier est majoritaire dans un titre comme « New World Order » et son intro qui ne va pas sans rappeler les excellents Agathodaimon à leurs débuts. Cette ambiance inquiétante avec ce clavier d’église sur lequel débarquent des riffs lourds accompagnés martialement d’une double pédale bien massive aussi.

Le metal proposé est progressif, et l’alliance du black metal (avec cette voix et ces blasts) et du death metal (avec les rythmiques lourdes, voix gutturales et riffs plus saccadés) se fait efficace. Le clavier quant à lui, prédomine et sait imposer un côté original au dark metal délivré par les finlandais.

« Eschaton » propose également cette touche très progressive avec les parties planantes et lugubres qui laissent alterner d’autres plus énergiques et dantesques, le tout appuyé sur de grands arrangements orchestraux. Vocalement la fusion des genres se fait dans la plus fluide des manières. Des passages atmosphériques avec notamment ce passage trio clavier/basse batterie renforce l’aspect inquiétant de l’ambiance.

« Project Utopia » ne sera pas sans rappeler d’excellents groupes comme Aeternus ou encore Bloodthorn avec ce côté brut dès le départ qui rentre dans le vif du sujet. Ce côté très sombre avec une gutturalisation énorme et ces riffs bien chargés. Les claviers quant à eux ne seront pas sans raviver en mémoire des ambiances que l’on peut trouver sur certains Solefald ou même Sigh (avec certes un côté moins barré que les nippons). Des départs progressifs sur des passages plus épiques en milieu de morceau, le groupe sait inclure de très bonnes formules enrichissant son style.

On ne s’ennuie pas non plus sur la longue et finale « Synthetic Paradise » qui avoisine les dix minutes. Le départ s’opère sur un ton doom/death mélodique avec donc ce tempo relativement lent et la suite suit son cours sur un aspect plus dynamique avec une rythmique à la double bien carrée, des tournures beaucoup plus black metal toujours enrichi des claviers, des retours à ce tempo lent et ces passages toujours originaux un peu à la Morgul.

Un EP qui ira à ravir à tous les amateurs de bon dark metal avec de puissants claviers, riches en variations d’ambiances progressive. La Finlande nous envoie encore du très bon avec Creinium.


Tracklist:

  1. Societal Collapse

  2. Project Utopia

  3. New World Order

  4. Eschaton

  5. Synthetic Paradise