Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
septembre 2014
L M M J V S D
« Août   Oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives quotidiennes : 3 septembre 2014

51GsdG-Ox8L._AA160_

  • Groupe : Xerath
  • Album : III
  • Sortie : Septembre 2014
  • Label : Candlelight Records
  • Style : Metal Extreme et Progressif, avec une touche de Symphonique
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


 

Sur ma précédente chronique de Xerath évoquant II (que vous pouvez lire en cliquant ici) j’avais dit que le groupe n’allait ni plus vite, ni plus loin que I. Et bien ici il n’en sera pas de même car III est plus excessif que jamais. Xerath fonce droit devant en proposant un album (difficilement domptable j’en conviens) explosif et opulent. Il y en a partout et c’est certain, même un peu trop. Vous avez dit groupe metal moderne orchestral de pointe ? C’est exactement ce que vous répondront les membres du groupe, sans prétention aucune, je l’espère. Quoi qu’il en soit et c’est bien là le problème, ils auront raison les bougres.

Difficile de ne pas penser à Devin Townsend et à SYL, une fois de plus sur III, car il est impossible de nier l’influence. Xerath outre-passe même par moment le droit à la repompe, notamment sur « I Hold Dominion » qui ouvre le disque. On se dit même que c’est Devin lui-même qui tient le micro tant la ressemblance est frappante. Et cela ne s’arrête pas là puisque musicalement on nage en plein The New Black de SYL. Pas simple après une telle composition de se dire que l’on pourra être surpris durant les 70 minutes de musique que nous propose la formation. Non, il faut réellement se les farcir les 14 titres et parfois ce n’est pas simple, tant la musique de Xerath est surchargée. Du Death, en veux-tu en voilà, du symphonique il y a aussi, de la technique je n’en parle même pas et ça sera même sans oublier quelques effets Indus que ne renierai pas Fear Factory. On se demande où va s’arrêter Xerath dans sa fusion des genres. « Bleed this Body Clean » par exemple regroupe un peu tout ça. C’est très beau, car bien mixé, avec des arrangements dignes de Dimmu Borgir ou de Fleshgod Apocalype, mais à trop vouloir en faire on fini par s’y perdre un peu, comme sur certaines compositions de Biomechanical

Les violons ont beau être de sortis, ce sont bien les break et les soli de guitares signées Conor McGouran qui font mouchent et nous sortent de l’indigestion (« The Sentinel »). Pourtant niveau rythmique ça joue les durs, autant sur la pédale que sur les changements de rythmes (« Passanger », « 2053 », « Demigod Doctrine »…), mais peut-être qu’un peu de voix claire et ou dissonante auraient pu apporter un bol d’air frais. Car souvent on frise l’asphyxie surtout en fin d’album (« The Chaos Reign », « Ironclad »). A ce titre, « Veil Pt. 1 & 2 » prouvent qu’un certain vent de fraîcheur plane ici et là. Le solo et la mélodie qui les accompagne sont des petite merveilles. 

Pas de miracle, à trop vouloir en faire, ce coup-ci Xerath se prend les pieds dans le tapis. Techniquement irréprochable III se voit handicaper par sa propre exubérance ainsi que par sa ressemblance trop évidente avec Devin Townsend (Richard Thomson y est aussi pour quelque chose). Un bon disque tout de même.


 

Tracklist:
01. I Hold Dominion
02. 2053
03. I Hunt For the Weak
04. Autonomous
05. Bleed this Body Clean
06. Death Defiant
07. Sentinels
08. Passenger
09. Ironclad
10. Demigod Doctrine
11. The Chaos Reign
12. Witness
13. Veil Pt. 1
14. Veil Pt. 2