Quoi de neuf ?
Calendrier
mai 2015
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Archives
Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on Facebook6

11128403_1629555247263449_1227825153_n

  • Groupe : Broken Down
  • Album : First Spit
  • Sortie : 2015
  • Label : Altsphere
  • Style : Ovni Doom/ Indus
  • Site Web : www
  • Note : 14/20

 

Broken Down est un ovni propose par Altsphere Productions, label déjà mis en avant dans nos pages avec Wizard’s Beard, Carcharodon, Surtr etc…

Intrigué par les divers retours que l’on a pu voir de part et d’autres sur le net, je me suis demandé à quelle sauce j’allais bien pouvoir déguster la galette. Comme il faut toujours se faire son avis par soi même, je m’aventure donc à cette découverte.

Officiant dans un style très original, on retrouve dans ce one man band des éléments doom, indus, groove metal, une pincée de death (sur certains vocaux), en bref voilà déjà un cocktail qui fera fuir les plus fermés d’esprit.

Car l’écoute des sept  titres demande un minimum d’ouverture. Il est sûr que ce projet ne rentrera pas dans le star system (et l’intention n’y est certainement pas) mais le mérite se pose sur le fait de proposer quelque chose qui ose, qui ne va pas cloner untel ou untel, se faire plaisir avant tout avec cet esprit D.I.Y. jenfoutiste, et tout le charme réside ici.

Une boîte à rythmes guide donc les mélodies de gratte et de basse, vocalement le chant clair est très doom traditionnel bien éthylique, des passages sont plus murmurés et des gutturalisations viennent violenter le bazar.

Nous évoquions le star system ci-dessus, Broken Down s’y attaque par le biais de deux parodies rigolotes d’Eiffel 65 et de Boney M. (« Doom » et « Like a dirty witch, Daddy Doom »).

Un tempo lent et lourd agrémenté de la froideur industrielle et de variations vocales viennent composer « Doom ».

« Like a witch, Daddy Doom » fera danser le disco funéraire à tous les plus doomeux d’entre vous. Tempo bien lent, atmosphère froide et sombre, les esprits obscurs se rassemblent pour invoquer le grand Disco Stu.

« A Pill Hard To Swallow » est bien catchy dans le genre. Mid tempo avec un esprit bien old school, c’est du bon whisky qui se degage du tout. Des appuis vocaux death, l’ambiance est bien rock’n’roll. Le final sautillant qui pourrait rappeler Prong fout bien la pêche.

« On The Way To Be Yourself » démarre à l’acoustique, propose des riffs simples mais entêtant et enrage l’ambiance sur des parties plus black/death. Le titre aussi original qu’intéressant balance des variations vraiment sympathiques.

« Southern Wave Goodbye » fait office de final instrumental très hispanisant et vous téléportera en compagnie de Doom Diego De La Vega.

Il fallait oser et il l’a fait. Je conseille l’album aux personnes ouvertes d’esprit, pour sûr vous en serez ravis. Le sentiment qui se dégage est vraiment positif et l’esprit Do It Yourself est à saluer. Bien joué !


Tracklist:

  1. You covetous, I’m on a roll
  2. A pill hard to swallow
  3. How could it be
  4. On the way to be yourself
  5. Doom
  6. Like a witch, Daddy doom
  7. Southern wave of goodbye