Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
février 2015
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

Archives quotidiennes : 27 février 2015

huntressstarboundcd

  • GroupeHuntress 
  • AlbumStarbound Beast 
  • SortieJuin 2013
  • Label : Napalm Records
  • StyleHeavy / Thrash / Doom
  • Site Web : www
  • Note : 16/20

 


Enfin le deuxième album d’ Huntress qui se nomme Starbound Beast. Quand on regarde cet album, on peut constater que l’image à bien changé, fini le coté homme des bois, on découvre le coté cuir et vintage. La pochette du premier album propose une image qui reste longtemps dans nos têtes.

La pochette de Starbound Beast propose un design avec un genre de pyramide qui propulse de l’énergie bleue. Les paroles des titres en parlent souvent. On constate qu’il y a des statues égyptiennes, même du zodiaque, un mélange assez porté sur le coté ésotérique que l’on peut retrouver dans les paroles.

J’ai lu dans certaines interviews que Jill disait qu’elle avait commencé à écrire l’album en tournée estivale en Europe. Elle se levait la nuit et écrivait. Selon elle, elle recevait des paroles et des mélodies qui s’étirait au-delà de sa connaissance de l’occulte. Étrange vous allez me dire, chacun sa faculté d’écrire. Je ne porterai aucun jugement, je connais ce sujet. 

Ce deuxième opus à été crée et réalisé dans le studio Hobby Sop Studios à Los Angeles, avec un producteur plutôt connu, qui s’est occupé de Agnostic Front comme groupe. on retrouve le son du heavy metal comme promis, tout est parfait pour tous les titres de l’album et donc le titre d’intro est parfait.

La durée des titres varie entre quatre et six minutes, tout est bien réglé, sans surprises pour nous, il devrait y avoir plus de petites surprises je trouve. On peut avoir de bon riff comme celui de « Oracle », bien rapide et très bon, du Thrash comme sur « Zenith »… On ne peut pas dire que l’album manque d’énergie, c’est assez fort musicalement. Par contre on retrouve une partie plus douce sur la chanson « Alpha Tauri », le point faible de cet album je pense. Mais ce n’est pas si grave.

On peut dire que les membres du groupe mènent vraiment les morceaux jusqu’au bout, le soli, je dirai un plus, qui apporte la petite chose sur « Destroy Your Life », sans oublier le chant de Jill Janus, qui est vraiment surprenant, envoûtant, elle peut nous chanter du sur du heavy, du thrash, même du Doom. Elle chante sur tous les styles, crie dans ses chansons sans dérailler, sans fausse note.

Petite anecdote, Lemmy de Motorhead à écrit les paroles de « I Want To Fuck You To Dead » sur un bout de papier. Le délire ! Sacrée Lemmy !!

J’ai préférée le premier album Spell Eater plus puissant dans la musique, mais soyons en sûrs, ce nouvel album et aussi bien, mais différent… Surtout ne passez pas à coté de ce Starbound Beast, il se laisse écouté tranquillement dans son bain. On aime ou pas, moi si…


 Tracklist :

01. Enter The Exosphere
02. Blood Sisters
03. I Want To Fuck You To Death 
04. Destroy Your Life
05. Starbound Beast
06. Zenith
07. Oracle
08. Receiver
09. Spectra Spectral
10. Alpha Tauri

568740

  • GroupeHuntress 
  • AlbumSpell Eater
  • SortieAvril 2012
  • Label : Napalm Records
  • StyleHeavy
  • Site Web : www
  • Note : 18/20

 


Huntress, groupe américain est une petite découverte que j’ai faite le 5 février 2015 à Nîmes au Paloma, une salle de concert. Ce groupe est signé sous le label Napalm Records et à débuté sa carrière en 2012, en sortant l’album Spell Eater qui veut dire « mangeur de sortilège ».

Spell Eater est un album heavy metal, avec un coté sombre et ensorceleur. Nous découvrons une belle demoiselle qui se nomme Jill Janus et qui nous viens de Californie. Nous aurions pu lui donner le bon dieu en confession, mais détrompez-vous, elle a une voix qui réveillerait un mort, puissante et des fois dure et qui peut s’étendre sur 4 octaves.

Ça fait des mois qu’on entend parler de ce groupe, surtout de son son clip « Eight of Swords », clip assez sexy, ou l’on peut voir la beauté de Jill dans une tenue légère ou beaucoup pourront loucher dessus… j’espère que vous avez pu revenir à la réalité… Revenons à notre album.

Le premier titre « Eight of Swords » nous montre ce qui nous attend. Comme dans le clip, c’est un titre puissant. Le deuxième titre « Spell Eater » est speed, incisif, un peu du genre old school. Ça me fait penser à du Judas Priest, et vous ? C’est un de mes morceaux préférés j’avoue.

Au fil des titres on comprend que le style de prédilection de Jill et le groupe c’est la sorcellerie et l’occulte ; Vu la pochette et les titres on ne peut pas en douter. Ils proposent des sonorités étranges, mais j’adore.

Les titres suivants montrent bien que Jill à sa propre personnalité qui ce détache des autres chanteuses et sa puissance vocale et surtout son charme ravageur donnent envie de découvrir un peu plus cet album. Le style de Huntress ? Du bon Heavy metal… On trouve différents rythmes dans le teint de voix de Jill. En résumé, cassures, speed, riffs thrash et chant mélodique qu’agressif, et une voix assez démoniaque par moment .

Mes morceaux préférées sont : « Senicide » , « Eight of Swords », « Terror », le son de la basse qui se promène le long des titres et notamment de « Children », le petit effet est bien là…

On peut retrouver une différence avec les autres cd des groupes de métal, une différence de son, de style et de puissance. Le tout sous le charme de Jill Janus .

Cet album dégage un potentiel qui donne envie de les suivre et d’écouter les prochains albums, en espérant bien sur qu’ils soient aussi bon.


 Tracklist :

01. Spell Eater
02. Senicide
03. Sleep And Death
04. Snow Witch

05. Eight Of Swords 
06. Aradia
07. Night Rape
08. Children
09. Terror
10. The Tower

11004788_1601022870116687_367669901_n

  • GroupeEndName
  • AlbumDemetra
  • Sortie2014
  • Label : Dirgenera
  • StyleSludge/Doom/Rock instrumental
  • Site Web : www
  • Note : 14/20

 

En avant vers le Grand Est et plus particulièrement la Russie avec EndName qui proposent cet album : « Demetra » comprenant quatre longs titres pour 43 minutes. Les morceaux instrumentaux sont planants et progressifs et se déroulent sur un fond de sludge rock instrumental.

C’est donc « Duplication Of The World » qui ouvre le bal avec sa base assez rock, mais un rock lourd et hypnotique. Un riff entêtant suit un rythme down tempo et l’ensemble se veut progressif avec  des passages plus variés en rythmes et mélodies. L’ambiance est atmosphérique dans l’ensemble et la seconde partie offre des breaks mélodiques. On pourrait penser avec ce titre à certains morceaux destructurés des Melvins dans le trip.

« Union » poursuit ensuite avec cette grosse basse bien en avant. La lourdeur rythmique est agrémentée de passages à la double et des sonorités spatiales venant appuyer l’aspect planant d’EndName. Le groove ambiant est fluide et le combo se plaît dans le down tempo qui met en valeur le côté anesthésique.

Un esprit bien jam session se ressent dans les morceaux et l’on flotte bien haut avant d’être redirigé vers des ambiances assommantes qui elles s’amenuiseront vers un final très zen, et ce n’est pas l’atmosphère tibétaine finale qui me contredira (Oh, cool ! Un bonze !).

« Forest » est bien glaciale dans son genre et le vent du Grand Est nous fait à nouveau planer à foison. Le début laisse songeur et peut rappeler Neurosis à certains avec les sonorités qui aident facilement le cerveau à flotter de ciel en abysse, le psychédélisme envahit les lieux avec ces battements tribaux. Le space doom rock parégorique proposé prend plein pouvoir sur l’auditeur.

Le final s’opère avec « DOTW RX » qui s’avère être une version revisitée du premier morceau de l’album. Nettement plus noisy/ambient, le titre est assez dérangeant pour toute personne non avertie. Cassures de rythmes, sons tordus, la descente s’avère oppressante promettant un décalage du cerveau.

 

Un album donc très planant au psychédélisme affirmé qui ravira tous les voyageurs musicaux confirmés, qui vous embarquera lentement mais lourdement vers des paysages froids et glaciaux néanmoins enfumés. Le trip est intéressant et ravira tous les amateurs du genre.


Tracklist:

  1. Duplication Of The World
  2. Union
  3. Forest
  4. DOTW RX