Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
mars 2015
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

11087002_1610583532493954_1035701651_n

  • Groupe : Spectral Haze
  • Album : I.E.V. : Tansmutated Nebular Remains
  • Sortie : 2014
  • Label :Soulseller Records
  • StyleSpace Doom Rock
  • Note : 18/20
  • Site Web : www

 


 

Messieurs, dames: Spectral Haze!

Ils nous arrivent du grand Nord et plus particulièrement de Norvège et c’est avec un album totalement space doom rock qu’ils s’apprêtent à nous faire voyager.

L’ambiance très fuzzy s’impose dès le départ de « I.E.V. I- Circumambulating Mount Meru », titre instrumental où la basse lourde se présente comme gargantuesque avec que des sonorités et dissonances spatiales, la wahwah fuzzy de la guitare et ce riff en boucle laisse prévoir du lourd et du planant.

Le groove flotte et perdure avec l’arrivée de « Mercurian Mantra » où l’on découvre la voix qui elle aussi en impose pas mal de par son originalité dans ses variations.

J’entends par là que l’ambiance globale, l’instrumentalisation donne dans le bon gros space rock très stonerisé alors que la voix est plutôt dans un registre doom traditionnel. L’ensemble colle bien et le psychédélisme général pèse bien lourd. On est en plein trip à l’écoute, la voix durcit le ton sur des aspects plus gutturaux par intermittence.

Les rythmes varient alors que l’atmosphère enfumée plane tout au long de ce morceau (et de l’album également) de plus groovy à plus posés. Les riffs efficaces s’en donnent à cœur joie à nous amener tout droit vers les seventies, pour sûr que les amateurs de plantes vertes apprécieront ce combo norvégien.

« Black Gandharvas » ensuite démarre lourdement avec cette batterie assommante, hypnotique, accélérant le rythme au fur et à mesure pour vous emmener dans une spirale brumeuse avant d’amener un groove très dansant. Le chant un peu en retrait appuie l’aspect hypnotique du tout. C’est entraînant et le nom d’ Hawkwind pourra aisément caresser l’esprit.  On tombe aisément sous le pouvoir de la Haze, on se laisse transporter et l’on ne remarque pas que le morceau dure presque onze minutes. Un excellent boogie psychédélique en somme.

« I.E.V. II- Observing The Centre Of Infinity » intervient comme un interlude instrumental qui apporte une bonne continuité à son prédécesseur avec cette rythmique très prenante, et ce côté bien « jam » limite desert rock.

« Descent Through The Intravoidal » démarre de manière plus énergique, redynamisant un peu plus l’ambiance. Ca doome bien, avec un excellent break comme on peut retrouver sur les premiers albums de Witchcraft, et l’on se retrouve sur la planète Spacedoom sans s’en être rendu compte. Avec ce petit côté Saint Vitus, on évoquera plutôt ici un Saint Venus.

Sans transition « Triads and Trishulas » vient, déjà, conclure l’album avec ses seize minutes. On part sur une base doom très lourde et très lente avec une prédominance instrumentale et rythmique et ce ton très grave. Le rythme varie au fur et à mesure en space rock mid tempo. On se laisse prendre au jeu en remuant la tête, on se laisse guider, conduire et planer, on laisse la musique prendre le contrôle et le trip faire son effet.

Ca accélère et ca donne bien et le côté desert space rock revient à la charge avec d’excellentes interventions de gratte soliste qui pose de bonnes variantes. La basse en impose également toujours autant, la batterie fait voyager dans l’espace à coups de cymbales et un Mars.

Spectral Haze, messieurs, dames. Voilà, les présentations sont désormais bien faites. Le groupe norvégien ravira les esprits les plus enfumés d’entre vous, les âmes les plus psychédéliques, les amateurs de bon gros doom space rock d’une autre planète, en bref, un excellent voyage à tenter.


Tracklist:

  1. I.E.V.I-Circumambulating Mount Meru
  2. Mercurian Mantra
  3. Black Gandharvas
  4. I.E.V. II- Observing The Centre Of Infinity
  5. Descent Through The Intravoidal
  6. Triads And Trishulas