Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
novembre 2014
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives quotidiennes : 14 novembre 2014

1486557_856908354320337_4384679713238299573_n

  • Groupe : Nobody’s Straight
  • Album : Utopique
  • Sortie : 24 Novembre 2014
  • Label : M & O Music
  • Style : Hardcore/Metal
  • Site Webwww
  • Note : 17/20

 

Hardcore Metal, France, un album qui sera une pierre angulaire à la carrière de Nobody’s Straight, certainement.

Nobody’s Straight nous reviennent après deux ans et un Bicéphale bien accueilli par les critiques (l’album a été produit par Stephane Buriez qu’on ne présentera plus) et sa plus de centaines de dates derrière eux. La première chose que j’ai apprécié entièrement à l’œil, c’est le CD (la pochette aussi, sobre et élégante, quoiqu’un peu trop sombre à mon goût) avec des couleurs vives, représentant l’intérieur d’un barillet d’un pistolet. Allez, on met la galette dans la chaine Hi-fi.

A la première écoute, qui, ma foi, est passée assez vite, déjà une forte impression, mais pas de déjà-entendue : plutôt un ressenti de fortes influences de The ARRS que ce soit dans les rythmiques ou la composition des morceaux et Lofofora dans les paroles ou même dans le son.

D’ailleurs, la production fut mixé et masterisé par Etienne Sarthou (AqmE, The Butcher’s Rodeo, Memories of a DeadMan, etc…) et ce qu’on peut en dire, c’est que le travail fourni est très bien foutu, aucun instrument n’est en reste et on prends vraiment plaisir à faire tourner en boucle l’album pour écouter et ré-écouter tous les instruments afin d’en décomposer la structure. La production n’est peut-être pas massive comme sur le dernier Machine Head dont j’ai pu faire les frais aussi, mais ce n’est pas pour autant qu’elle est mauvaise ; une production lisse comme Nobody’s Straight où tout est bien équilibré vaut mieux que certaines dont le son ressemble plus à de la mélasse ou alors avec des instruments qui sont transparents, voir inexistants.

N’étant pas un aficionado d’Hardcore habituellement, (quoi qu’ayant une passion pour les premières productions de Madball ou encore adeptes de ce que la scène française peut offrir d’assez gros avec des groupes tels que Lofofora, The ARRS…) je dois dire que Nobody’s Straight a su me conquérir ; des riffs de guitare qui tabassent bien, une basse omniprésente, groovy et en rythme avec la batterie (ça m’avait manqué sur mes dernières écoutes ça !) et un chant en français (rien que ça !) qui est très bien posé, aussi rythmé que la basse.

Le combo d’Alençon ne s’arrête jamais tout le long de l’album ; en effet, cet album est une véritable balle qui touche sa cible, aucun moment de répit sur la galette n’est à disposition. (malgré quelques passages ici et là, comme sur Processus par exemple). Je reviens également sur le côté Lofofora : les paroles aussi ne s’arrête pas de critiquer une société décadente et abrutie par les sujets actuels (Lobotomie avec Marco de Sissouane, Ironie …) ou encore le conformisme absolu. (Capitulé)

Nobody’s Straight nous offrent donc un excellent d’album qui s’ajoutera aux très bonnes productions d’Hardcore français, aucune lassitude après de multiples écoutes, un mixage à en faire baver plus d’un, bref l’excellente surprise de cette fin d’année.


Tracklist :
 
1. La Violence des Mots
2. Profané
3. Capitulé
4. Autopsie
5. Camisolé
6. Quart d’Heure de Gloire
7. Persévérance
8. Faiblesse Humaine
9. Processus
10. Lobotomie (Feat. Marco de Sissouane)
11. Insouciance
12. Ironie