Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
février 2015
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

10647645_1563067980578843_60572050_n

  • Groupe : TESS (The End of Sick Sorrow)
  • Album : La Confrérie
  • Sortie : 2012
  • Label : M&O Music
  • Style : Metalcore
  • Site Web : www
  • Note : 12/20

 

Metalcore, France. Un album qui s’écoute, s’écoute, s’écoute avec le temps qui s’écoule.

TESS (ou The End of Sick Sorrow) arrive avec son nouvel album Que S’élève la Poussière dans les bacs MAIS aujourd’hui, nous nous pencherons sur le cas de l’album précèdent ; pour ceux qui suivent le groupe vous devinerez qu’il s’agit de La Confrérie.

Et là je vais mettre le doigt sur l’essentiel, parce qu’il y a tellement de choses à dire sur cet album … La galette file, comme une vraie balle, et maintiendra cette vitesse de croisière avec un ravitaillement en plein milieu « Zeppelin » avant de repartir de plus belle. Même si musicalement, on a pas affaire à ce qui révolutionnera ni le genre, ni la scène Metalcore, on peut faire fi de ce sentiment et ne penser que beaucoup de bien de ce cd ; entre riffs qui sort des sentiers battus et qui monte en générale plus en puissance qu’autre chose, breakdown qui tranche bien et font de très bonne transition dans les morceaux. (que ce soit celui à la batterie sur « Au dessus des débâcles » avec le chant parlé ou encore la plupart des breakdown avec du chant parlé d’ailleurs.)
Malgré tout, c’est justement le fait que la plupart des breakdown se ressemblent qui feront que ça tourne pas mal en rond, d’autres choix auraient pu être fait, mais bon, tant pis.

Au niveau de la percussion, ça déménage pas mal ; elle est même la plus présente sur l’album et possédant le son le plus écrasant, Damien possède un bon jeu, on a autant le droit à des roulements imparables comme aux blast-beats qui ponctuent la fin sur quasiment tous les morceaux, la batterie est puissante à souhait donc, même si la ride se fait timide. Cependant, et parfois au dépit de la basse, cette batterie mène bien le jeu, même si l’instrument se rattrape avec les breaks avec ces lignes qui restent dans la continuité de l’album.
On finira avec le chant de Thibaut : typé Hardcore, à s’en éclater littéralement le gosier, même un peu trop des fois qui se trouve obligé d’haleter entre chaque phrase (plus que flagrant sur « Dernier Virage« ) ce qui n’est pas réellement trop appréciable. Cependant, il enchaine très bien les phrasés de ses textes et les passages ‘chant parlé’ le font vraiment, gros point positif de l’album, en plus des textes qui sont parfois touchant, et feront sûrement de très bon ‘sing along’ en concert. On conclura sur le fait que le chant en Français, dans un groupe de Metal, n’est pas forcément simple à placer, sur l’album de TESS, le pari est réussi, c’est rythmé, puissant et même si ça reste assez linéaire, la performance reste à souligner.

L’album se conclura sur le titre sobrement intitulé « Clôture » dans une ambiance posée voir calme, mais énergique. La Confrérie est un bon album, à écouter au moins une fois ou même plusieurs, mais toujours du début à la fin tellement les titres sont indissociables, il ne reste plus qu’à voir comment le groupe a évolué avec son dernier album.


Tracklist :

01. Précipices
02. La Confrérie
03. Du mensonge au Désastre
04. Sex.Sex.Sex
05. Au Dessus des Débâcles
06. Zeppelin
07. La Nuit de Jack
08. A la demande du Tout-Puissant
09. Dernier Virage
10. Le Mauvais Mort
11. Clôture