Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
septembre 2014
L M M J V S D
« Août   Oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives mensuelles : septembre 2014

DMALC#7

Vendredi 19 Septembre 2014, fête des transports publics, célébrons en cette journée l’éco-partage avec des moyens de transport tels que le tandem, le bus ou … Ah ? Oups, ce n’est pas le sujet … (Changement de fiche)

Vendredi 19 Septembre 2014, aujourd’hui débute la première journée du festival « Du Metal à la Campagne » qui revient pour sa 7ème édition, et qui nous gratifie d’une affiche très très alléchante ! On y retrouve en tête d’affiche Lofofora, Benighted, Colossus, General Lee … Mais je m’y attarderais à un autre moment, puisque sur les 2 jours, 12 groupes nous seront proposés. Et le festival en lui-même ? Il s’agit ici d’un petit festival/village avec une assez grande superficie avec des animations comme le Karaoké Metal, des arts de la rue, un coin détente, un stand Guitar Hero,etc… et possède 2 scènes (La Source et Meulen Hof)

On va commencer mais pas par l’affiche ! Vu que le festival est sur 2 jours, un camping sera proposé (1ère année pour le festival d’ailleurs) à environ 10 minutes de marche de la scène La Source/Meulen Hof … Pratique ! On est donc sur un festival à taille humaine, et ça, c’est quelque chose qui me plait, vraiment, sans aucune ironie ni prétention. Après avoir installé la tente, nous voici donc partis pour la scène  » La Source « , ouverture de la billetterie à 19h30, je n’ai pas eu à attendre bien longtemps pour avoir mon pass, cette histoire s’est réglée rapidement et … GO ! Nous avons pu rentrer dans l’enceinte du festival donc.

VENDREDI 19

Cadre sympathique et reposant s’il en est, on se sent « comme » à la campagne, des tables pour discuter et se poser avant les concerts ou entre deux ou juste pour attendre sont un bon point, surtout qu’une pizzeria était présente avec une carte de pizza axée aussi Metal que le festival. (Mention spéciale à la Cannibale Corpse, entièrement composée de viandes !) La facilité, peut-être, certains en verront même trop, mais c’est ce genre de référence qui m’a plu, et les pizzaïolos, des gens très accueillants et souriants qui n’hésitent pas non plus à faire la fête ! Mais assez parlé bouffe, il est 20h00 !

Unstable, groupe originaire de Calais qui est désormais basé à Lille ouvre donc cette septième édition Du Metal à la Campagne … Grosse « surprise », pour ceux qui suivent le groupe, ce n’est pas la peine de le faire remarquer, mais pour ceux qui veulent le découvrir, Unstable a changé de line-up à maintes reprises ces dernières années (Je les ais vu pour la première fois en 2011) donc autant dire que la différence s’est faite sentir. Unstable nous offre « pour l’honneur » si je puis reprendre les mots du chanteur, un Metalcore Melodique qui alterne entre passages lourds et passages mélodiques …
« Ouais c’est du Metalcore Melodique quoi, ça sert à quoi que tu le précises qu’il y ait des passages lourds de Metalcore et du clair du Melodique !? »
Pour ceux qui le savent pas banane ! Cela dit même si ça reste basique dans les mots, Unstable ne se limite pas à copier bêtement ce qui existe déjà et nous montre sa propre vision du Metalcore Melodique. Fan de Caliban, vous risquez de vous prendre une sacré trempe suite à l’écoute de leur second EP éponyme. Légère déception quand même, dû à un public qui n’était pas très présent malheureusement, mais ceux qui était là ont quand même su donner à Unstable le La, pour l’honneur !

Setlist : Sick, Bleed For Nothing, Control, Seeking of His Life, Supernova, Gone&Augmented

 

  • UnstableMetal à la Campagne 7
  • UnstableMetal à la Campagne 7
  • UnstableMetal à la Campagne 7
  • UnstableMetal à la Campagne 7
  • UnstableMetal à la Campagne 7
Unstable1 Unstable2 Unstable3 Unstable4 Unstable5
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Oh Eh ! Oh Eh ! Du bateau ! Nous voguerons ensuite au rythme des voiles du groupe boulonnais Netfastcore qui jette l’ancre avec son Hardcore/Deathcore furieux avec une touche légère (mais vraiment légère) de Grindcore et de Prog par moment. Formé en 2003 et déjà fort d’une démo et de deux EPs, le groupe débarque donc à la Campagne pour défendre son premier album qui sortira dans le courant du mois prochain : « And Everything Returns To Dust « .

Un groupe complice, c’est la seule définition qui me viendrait en tête pour Netfastcore ; autant entre eux qu’avec le public, la formation sait faire entrer le dialogue, notamment dû au fait que Gauthier, le chanteur, n’hésite pas à se mettre souvent accroupi pour passer le micro au public. Un régal pour les oreilles et l’une des bonnes découvertes de ce festival.

Setlist : Mycenae, Augustus/Eternal Realm, The Plot, The Landanum Effect, The Fall, How to Start a Tsunami, Broken and Bruised, And Everything Returns to Dust, Legion of The Hopelessness

 

  • Netfast CoreMetal à la Campagne 7
  • Netfast CoreMetal à la Campagne 7
  • Netfast CoreMetal à la Campagne 7
  • Netfast CoreMetal à la Campagne 7
  • Netfast CoreMetal à la Campagne 7
  • Netfast CoreMetal à la Campagne 7
Netfast Core1 Netfast Core2 Netfast Core3 Netfast Core4 Netfast Core5 Netfast Core6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Une pause s’impose ! Pizza avec de bons amis qui viennent de loin ? Passons donc un bon moment ensemble ! Puis suite à ça, WILD entamera son set. SAUVAGE c’est quoi ? Non évitons cette mauvaise blague, WILD ou Wake Initiated Lucid Dream, c’est une musique vachement méchante et groovy qui tabasse bien comme il faut avec un Jérôme au chant qui growl et, de temps à autre, nous fait de méchants et vicieux pig squeals comme on aime. Pour l’anecdote, WILD s’appelait WILD Karnivor et Jérôme chantait en français. (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, même si les titres de l’époque de WILD Karnivor sont encore joués en live)
Et pour ce soir c’est un show très très particulier que WILD nous réserve : en effet, monsieur Vincent Bigaillon, guitariste de l’époque WILD Karnivor est revenu dans le groupe !!! Autant vous dire que ce « changement » n’apporte que du bon dans le groupe et qu’il en est même plus qu’appréciable !
Puis arrivé à la fin du show, Jérôme propose à quelqu’un de monter sur scène pour 2 reprises et … votre serviteur s’y est collé ! Nous avons donc partager le même micro durant Mouth for War de Pantera ainsi que Slave New World de Sepultura (durant le solo de cette dernière, des fans ont littéralement chopés Fred, le guitariste du groupe pour lui faire un slam, et il a tenu toutes les notes et n’a rien raté le bougre !) et aussi une bouteille de Jack Daniel’s, mais ça c’est une toute autre histoire !

Setlist : Groovy Death, Erinye, Contexte, Torture, L’Appel, Mouth for War (Pantera cover), Slave New World (Sepultura Cover)

 

  • WildMetal à la Campagne 7
  • WildMetal à la Campagne 7
  • WildMetal à la Campagne 7
  • WildMetal à la Campagne 7
  • WildMetal à la Campagne 7
  • WildMetal à la Campagne 7
Wild1 Wild2 Wild3 Wild4 Wild5 Wild6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Pour finir cette soirée, j’espère que vous êtes prêts à « move your ass on the dancefloor » puisque ce sera Dancefloor Disaster qui clôturera ce premier jour du Metal à la Campagne, septième du nom. Formé en 2010, cette formation d’Electro-Metal, qui est la réunion de membres de Omaïra et Kiemsa pour ne citer que ces noms-là, nous proposent un show bien huilé à la boule et au crâne à facette, mais peux aussi compter sur la présence de deux chanteurs. En effet, on aura le droit à des remix (et là j’insiste bien sur le terme de remix, car il ne s’agit pas que de simples reprises) de titres tels que The Rythm of The Night de Corona « Corones« , Gangnam Style de Psy « Gangbang Style » ou Omen des excellents Prodigy « Oh Men! ».

Un groupe à écouter et à voir en live, assurément, chacun son avis, mais après avoir écouté dans la voiture l’après-midi la version studio, il me semble nettement plus intéressant de voir leur prestation en concert. Petit moment détente pendant la reprise de la fameuse « Macarena » ou l’un des deux chanteur fait monter une poignée de filles sur scène pour faire la fameuse danse, ça ou alors après la fin du show, moment Dancefloor où la possibilité de monter sur scène pour danser à fait naître quelques stars du télé-crochet « Danse avec les Stars » sans le moindre doute !

Setlist : LMFKO (LMFAO – Party Rock Anthem), Testiculer (Britney Spears – Womanizer), I’m Escape Man (Scatman – Scatman), No Limits (2 Unlimited – No Limit), Gang Bang Style (Psy – Gangnam Style), Hey Boy New (Chemical Brother – Hey Boy Hey Girl), Till The World Bends (Britney Spears – Till The World Ends),  N’arrête donc pas la fête (Black Eyed Peas – Don’t Stop the Party), Corones (Corona – The Rythm of The Night), Mocorena (Los Del Rio – Macarena), Lady Gras Gras (Lady Gaga – Telephone), Oh Men! (The Prodigy – Omen), Quoi c’est l’amour (Haddaway – What is Love), Staticfation (Benny Bennassi – Satisfaction), Gettin Over Crew (David Guetta – Gettin’ Over You)

  • Dancefloor DisasterMetal à la Campagne 7
  • Dancefloor DisasterMetal à la Campagne 7
  • Dancefloor DisasterMetal à la Campagne 7
  • Dancefloor DisasterMetal à la Campagne 7
  • Dancefloor DisasterMetal à la Campagne 7
  • Dancefloor Disaster Metal à la Campagne 7
Dancefloor Disaster1 Dancefloor Disaster2 Dancefloor Disaster3 Dancefloor Disaster4 Dancefloor Disaster5 Dancefloor Disaster 6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Fin de la soirée, rencontre avec les membres de différents groupes, discussion autour d’un verre, des anecdotes intéressantes, des rencontres, et bonne surprise, Jacou Pierre, le bassiste d’Ultra Vomit et Black Bomb Ä (au choix) était présent ! Je rassure certains qui lisent ces lignes : on m’a rien dit à propos d’un éventuel nouvel album du Vomit, quoi que …
Retour au camping, et autant dire que l’ambiance était un peu au calme plat, au moment où nous sommes arrivés, quasiment tout le monde se reposait sur ces deux oreilles. J’ai donc passé la nuit à droite à gauche avec des connaissances ou amis, jusqu’à ce que l’aube se lève. L’ambiance se fit plus sentir au matin qu’au soir quand même. Enfin, je vais passer tout ça, et l’on va aller plus tard dans la journée.


 

SAMEDI 20

 

14h30 : ouverture de la billetterie de la grosse journée.
15h00 : Ouverture des portes et également ouverture du set de Screaming Flames.

Aaaaaaaaaah … Screaming Flames … Que dire, que dire, que dire ? Metalcore Melodique, mais cette fois-ci rien à voir avec Unstable ; on a deux chanteurs présents sur scène (Compteur de groupes avec deux chanteurs : 2) qui arrivent à bien s’harmoniser, c’est le mot et bien plus doux et plus calme que les Instables la veille. Personnellement, ce n’est pas le groupe qui m’aura le plus fait vibrer, je ne me suis pas senti véritablement à travers leur musique, le courant n’est pas passé entre nous …

Mais ne boudez pas votre plaisir chers lecteurs, peut-être les aimeriez-vous avec leurs riffs qui sont quand même chatoyants à l’oreille et porteurs d’une certaine attention ? Je vous laisse donc découvrir.

Setlist : Self Fight, Death In Your Eyes, Bullet In Your Head, Religions, Screams of the Walking Dead, Megalodon, A Sun In My Sky

 

  • Screaming FlamesMetal à la Campagne 7
  • Screaming FlamesMetal à la Campagne 7
  • Screaming FlamesMetal à la Campagne 7
  • Screaming FlamesMetal à la Campagne 7
  • Screaming FlamesMetal à la Campagne 7
Screaming Flames1 Screaming Flames2 Screaming Flames3 Screaming Flames4 Screaming Flames5
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

On enchaîne ensuite avec Fool’s Paradise, groupe local à l’image de Screaming Flames, venant défendre son MCD « Forest of Lies » sorti en Mars de cette année. Amateur d’ambiance de forêts verdoyantes ou de délires complètement psyché mélangés à une sauce Heavy Metal, vous allez prendre votre pied !

Outre le chanteur qui bouge énormément sur scène, qui fait valser son pied de micro un peu partout et qui, de temps à autre, part en coulisses pour revenir sur scène juste après (oui, véridique), ils savent mettre l’ambiance ! Et quelle ambiance ! Une autre des agréables surprises du festival, sans concession, à suivre également.

Setlist : Overload Screens, Wasting My Soul, Heaven’s Image, Monopoly Society, The Sole Survivor, Misunderstood

 

  • Fool's ParadiseMetal à la Campagne 7
  • Fool's ParadiseMetal à la Campagne 7
  • Fool's ParadiseMetal à la Campagne 7
  • Fool's ParadiseMetal à la Campagne 7
  • Fool's ParadiseMetal à la Campagne 7
Fool's Paradise1 Fool's Paradise2 Fool's Paradise3 Fool's Paradise4 Fool's Paradise5
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Pause, j’en profite pour faire un tour dans l’espace détente où je discute avec des amis, puis je croise Holy, (ndlr : batteur de GOON ce soir-là mais également du groupe de Stoner calaisien Zoé) souriant comme à son habitude, et la surprise fût d’autant plus grande après que j’ai pu croiser ce cher Anthony Dubois. (ndlr : sa réputation en tant que photographe n’est plus à faire, et il est de ceux qui m’inspirent dans mes clichés) J’en profite donc pour discuter photos avec, puis je repars pour un nouveau shoot.

Initialement prévu, Tyson Boogie à du annuler son show … Dommage, mais leurs remplaçants en vaut largement la chandelle, puisqu’il s’agit du groupe One Eye Dollar. (Dans lequel on retrouve le guitariste de WILD, Fred, soit dit-en passant)
Ami du bourbon, de revolvers et autres gâchettes facile du far-west, ce groupe est pour toi ! One Eye Dollar, c’est l’énergie du Stoner pur mélangé à une touche légèrement Metal Groove, et la recette te donne One Eye Dollar. Show énergique, prestation de folie, ambiance de saloon garantie, le groupe sait y faire, et c’est clairement le groupe qui m’aura le plus fait voyager durant tout le festival.

L’ambiance étant le gros mérite à ce commentaire, ce qui ne veut pas dire que la musique n’y est pas, bien au contraire, elle valorise même les musiciens qui ont véritablement la patate sur scène ! Venu défendre leur premier EP, il s’agit là d’un groupe à suivre.

Setlist : One Eye Dollar, From Skies to Dust, This Lake of Sorrows, No Place Like Home, Dead Cheerleaders Dead, Bumblebeer

  • One Eye Dollar Metal à la Campagne 7
  • One Eye Dollar Metal à la Campagne 7
  • One Eye Dollar Metal à la Campagne 7
  • One Eye Dollar Metal à la Campagne 7
  • One Eye Dollar Metal à la Campagne 7
  • One Eye Dollar Metal à la Campagne 7
One Eye Dollar 1 One Eye Dollar 2 One Eye Dollar 3 One Eye Dollar 4 One Eye Dollar 5 One Eye Dollar 6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

 

Balade improvisée entre la zone de détente et le côté de la salle, et là, on va avoir à faire à du méchant, du rétif , du vicieux ! Colossus est dans la place et le sextuor (j’aurais bien dit sextet, mais il aurait fallu faire passer Colossus pour du jazz, et on est loin d’être dans un style aussi posé) à clairement un message à faire passer, et c’est celui de foutre le bordel et de tabasser toute forme de vie présente.
Colossus, si on devait leur coller une étiquette, selon moi ce serait du Brutal Deathcore, ou du Brutal Death moderne, voyez par vous-même. Le Colosse est bicéphale, d’un côté Fab‘ et de l’autre Jordan, qui sont clairement compatibles l’un avec l’autre. (puisque c’est au-dessus d’harmonieux à un tel niveau et d’ailleurs pour la blague : compteur de groupes à deux chanteurs : 3) Les musiciens montrent également un niveau de technique très élevé, tout en ne s’éloignant pas trop loin et ne partant pas dans la cacophonie non plus.

Venu défendre son deuxième album Lobotocracy et après un passage remarqué où ils ont fini deuxième sur le concours SFR Pression Live au Hellfest, Colossus est clairement un groupe qui envoie du bourrin en live, autant dans leur musique que dans l’émotion ressentie en les voyant. (Surtout quand le chanteur fait pratiquement 35cm de plus que toi et qu’il te fixe en te gueulant dessus)

Setlist : The Combustion Point, Evolution Failure, Endless Torments, Uninvited Guest, Worst Clone Award, The Path of Retaliation, We are The One Called Devils, The Beyond Chronicles, Seize My Final Breath

 

 

  • Colossus
  • Colossus
  • Colossus
  • Colossus
  • Colossus
  • Colossus
Colossus1 Colossus2 Colossus3 Colossus4 Colossus5 Colossus6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Pour la scène de la Source, c’est fini, Colossus remballe son matos, et il est l’heure d’aller à la grande salle, près de la scène Meulen Hof.
Sympathique ouverture, avec barbecue, stands Guitar Hero (ndlr : où votre rédacteur à fait un malheur et fût redemandé au passage) bref tout ce qu’il faut pour rendre le cadre encore et toujours sympathique.

20h00 et GOON lance son show ! Je les ais ratés une première fois (ndlr : le 3 Mai avec Quintessence of Versatility et Unstable) alors je ne pouvais pas passer à côté cette fois-ci !
Fort de leur maxi 4 titres, Until The End, (ndlr : que j’ai chroniquer juste avant leur passage) et des cendres du groupe Se7en (tournée en France et à l’étranger avec Gojira, Avenged Sevenfold, Loudblast, Dagoba, Lofofora entre autres) les Goonies arrivent sur scène et voilà que sonnent les premières notes de Protocol A.D., et autant vous dire que les pogos se sont lancés aussi vite que celles-là, GOON sait se faire respecter autant en live qu’en studio et ça, c’est toujours que du bonus pour eux. Le fameux bijou Big Drone était l’avant-dernier morceau, pour finir sur Boomerang. Un spectacle mémorable, une photo avec les fans, GOON à clairement assurer ce soir.

Setlist Protocol A.D., Shamanic Governance, Stay in Position, Call of Dirty, Bury to Forget, Fed’Up, Keiser Söze, Speed Hating, Colors of Pain, Big Drone, Boomerang.

 

  • GoonMetal à la Campagne 7
  • GoonMetal à la Campagne 7
  • GoonMetal à la Campagne 7
  • GoonMetal à la Campagne 7
  • GoonMetal à la Campagne 7
  • GoonMetal à la Campagne 7
Goon1 Goon2 Goon3 Goon4 Goon5 Goon6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

 

Amateurs porcins et d’autres piq squeals, vous allez être ravis ; Benighted vient défendre son dernier album (sorti en Février cette année) dans nos contrées nordiques, autant dire que pour ça, il a fallu être en forme … et le public l’était, c’est le moins que l’on puisse dire. (et sans barrière, ça a était dur pour les photos) Julien (ndlr : chanteur) n’avais même pas fini d’énoncer le fameux titre de « LET THE BLOOD SPILL BETWEEN MY BROKEN TEETH » que le public était déjà parti ! Experience Your Flesh sera très demandé également, un véritable carnage, des pogos ultra-violents et un wall of death.

 

Autant dire que Benighted a fait très forte impression ce soir-là. Ce sera également le moment pour découvrir Emmanuel Dalle (Guitare) ainsi que Pierre à la basse.

Setlist : X2Y, Noise, Let The Blood Spill Between My Broken Teeth, Collapse, Experience Your Flesh, Prey, Fritzl, Collection of Dead Portraits, Slaughter-Suicide, Slut, Asylum Cave.
 
  • BenightedMetal à la Campagne 7
  • BenightedMetal à la Campagne 7
  • BenightedMetal à la Campagne 7
  • BenightedMetal à la Campagne 7
  • BenightedMetal à la Campagne 7
  • BenightedMetal à la Campagne 7
Benighted1 Benighted2 Benighted3 Benighted4 Benighted5 Benighted6
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

 

 

22h15 et General Lee ouvre son set avec Letter Of Aaron Kosminski From Hell. J’ai souvent entendu parler de ce groupe, et il est déjà passé pas loin de chez moi à quelques reprises (mais manque de curiosité, je n’ai jamais fait le déplacement), et autant vous dire qu’y repenser me fait mal au cœur, car ce groupe est fou proportionnellement à sa sympathie, entre leur chanteur qui descend dans le public, qui me fait gueuler dans son micro et autres, le General à clairement su se faire remarquer avec son propre son.

Je ne pourrais pas vous donner un style précis tellement le groupe est singulier dans sa démarche musicale, le mieux à faire est encore d’aller écouter pour se rendre compte, mais imaginez vous un mélange entre Black Label Society, Paradise Lost et Metallica, tout un programme donc !

Setlist : Letter of Aaron Kosminski From Hell, Hellbound on VHS, The Witching Hour, Medusa Howls With Wolves, Colossal Rains, Junon, Satanico Pandemonium, The Nameless Six.

 

  • General LeeMetal à la Campagne 7
  • General LeeMetal à la Campagne 7
  • General LeeMetal à la Campagne 7
  • General LeeMetal à la Campagne 7
  • General LeeMetal à la Campagne 7
General Lee1 General Lee2 General Lee3 General Lee4 General Lee5
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

 

Ah et là, ça y’est, on arrive au dernier groupe et pas des moindres … Lofofora ! Le groupe vient fouler les planches de Rexpoëde pour défendre leur dernier album sorti quelques jours auparavant, l’Epreuve du Contraire. Toujours fort de l’énergie qui le caractérise, le cactus hallucinogène nous fait un show des plus électriques, avec des musiciens plus en forme que jamais. Les ayant vu au Hellfest quelques mois plus tôt (à l’image de Colossus), autant vous dire que la rage et l’énergie était au rendez-vous, autant que la date Clissonnaise, et l’on ne se lasse pas des mimiques perpétrées par le ‘sieur Reuno sur scène, toujours aussi positif et exaltant dans sa façon de faire. Les titres défilent et le public met l’ambiance dans la fosse sans se reposer à un seul moment.

C’est avec un dernier hommage au Père Schultz de Parabellum et sur ses notes de poésie que Lofofora clôturera son concert. Petit after avec Fatherless Child et ses mixs de chansons Hard/Metal, discussion autour d’un verre avec Arno de Black Bomb Ä et Julien de Benighted ainsi qu’Anthony Dubois, et c’est terminé, on retourne as’baraque comme on dit dans ch’nord !

  • LofoforaMetal à la Campagne 7
  • LofoforaMetal à la Campagne 7
  • LofoforaMetal à la Campagne 7
  • LofoforaMetal à la Campagne 7
  • LofoforaMetal à la Campagne 7
Lofofora1 Lofofora2 Lofofora3 Lofofora4 Lofofora5
image slider jquery by WOWSlider.com v5.4

Setlist : Le Fond et la Forme, Mémoire de Singes, Utopiste, La Chute, Envie de Tuer, Au Secours, Charisman, Contre Les Murs, Pornolitique, Psaume Cac 40, Cannibale, Autopilote, Le Malheur des Autres, L’Oeuf, Justine, Tsarine, Ilôt Amsterdam (Cover Parabellum)

 

 

Alors que penser de cette septième édition Du Metal à la Campagne ? L’installation d’un camping était cohérente et il fallait que ça se fasse, du fait que la soirée du Vendredi était gratuite sur présentation du billet du samedi. (et ça, c’est vraiment bonus, 4 concerts gratuits quoi !) Une très belle affiche pour un billet à prix réduit. (12 groupes pour 15€, ça revient quand même à 1,25€ le groupe) Les organisateurs ainsi que les bénévoles sont souriants et accueillants, on a envie de taper la discussion avec eux, mais ce n’est pas pour autant qu’ils faut les gêner dans leur travail !

Deux très belles salles également, cependant au niveau de la scène de La Source, le son du chant était assez bas par moment, seul petit bémol. De très bon moments passés, que ce soit avec certains festivaliers ou avec les artistes qui était présents pour leurs groupes au festival ainsi que des artistes qui n’était là qu’en spectateur. (Arno ou Jacou de Black Bomb Ä entre autre, mais il y avait aussi Tom, chanteur du groupe Arkanan ou encore Aldo, guitariste du groupe Zoé.) Cette septième édition m’a paru être une belle réussite, et je n’hésiterais pas à y retourner, pour le Metal à la Campagne#8.

Les + :

– Les Stands de merch des groupes

– Les différents points nourritures à proximité (pizzeria, snack, etc…)

– L’accueil des organisateurs, des bénévoles …

– L’affiche à prix réduit

– L’organisation du village

– Le camping mis en place

Les – :

– Son de la scène  » La Source  » un peu bas pour le chant par moment, voir souvent.

– Les lights de la scène  » La Source  » …

– La pluie et l’orage le premier soir du camping, bien que dissipés rapidement.

4d7e23164d (1)

15 Mai 2010, 27 Septembre 2014… plus de 4 années se sont écoulées depuis le Festi Rock où j’ai pu revoir Conscience en concert. C’est donc ce soir mon 11ieme concert de Conscience et je dois dire qu’après cette soirée, je ne suis toujours pas gavé. 

Il s’en est passé des choses durant ces 4 ans. Le groupe a profondément changé du moins en ce qui concernent le line-up car pour ce qui est de la musique pas tant que ça, et humainement Conscience reste proche du public, de son public. C’est sans doute ça qui permet au groupe d’accueillir autant de personnes dans la ville du Pecq pour l’Estival 2014.

L’Estival est un festival (comme son nom le sous-entend) qui se déroule sur plusieurs jours et plusieurs endroits autour et dans la ville de St Germain en Lay. Le Pecq accueille plusieurs concerts dont celui de Conscience en compagnie de Caroline Rose. Pour assister au concert de Charlelie Couture qui a lieu le même jour il faudra aller voir ailleurs. Dommage pour moi, je m’étais fait à l’idée de voir ce grand artiste juste après Conscience… La vie est cruelle.

C’est donc l’une des participantes de The Voice qui va ce soir ouvrir les festivités. Caroline Rose, c’est son nom et nous retiendrons de son show de ce soir, outre ses talons très haut (que la demoiselle finira par retirer vers la fin), sa superbe crinière ainsi que ses morceaux très Rock, voir Metal. Une prestation très convaincante pour moi qui m’a donné envie d’écouter ses EP (chroniqués sur le site). EP qui seront interprétés ce soir avec conviction et intensité. Caroline possède une prestance très grunge dans son attitude et dans ses titres. C’est musclé, mais ça reste sobre. Sa voix est agréable et on s’étonne de l’entendre growler sur quelques titres. Je pense que le public (disséminé dans la salle) ne s’attendait pas non plus à ce genre d’hurlements. Caroline bouge pas mal sur scène malgré ses hauts talons, respect ! Ses musiciens sont bons, j’ai particulièrement apprécié son batteur, plutôt efficace.
Bonne prestation donc pour Caroline Rose qui méritait sans doute un public un peu plus nombreux et surtout plus réceptif. A noter que la miss était chez Paulette la veille, un gage de qualité.

  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
  • Caroline RoseL'Estival 2014
Caroline Rose1 Caroline Rose2 Caroline Rose3 Caroline Rose4 Caroline Rose5 Caroline Rose6 Caroline Rose7 Caroline Rose8
jquery photo gallery by WOWSlider.com v5.4

Après la petite pause de rigueur et alors que Conscience rentre sur scène sur fond de «Distance» le public se fait plus présent. A croire que la fan base est toujours présente. Conscience et Le Pecq c’est un peu comme une seconde maison, comme a pu l’être un certain temps La Scène Bastille puisque le groupe a déjà joué ici lors de L’Estival 2006 et le Festi Rock 2010. Qui dit maison, dit certaine aisance et cela se ressent, même chez les petits nouveaux Matthieu Vallé‭ (‬claviers‭) ‬et Futa Okumura (basse). C’est avec joie que je vais découvrir ce nouveau disque joué pour le coup intégralement en live. Conscience fête en effet la sortie officielle de Aftermath of a Summer Snow ce jour même. Autant ne pas faire les choses à moitié, vous en conviendrez. Et quitte à faire bien autant faire les choses en grand, avec la présence d’un grand écran derrière le groupe diffusant des vidéos en rapport direct avec le titre interprété. Bien pensé et bien foutu, le groupe nous gâte pour le coup.
Après l’intro, qui est en fait l’épilogue de l’album, Conscience attaque donc logiquement par «Beckoned». Pour moi, comme sous entendu plus haut, c’est une véritable découverte, car pour tout vous avouer (et pour en avoir parlé avec Tom) je n’ai pas vraiment écouter L’Act I lors de sa sortie ayant été très déçu par celui-ci lors de sa mis en ligne en 2010, autant vocalement que de par la production. Autant la jouer franc avec vous et avec le groupe. Ainsi, c’est avec un plaisir immense et une certaine forme de virginité que je vais découvrir ce que cache vraiment ce concept.
Au fait, le concept c’est quoi ? Matt l’a pourtant expliqué. Un homme retourne dans son village et retrouve sa nounou qui lui…. non, stop, il fallait être là. En tout cas, merci à Nicolas Moulard pour nous avoir écrit un truc aussi alambiqué !

  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
Conscience1 Conscience2 Conscience3 Conscience4 Conscience5 Conscience6 Conscience7 Conscience8
jquery photo gallery by WOWSlider.com v5.4

Mais revenons au Show. Matt transmet au public présent sa joie d’être sur scène et avec le grand sourire de Tom, on ressent bien que le groupe est heureux d’être là. Derrière la batterie électrique de Nico blessé mais diablement performant on ressent nullement ses douleurs. Aucun doute, je n’aimerai pas être à sa place pourtant le gaillard assure grandement. Musicalement l’Act I sonne bel et bien Metal Progressif. Sur ce nouvel album Conscience se laisse aller et semble tout en étant technique laisser parler plus d’émotions que sur le disque précédent. Un choix que j’accepte d’autant que cela renforce bel et bien mon ressenti d’il y a quelques années, Conscience a su trouver son propre style. Matt (le claviériste, qui est aussi guitariste… ) a bien su reprendre le travail effectué précédemment par Jordy. Je trouve par ailleurs que le clavier a pris plus de place que par le passé (cela se ressent aussi sur l’album). Coté basse, Futa est le total opposé de Cycy. Posé, calme, concentré nous somme loin de l’extravagance du géant. Mais au final cela va plutôt bien à Conscience.
Matt prend le temps de nous parler pour nous conter un peu de l’histoire, comment Aftermath of a Summer Snow a vu le jour grâce à Nicolas Moulard. Tout cela est très intéressant et appréciable.
La sœur de Matt fera son petit tour pour chanter en duo sur «Margueritte Davesnelles». Le set avance vite et on arrive rapidement à l’Act II. On ressent ici un durcissement du ton. «The Army» et surtout l’instru «They Are No Words … For What you Have Done» lorgne vers un Conscience bien plus Heavy. Ce titre est une pure réussite. Dans la setlit (et forcement dans la tracklist) il succède à un autre titre instrumental. Nettement plus doux, il semble toucher Matt au plus profond de lui. La suite envoie du lourd puisque voici le très attendu «Room for One». Composition très efficace et résolument Metal Progressif, comme pourrait le faire … je ne sais pas qui puisque c’est le genre de composition qui prouve une fois de plus que le combo a trouve sa propre voie.

  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
  • ConscienceL'Estival 2014
Conscience1 Conscience2 Conscience3 Conscience4 Conscience5 Conscience6 Conscience7
jquery photo gallery by WOWSlider.com v5.4

La première partie du concert est terminée. Place désormais au rappel. Beaucoup y ont pensé et tous auront raison, Conscience nous a programmé un final chaud bouillant avec son lot de surprise. En effet, le groupe va nous faire une longue prestation composée de reprises de toutes sortes. L’éventail musical est large et mine de rien, les mecs nous présentent leurs influences et ou les titres qui ont marqué leur enfance. Pourquoi ne pas se faire plaisir ? Ca commence par L.T.E, ou j’avoue, je me suis grandement emballé, pensant en effet que Conscience aller le jouer en intégralité. S’en suit Portishead avec son premier tube «Glorybox», Guns N Roses avec «Sweet Child of Mine», Duran Duran avec «The Reflex», puis Muse, Bon Jovi et enfin Iron Maiden avec «Can I Play with Madness» le tout en medley. Le groupe reprendra en intégralité «Mad World» de Tears for Fears à sa sauce forcement. Et à part ça ? Et bien sachez que les postes avaient changé ! Futa était au clavier, Matt le claviériste était à la guitare et enfin Tom avait reprit la basse. Il faut savoir qu’ici sous ce format spécial les membres ont chacun leurs instruments de prédilection.
En bouquet final, c’est Half-Sick of Shadows avec «Through Our Windows» qui débarque pour la plus grande joie des vieux fans comme moi. Putain 10 ans les gars !

Au final, pas déçu de mes retrouvailles avec le groupe. Le public moins nombreux qu’il y a quelques années semble lui aussi convaincu, mission réussie donc pour Conscience.
N’hésitez pas à jeter un œil sur l’interview que nous a donné le groupe pour en savoir plus. Concernant la chronique de Aftermath of a Summer Snow, soyez patient, ça va devrait arriver rapidement.

Merci à Caroline Rose pour sa venue, merci à Valérie et L’Estival pour l’orga et merci à Conscience, vous êtes magiques.

french_metal17

  • Groupe : Compil French Metal
  • Album : L’Ivresse des Profondeurs
  • Sortie : Décembre 2013
  • Label : Autoprod
  • Style : Compil
  • Site Web : www
  • Note : NR

 


 

Quoi, L’honneur des guerriers est déjà paru que je n’ai pas encore parlé de L’ivresse des Profondeur. Faut dire qu’avec la refonte du site, un boulot de plus en plus prenant, de nouvelles activités… C’est pas facile, mais comme le dit l’adage, « mieux vaut tard que jamais ». Et puis, peut-être que cette chronique tardive vous fera prendre conscience que vous avez loupé la 17ème compil de nos confrères ! Une nouvelle fois, je m’excuse en public de ce retard dont je suis la seule fautive.

Les mondanités passées que dire que cette mouture ?

Comme à mon habitude, je vais vous dire que le thrash, le death, le black et les trucs en ‘Core’ ne sont pas ma tasse de thé, mais que l’on trouve ici et là des groupes qui accrochent l’oreille. Il y en a pour tous les gouts, pour toutes les oreilles, de tous les styles. Donc si comme moi vous n’êtes pas fans ce certains styles, sachez que vous trouverez de quoi vous sustenter ! Je ne suis pas là pour démonter tel ou tel groupe, chacun proposant la musique qu’il aime, et nous auditeurs, nous ne pouvons pas accrocher à tout, donc je ne ferais un focus que sur ce qui a attiré mon oreille.

De l’extrême de l’extrême et encore de l’extrême. Non non arrêtez de penser que je suis réfractaire. La preuve j’ai trouvé que musicalement Day Of Rebirth était plutôt sympa. Bomb Scare Crew et son chant en français (ce ne sont pas les seuls ici) m’a interpellé, Silver Dust m’a envoutée. J’adoreeeeeeeeee, c’est tout à fait ce que j’ai envie d’entendre en ce moment, je suis comblée… Deafening Silence plairait certainement à The Keeper, mais j’ai bien apprécié tout comme le mélange des genre de Yrzen : musique classique, metal, choeurs…

Premier Cd, check. Le métal extrême règne en maître ! Que nous réserve le second ?

Mantra et son petit passage jazzy… Day Of Rebirth qui m’a bien plu, notamment lors des phases de chant clair, Scars Of Livia qui mélange les chants et offre un panel musical plutôt large, Bring Me Eternity qui va irriter les oreilles des grosses brutes que vous êtes (joke!!) et que j’ai trouvé bien sympa, Hell Rules Heaven bien sympa sous tous les aspects, et Toumaï que j’ai trouvé très éclectique et qui mérite qu’on y jette une petite oreille.

Une nouvelle fois, French Metal sait régaler nos oreilles et trouver de petits groupes bien sympa. Pour cette compil mon coup de cœur ira à Silver Dust qui a su me titiller les oreilles, et pas qu’un peu. Pete et son équipe font du super boulot. Encore bravo et merci !

 


 

Tracklist :
CD1 
01 – KATAKLYSM – Empire Of Dirt
02 – MERCYLESS – I Vomit This World
03 – OTARGOS – Apex Terror
04 – GORGUTS – An Ocean Of Wisdom
05 – PHAZE I – A Thousand Fingers And Claws
06 – FLESHDOLL – A Feast For The Rats
07 – INHUMATE – I Am The Beast
08 – BOMB SCARE CREW – Scalps
09 – DETORN – The Unloved
10 – SYRINX – Battlefield
11 – KARMA ZERO – Snake
12 – SILVER DUST – Symbol Of My Life
13 – DANCEFLOOR DISASTER – I’m Escape Man
14 – SWORNATION – Bad Loser Rules
15 – SLATSHER – Vorarephila
16 – ARCHITECT OF SETH – Engender Of Confusion
17 – SWODD – Loath
18 – THE BUCCANEER – Blood Red Sky
19 – DEAFENING SILENCE – Of Iron And Fire
20 – YRZEN – Battlecries


CD 2
01 – ERZEBETH DANE – Irradiating Throne
02 – SKEPTIKON – Dark Matter
03 – CARNAGE OF CHILDREN – Napalm
04 – KOPPER8 – Requiem
05 – MANTRA – Call My Name
06 – DAY OF REBIRTH – Take My Hand
07 – SCARS OF LIVIA – All Alone
08 – FARTHEST THEORY – Human Bait
09 – BRING ME ETERNITY – Pride Of A World
10 – FALL OF DARKNESS – Alone’s A Disease
11 – ARISTID WAS A JERK – World And Devices
12 – INFECTIOUS HATE – No More
13 – OVERCHARGER – Today I Die
14 – EIGHTFIST – Like A Lie
15 – GENERAL CLUSTER – Bottled
16 – HELL RULES HEAVEN – Snake
17 – FENRIS – Rêve
18 – MORZIENDA – Morzienda
19 – JENKINS AND THE ELEPHANT RIDERS – Megastodon (Riders Mix)
20 – TOUMAÏ – Sapiens Demens Part II

10168024_605633172862391_5806812805745710643_n

Dans un coin de Bretagne, à Saint Nolff dans le 56, s’est déroulé du 15 au 17 Août le Motocultor, un grand festival qui et pour moi le frère du Hellfest .

J’ai eu la chance d’y participer en tant que bénévole en restauration.

10547675_1458273831110822_6714902335102583670_n         

Quand je suis arrivée sur le site j’ai trouvé que c’était immense, mon premier festival aussi grand. Je découvre un parking  immense, et le camping des bénévoles avec des douches, des tentes et une tente spéciale pour le petit déjeuner.

La deuxième partie du camping est réservé aux visiteurs. C’est un coin immense avec des milliers de tentes et des énergumènes étrange…

Le côté restauration et le bar sont à côté, en face on avait l’endroit où on pouvait acheter nos gobelets à 1 euros et de l’autre nos tickets pour la nourriture et les boissons.

Un ti coin merchandising était aussi présent : tee shirts, robes, pantalons, cds…

IMG_7293254245879 IMG_7213898762384IMG_7279527590915

La meilleure chose pour un fest, c’est d’avoir des toilettes, des douches et de l’électricité, le top de l’organisation quoi !!

Et pour finir deux scènes où les 45 groupes ont pu jouer pendant les 3 jours qu’ont duré le fest, pour le plaisir de nos 17 000 festivaliers présent cette année, soit 5000 de plus que l’an dernier…

3 jours énormissimes… des découvertes de groupes que je ne connaissais pas (Belphegor, Tagada Jones, Testament , Behemoth…), des groupes que je revois comme Dagoba (toujours un plaisir de voir Franky à la fin d’un concert).

L’organisation de ce fest à été vraiment une réussite même si la pluie a été de la partie. Beaucoup de moments de rigolade et de gros concerts jusqu’a 2h du matin. Durant la nuit sous nos tentes , on entendait des festivalier chanter, crier, parler … On se demandait s’ils étaient humains ou arrosés…

Bien sûr ici, tout est à la bonne franquette… aucun souci là dessus. Tout le monde à su garder sa bonne humeur malgré la fatigue .

On à eu droit à des soins de boue pendant les concerts avec les pogos, ou en revenant à la tente (pour rappel la pluie était présente).

IMG_7237570131603IMG_7220693039387

Dagoba à mis le feu et on a eu droit à de bons pogos qui sont toujours aussi impressionnants. Musicalement c’est un groupe qui surprend beaucoup, mais qui est très agréable à l’oreille. Ils décapent grave !!

J’ai eu la chance de rencontrer Epica, un groupe que j’adore et j’ai pu faire dédicacer l’album et voir le concert en entier côté VIP. Un moment inoubliable pour moi durant lequel j’ai pu shooter le groupe.

Un excellent fest avec des festivaliers très respectueux et de bons moments de rigolade avec mes collègues et amis bénévoles de la restauration. On a servi  un Jésus, un pickatchu, un sosie de superman et de Robbie William… rire garanti !

Le Motocultor à été une découverte pour moi, énorme, une ambiance vraiment excellente.

 

IMG_7411518846728        IMG_7349393495490IMG_7361753269371

Je remercie tous les bénévoles qui m’ont accompagnée, ceux qui s’occupaient de la sécurité particulièrement Sand , et les organisateurs. Merci pour ces 3 jours inoubliables. Je n’oublie pas Nabila notre chef en restauration, et notre ami Khermit de France Metal.

Un grand bravo à tous, groupes, orga et bénévoles ! A l’année prochaine !

Conscience-AOASS-digital_album

Magic Fire Music : Messieurs bonjour et merci de nous accorder cette interview alors qu‭’‬un concert inaugural va avoir lieu pour fêter la sortie de votre nouvel album.
Alors première petite question :‭ ‬la précédente interview date de pas mal de temps,‭ ‬donc,‭ ‬Matthieu‭ ‬quoi de neuf au sein du groupe,‭ ‬car je crois que plusieurs Consciencieux sont partis.
Mig: En effet‭ ! ‬L’écriture et l’enregistrement d’Aftermath a été jalonné d’événements dans la vie personnelle des membres du groupe.‭ ‬Après Jordy notre pianiste historique et Tommy qui avait pris la relève pendant un an,‭ ‬c’est Cycy la mascotte et membre le plus ancien de Conscience qui a quitté le groupe après avoir posé la dernière ligne de basse sur l’album,‭ ‬le travail parfaitement accompli‭ ! ‬La relève est assurée par Matthieu Vallé‭ (‬claviers‭) ‬et Futa Okumura‭ (‬basse‭) ‬depuis le début de l’année‭ ‬2014.‭

Magic Fire Music : Le nom du nouvel album à été divulgué il y a un petit moment déjà‭ (‬une partie de cette interview date de‭ ‬2010‭)‬.‭ ‬Comment est né ce projet‭ ?
C’est un concept je crois,‭ ‬en plusieurs pistes.‭ ‬De quoi parle ce disque‭ ? ‬Est-ce que Nicolas Moulard a participé à l’écriture des textes‭ ?
Mig: J’ai depuis toujours harcelé Nicolas notre parolier pour qu’il écrive une histoire sur laquelle nous pourrions composer de la musique.‭ ‬Et la légende veut que la quasi totalité des paroles a été écrite en une nuit,‭ ‬Nicolas nous disant qu’il n’avait finalement besoin que de trouver le thème qui l’inspire.‭ ‬Il s’agit de l’histoire d’un homme qui revient pour la première fois sur les lieux d’un drame qu‭’‬il a vécu‭ ‬30‭ ‬ans plus tôt.‭ ‬Nous avons ensuite composé tout au long de ces années la musique,‭ ‬en essayant de faire en sorte que chaque membre de Conscience,‭ ‬nouveau ou ancien,‭ ‬puisse apporter sa touche.‭
Via Facebook,‭ ‬votre site et via MySpace vous avez diffusez les morceaux au goutte à goutte,‭ ‬dès que le titre sort du studio.‭ ‬Pourquoi ce choix‭ ?
C’était‭ ‬à la fois‭ ‬une manière d’avoir une actualité‭ « ‬studio‭ » ‬alors que l’album grandissait doucement,‭ ‬et un vrai choix de promotion artistique‭ ‬:‭ ‬l’album raconte‭ ‬l‭’‬histoire en‭ ‬2‭ ‬actes et‭ ‬10‭ ‬scènes et il nous est venu l’idée de le dévoiler petit à petit comme une série‭ ! ‬Le buzz qu’il y a pu y avoir autour de la sortie de certains morceaux et correspondait souvent à notre actualité live‭ ! ‬Car,‭ ‬à part en‭ ‬2013‭ ‬où nous avons vraiment voulu nous concentrer sur la dernière ligne droite,‭ ‬nous n’avons jamais cessé de tourner.‭ ‬C’est vraiment sur scène que Conscience a toujours envie d’être‭ !

Magic Fire Music :  Pourquoi avoir prit la décision de jouer en concert l’intégralité de ce nouvel album‭ ?
Conscience: L’envie‭ ‬encore‭ ‬! Nous avons eu l’opportunité d’être la tête d’affiche de la soirée d’ouverture de l’Estival de Saint Germain‭ ‬2014‭ ‬et ils nous ont laissé carte blanche.‭ ‬Finir toute cette belle histoire de création de cet album par sa présentation‭ ‬sur scène coulait de source même si c’est un vrai challenge.‭ ‬Il n’a pas du tout été pensé pour le live notamment dans l’ordre des morceaux qui nécessite d’être en voix tout de suite‭ 😉
Quels sont les commentaires que vous avez reçu à propos des titres déjà en ligne‭ ?
Que du bon même si ça ne doit évidemment pas plaire à tout le monde.‭ ‬D’après Wayne’s World même Led Zep n’est pas universel‭ 😉

Magic Fire Music : Au début‭ (‬en‭ ‬2010‭ ‬donc‭) ‬il était question de ne proposer l‭’‬album qu‭’‬en digital,‭ ‬mais finalement lors du concert,‭ ‬on pourra le trouver en version physique,‭ ‬pourquoi avoir changé d‭’‬avis‭?
Mig: En grande partie parce que notre fan base nous le réclamait mais également parce que toutes les personnes qui ont contribué à la conception de cet album avaient tous envie de garder un peu le bébé‭ !

Magic Fire Music : Le‭ ‬silence médiatique du groupe a-t-il selon toi Matthieu fait diminuer la fan base longuement acquise‭ ?
Mig: En fait à part en‭ ‬2013‭ ‬où il a vraiment été nécessaire de se concentrer sur la stabilisation du line-up et la finalisation de l’album,‭ ‬nous avons toujours continué à tourner ! ‬Et le fait de dévoiler‭ ‬l’album comme une série,‭ ‬épisode par épisode nous a permis de garder le lien.‭ ‬Nous verrons sur les prochaines dates à venir si on nous attend toujours !

Conscience_Promo_web-1

Magic Fire Music : Je vais laisser les petits nouveaux se présenter.
Thomas ici tu es guitariste,‭ ‬mais tu es aussi bassiste dans Evenline,‭ ‬je te laisse en faire la promo.
Thomas : Oui je suis bassiste à la base‭ ;‬­‭)‬,‭ ‬et du coup quand Bertrand Drécourt‭ ‬(Innerchaos,‭ ‬Third Eye‭) ‬avec qui je jouais dans Third Eye nous a annoncé son départ pour‭ ‬la Guadeloupe j’ai recherché un nouveau groupe dans le style Rock US que j’écoute‭ ‬beaucoup.‭ ‬J’ai donc intégré Evenline il y a‭ ‬2‭ ‬ans et entrainé Olive‭ (‬ex batteur de Third Eye‭)‬ dans ce‭ ‬projet.‭ ‬Nous venons de sortir sous le label DOOWEET RECORDS l’album Dear‭ ‬Morpheus qui reçoit d’excellentes critiques.‭ ‬Nous avons ouvert pour Seether dans un forum‭ ‬de Vauréal complet en juin dernier et sommes sur les rangs pour leur prochaine date au‭ ‬bataclan.‭ ‬Nous tournons pas mal en ce moment.‭ ‬Bref que du bonheur avec une période faste‭ ‬musicalement pour les deux groupes dans lesquels je joue.

Magic Fire Music : Comment ça se passe dans Conscience‭ ?
Thomas: Ça se passe bien‭ ;‬­‭) ‬Nous nous connaissions bien avant que j’intègre le groupe,‭ ‬du‭ ‬temps de Time Curve Symmetry.‭ ‬Je savais qu’humainement il n’y aurai aucun souci.‭ ‬La‭ ‬méthode de composition où chacun apporte sa pierre à l’édifice est parfois déroutante et‭ ‬n’est pas des plus rapides mais au final c’est très enrichissant‭ ‬et c’est ce qui fait que ça sonne‭ ‬comme du Conscience.‭ ‬Côté enregistrement ce n’a pas été simple et le concept de sortie au‭ ‬compte goutte et les changements de line up n’ont pas facilité les choses.‭ ‬En‭ ‬4‭ ‬ans j’ai‭ ‬progressé dans ma manière de mixer tant au‭ ‬niveau technique que matériel.‭ ‬Voilà pourquoi‭ ‬nous avons décidé de remixer l’act‭ ‬1‭ ‬avant de sortir l’album complet.‭ ‬Nous avons passé‭ ‬beaucoup d’après midis avec MiG sur ce projet et sommes maintenant pleinement satisfait‭ ‬du résultat.

Magic Fire Music : Futa Okamura,‭ ‬a toi de te présenter.‭ ‬Comment as-tu rencontrer Matthieu,‭ ‬comment as-tu découvert le groupe‭ ?
Futa: J‭’‬ai découvert Conscience grâce a Nico qui est dans le groupe.‭ ‬Nico et moi sommes amis depuis plus de‭ ‬15‭ ‬ans et on jouait dans un groupe de reprise de DreamTheater.‭ ‬Un jour j‭’‬ai eu l‭’‬occasion de jouer avec conscience au divan du monde pour remplacer‭ ‬Cycy.‭ ‬C’était ma toute première scène en tant que bassiste,‭ ‬et c’était un pur plaisir‭ ‬inoubliable‭!

Magic Fire Music : Matthieu Vallé tu n‭’‬y échapperas pas.‭ ‬D‭’‬où viens-tu‭ ?
Matt: Je suis originaire de la région parisienne.‭ ‬J‭’‬ai grandi dans le‭ ‬91‭ ‬à Savigny sur orge et vis‭ ‬maintenant sur Montrouge‭ ‬92.‭ ‬Avant de rejoindre conscience j‭’‬ai fait partie du groupe de‭ ‬metal progressif Time Curve symmetry ou je jouais avec Thomas Jaëgle,‭ ‬durant cette‭ ‬période‭ (‬2001/­2007‭) ‬nous avons fait quelques scène commune avec‭ ‬Conscience et par la‭ ‬même occasion la connaissance‭ ‬des membres du groupe.

Magic Fire Music : Tu remplaces‭ ‬une pièce très importante qu’étais Jordy.‭ ‬Pas trop difficile de reprendre ce poste‭ ?
Matt: Si‭ (‬rires‭)‬.‭ ‬A la base je suis guitariste de formation,‭ ‬j‭’‬ai commencé à apprendre la guitare à‭ ‬l’âge de‭ ‬15‭ ‬ans et pour le piano cela fait à peine‭ ‬3‭ ‬ans.‭ ‬Donc ce n‭’‬est pas un instrument‭ ‬avec lequel je suis encore parfaitement à l‭’‬aise et encore moins quand on me compare à‭ ‬mes prédécesseurs qui avaient,‭ ‬eux un très bon niveau.‭ ‬L‭’‬avantage est que cela m‭’‬oblige à‭ ‬plus de rigueur et à travailler dur pour progresser plus vite.‭ ‬L‭’‬autre avantage qui n‭’‬en est‭ ‬pas un pour moi mais pour MiG c‭’‬est que mon jeu est par définition plus simple et efficace‭ ‬donc je n‭’‬en mets pas partout…‭ ‬car de toute façon je ne peux pas‭ (‬rires‭)!!!!‬ Matthieu et Nico ne sont pas plus durs ou moins‭ ‬durs que les autres à mon égard,‭ ‬tu‭ ‬sais la musique est un art exigeant et encore plus en groupe ou il faut sans cesse se remettre‭ ‬en question et s‭’‬imposer une rigueur de tous les instants pour pouvoir progresser tous‭ ‬ensemble.‭ ‬Mais si je devais te donner une réponse je te dirai que je suis surement le plus‭ ‬dur et le plus critique à mon égard‭ (‬rires‭)

aftermathBeckoned

Magic Fire Music : Matthieu et Nicolas,‭ ‬Cyril et Jordy ont quitté le groupe ces dernières années.‭ ‬Ce n‭’‬est pas trop dur à encaisser,‭ ‬surtout lorsque l‭’‬on se connaît depuis tant d‭’‬année‭ ?

Mig: Très‭ ! ‬On ne va pas le cacher,‭ ‬et ça n’enlève rien aux petits nouveaux,‭ ‬mais chaque départ a été difficile et la question de continuer avec la même envie s’est posée à chaque fois‭ ! ‬Jordy et Cycy nous manquent tout comme VV le premier guitariste du groupe‭ ! ‬Mais notre besoin de live et le fait qu’on aime ce que nous créons sous la bannière Conscience sont des très bons moteurs‭ ! ‬

Magic Fire Music : Comment ça se passe au niveau des compositions‭ ? ‬Aftermath of a Summer Snow avait déjà débuté lorsqu‭’‬ils sont partis.‭ ‬Comment avez-vous envisagé la suite de l‭’‬album‭ ?
Conscience: Une des raisons du temps que nous avons mis à écrire et enregistrer cet album est que nous avons toujours voulu que chaque nouveau membre puisse apporter ses idées et sa touche.‭ ‬Ainsi certains morceaux qui n’étaient pas encore‭ « ‬figés‭ » ‬par l’enregistrement ont été parfois ré-écrits.‭ ‬C’est le cas avec la scène‭ ‬10‭ ‬dont les parties claviers et piano ont été écrites et enregitrées par Matthieu Vallé qui nous a rejoint fin‭ ‬2013.‭ ‬Nous n’oublions pas Tommy qui a pris les claviers pendant un an également et qui a contribué à l’écriture et l’enregistrement de‭ ‬3‭ ‬morceaux.‭ ‬Tous ceux qui sont passés ont apporté au son de Conscience,‭ ‬même si,‭ ‬il est vrai,‭ ‬que l’ambiance générale de Aftermath of a Summer Snow vient des paroles et du thème qui revient sur plusieurs morceaux et qui a été écrit par Cycy.

Magic Fire Music : Vous allez jouer avec Caroline Rose,‭ ‬c‭’‬est une affiche assez surprenante.‭ ‬Tu penses que son public peut adhérer à la musique de Conscience‭ ?
Mig: Une bonne partie oui‭ ! ‬Cela a beau être surprenant,‭ ‬je trouve que nous nous rejoignons sur une idée de la musique de ne pas être contraint par un style,‭ ‬toujours explorer,‭ ‬et faire la part belle à l’émotion‭.

Magic Fire Music : Matthieu,‭ ‬Caroline s‭’‬est fait connaître avec The Voice.‭ ‬C‭’‬est une aventure qui pourrait t’intéresser‭ ?
Mig: Ahahahahhahaha‭ ! ‬Non,‭ ‬je ne saurais pas quel coach choisir.‭

Magic Fire Music : Pour Magic Fire Music à la fin de l‭’‬interview je pose toujours quelques questions un peu décalées,‭ ‬histoire de changer des habituelles questions.‭ ‬Que faites-vous de vos dimanches‭ ?

MiG‭ ‬:‭Des éclats de rire comme dirait Cabrel.
Tom‭ ‬:‭ ‬VTT,‭ ‬Bricolage,‭ ‬Ikea,‭ ‬balades en famille,‭ ‬très rock’n’roll quoi‭ ;‬­‭)
Futa‭ ‬:‭Dormir‭ !
Matt‭ ‬:‭De la musique ou de la musique au choix‭ !

Magic Fire Music : Quels sont les disques que vous écoutez en ce moment‭ ?
MiG‭ ‬:‭ ‬Leprous‭ ‬avec‭ ‬Bilateral, et ‬Sia avec‭ ‬Colour the small one‭
Tom‭ ‬:‭ ‬Killswitch Engage ‬­‭ ‬avec Disarm The Descent,‭ ‬Pop Evil‭ ‬­‭ ‬avec Onyx
Futa:‭Trilok Gurtu
Matt‭ ‬:‭Le dernier A.C.T Circus Pendemonium ‬et Remarcoble de Marco Sfogli.
‭ ‬

Magic Fire Music : Un coup de gueule ou un coup de coeur à passer‭ ?
MiG‭ ‬:‭Coup de coeur‭ ! ‬Blaise Matuidi‭ 😉
Tom‭ ‬:‭ ‬Coup de gueule‭ ! ‬Le Foot‭ ;‬­‭)
Matt‭ ‬:‭ ‬Oui contre les fucking sinusites/angines qui s‭’‬invite chez moi une semaine avant le concert‭ ‬du‭ ‬27‭ ‬sept‭ !!‬!!!

Magic Fire Music : Voilà,‭ ‬je vous laisse le mot de la fin,‭ ‬on se voit le‭ ‬27‭ ‬septembre‭ !

Merci à tous ceux qui nous suivent depuis si longtemps‭ ! ‬Rendez-vous dans une belle salle de concert‭ !

Conscience_live

000paramnesia

  • Groupe : Paramnesia
  • Album : s/t
  • Sortie : 2014
  • Label : Les Acteurs de L’Ombre Productions
  • Style : Black Metal Atmosphérique
  • Site Web : www
  • Note : 17/20

 


 

Suite à leur très bon split avec les Allemands d’ UNRU, Paramnesia revient avec ce premier album toujours sous la bannière Les Acteurs de L’Ombre.

Deux titres de vingt minutes composent cet album, et l’auditeur se verra emporté vers des univers sombres et lugubres au travers de ce black metal progressif et atmosphérique.

C’est sur des airs presque Funeral Doom que démarre le premier morceau avec ces arpèges au tempo très lent, et la force de ces premères notes réside sur l’aspect mélancolique qui définit le black metal proposé par ce combo français.

Le ton étant donné, c’est une déferlante progressive, sombre avec ce chant torturé aux sonorités aiguës comme l’on trouve par exemple sur les premiers Helheim. Le tempo varie au fur et à mesure des ambiances et les riffs de guitares tantôt incisifs, tantôt lourds sont ubéreux en variations.

Ce sont des passages aériens qui savent se fondre sur des parties plus brutes et agressives et l’aspect abyssal du titre n’en ressort que plus intense. La mélancolie se déchaîne, fait planer et accroche. C’est fluide, avec des enchaînements efficaces. La boucle infernale étant bouclée, on revient en fin de titre à une partie similaire à celle du démarrage, à entendre cette atmosphère posée assez funeral doom.

« V » poursuit le méfait avec cette introduction digne de Shining. Ici, le titre s’avère plus hystérique avec ce riff dément que l’on trouve dans la suite plus glaciale et violente. C’est d’ailleurs ce qui ressort de ce titre si l’on compare au précédent : une touche nettement plus brutale.

Cependant, le côté progressif est toujours de mise et nombreuses sont les mélodies épiques dans ce morceau. C’est toujours aussi efficace et l’attention auditive se conserve naturellement.

Les rythmes se durcissent et la voix toujours aussi torturée et déchirante sait approfondir la hargne désespérée de l’art sombre de Paramnesia.

Un excellent passage doom/black permet d’accorder une trêve à l’auditeur appuyant sur le côté empli de déprime du black metal.

On pensera sur certains passages à des combos tels que Leviathan ou encore Lurker Of Chalice.

Le titre, riche, marque une emprise totale sur l’audience et l’on apprécie vraiment l’expérience.

Un très bon premier album nous est proposé et le groupe confirme donc sa qualité déjà présentée sur le split précédent.

Amateurs de black metal qui passe par tous ses états, qu’il appuie sur le côté triste, ou le côté hargneux, je ne saurais que vous conseiller ce premier album progressif de ce groupe qui tient toute ses promesses.

 


Tracklist:

01. IV
02. V

Spread_Your_Venom

  • Groupe : Tetrazepam
  • Album : Spread Your Venom
  • Sortie : 2012
  • Label : Autoproduction
  • Style : Brutal Hardcore Metal
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


Amis de la castagne, du brutal et rageur approchez vous histoire de goûter un peu à la droite de Tetrazepam, combo basé dans le Sud Ouest qui balance un hardcore metal des plus énergiques.

Venez coller vos oreilles sur ce premier EP six titres, sorti il y a deux ans déjà et qui possède un puissant groove qui ravira tout amateur de mosh.

Un savant mélange de hardcore patate et d’un metal (presque death par moment) avec un son bien rodé qui parvient impitoyablement à emmener l’auditeur dans un circle pit violent qui laissera des traces, des bleus et autres contusions.

Des mélodies excellentes et des rythmiques qui varient et des vocaux rageurs n’hésitant pas à varier vers une gutturalité bien confirmée. Le hardcore brutal se déchaîne et propose un groove accrocheur dès « Fortune And Fame ». On pourra penser aux Toulousains de Disphoria pour l’aspect mélodies et flow, ou encore aux ricains de Sworn Enemy.

De vrais titres ‘appels du pit’ en veux tu en voilà. On se prend vingt cinq minutes de coups de poings dans la face comme par exemple sur « Heal Your Injuries » avec des parties lourdes, du tempo qui varie et tend à être plus energique, même si l’énergie ne réside pas forcément dans le tempo mais dans la structure entière du titre.

La pilule de Tetrazepam sera dure à avaler pour tout petit adorateur de lounge music, grand bien leur en fasse. Le titre éponyme « Spread Your Venom » possède aussi son petit lot d’efficacité.Variations rythmiques, gros breaks qui font plaisir et riffs catchy, on sait se faire plaisir chez les sudistes.

On appréciera aussi « Element» affublé de featuring qui en rendent un morceau bien fou et encore plus belliqueux. On se plaît à ressentir ce petit quelque chose à la Madball au cours des titres proposés, sans doute ces passages qui poussent à jumper et foutre des grosses pêches dans le sol. « Element »possède tous ces éléments dopants qui vous feront agir comme tel.

Un EP qui fait plaisir et qui va ravir les habitués du circle pit, les amateurs d’un mélange d’un bon vieux hardcore à l’ancienne et d’un metal thrashcore voire death et autres dérangés du bocal. C’est carré, plaisant et direct, je conseillerais aux amateurs de combos tels qu ‘ Alea Jacta Est, Sworn Enemy etc…


 
Tracklist:
01. Fortune And Fame
02. Uprising Of Masses
03. Element
04. Heal Your Injuries
05. Thoughtless Act
06. Spread Your Venom
  • Groupe : Goon
  • Album : Until The End
  • Sortie : 2014
  • Label : Auto-production
  • Style : Metalcore
  • Site Web : www
  • Note : 16/20

 

Metalcore, France. L’appel des guerriers du nord se fait clairement entendre avec ce maxi 4 titres à la production massive et tout simplement destructive qui nous vient tout droit de Dunkerque. GOON est un groupe qui est sorti des cendres d’un autre groupe (Se7en) dont faisait parti Holy (Batterie), Grod (basse) et Deuck (guitare, qui était le chanteur de Se7en).

Qu’attendre donc de la réminiscence de l’œuf de ce phénix après une carrière bien remplie ? (Entre autres des concerts avec Gojira, Dagoba, Imazighen, Avenged Sevenfold, Psykup, Loudblast, Black Bomb Ä, l’Agony Fest 2010,etc…) Et bien GOON n’est en aucun cas le clone réanimé de son frère, le groupe n’étant pas tombé dans l’erreur (récurrente) de reproduire la même musique et de nous offrir un Metalcore différent et bien tourné !

Que peut-on donc entendre dans ce petit Maxi de 4 titres ?? On a ici affaire à une musique sauvagement burnée avec une batterie bien mise en avant comme il faut, la caisse claire est d’ailleurs ce que j’ai le plus retenu de l’album avec le chant qui est tout simplement une joie à écouter ! (sensibilité du micro oblige) Tant les passages hurlés que les passages clair/parlés qui nous emportent dans le monde de GOON d’une façon cohérente en restant simple tout en n’arrivant pas comme un cheveu sur la soupe, et ça, Romain au poste vocal l’a très bien compris ! Et du blast-beat qui s’enchaîne, et des riffs tranchants d’un autre côté …

Et c’est pas fini ! La basse qui ne s’efface sur aucun titre de l’album, bien au contraire, puisqu’elle aura l’audace d’ouvrir sur deux morceaux, elle ne se fondra pas dans la masse des autres instruments, et ça, c’est que du bonus pour le groupe ! Je ne peux que vous conseiller d’écouter Big Drone pour vous en rendre compte. (le bijou de l’album, sans exagération)

Que pourra-t-on penser de ce Until The End ? J’avouerais qu’à part que du bien, je vois pas que dire d’autre dessus, certes ceux qui ne sont pas fans du genre ne trouveront peut-être pas ce qu’ils cherchent pour vibrer, mais en tout cas, on a affaire ici à un Maxi 4 titres de bonne qualité, que ce soit dans la bonne production massive que dans le son en lui-même. GOON ou alors un groupe qui apparait prometteur sur la scène française. Rendez-vous donc ce week-end au Metal à la Campagne#7 pour en savoir davantage !



Tracklist:
 
01. Colors Of Pain
02. Big Drone
03. Protocol A.D.
04. Shamanic Governance

firebird

  • Groupe : Jackson Firebird
  • Album : Cock Rockin’
  • Sortie : Mars 2014
  • Label : Napalm Records
  • Style : Rock’N Roll Baby !
  • Site Web : www
  • Note : 13/20

 


Aujourd’hui il existe un véritable revival concernant le Rock’N’Roll 70’s. Ce n’est pas pour me déplaire puisque j’avoue bien aimer ce genre de Rock bien burné et toujours efficace. Lorsque l’on écoute l’un de ces disque on se dit fréquemment qu’en live ça doit forcément poutrer. Effectivement c’est toujours le cas, prenez Crucified Barbara ou bien en plus lourd Revoker en concert par exemple.

Pour le cas Jackson Firebird, ça doit sans doute aussi être vrai. Les Australiens n’ont certes pas encore tourné sur le vieux continent mais leur musique laisse espérer du bon show. 

Concernant Cock Rockin’, leur premier album, pas de doute, c’est efficace comme à la bonne époque. Le riff est là et comme avant tout tourne autour de lui. Il en devient même répétitif sur la longueur, mais son efficacité est telle qu’à la limite on s’en fout. Les titres s’enchaînent donc avec des textes très salaces et dont le niveau reste souvent sous la ceinture. Franche rigolade au programme, même au niveau des clips, notamment avec « Cock Rockin' » ou bien encore « Red Hair Honey » le duo ne se prenant pas du tout au sérieux. L’esprit que Nashville Pussy nous ressort à chaque album règne ici en maître.

Dans l’ensemble le disque contient quelques brûlots, notamment le titre éponyme, Rock, épuré et percutant, ou bien encore « Quan Dang » et son chant rappé, où on flirte avec le « Sabotage » de Beastie Boy, delicious !

Mais à la longue (après plusieurs écoutes) on fini par se dire que Cock Rockin’ tourne un peu en rond. A trop vouloir faire du Rock’N’Roll 70’s les Australiens usent trop sur la corde et les clichés finissent par nous arriver dans la gueule. C’était trop beau pour être vrai. 

Il n’empêche que ça reste un disque bien foutu qui donne la pêche. Un disque à écouter souvent, mais pas trop histoire d’éviter l’effet inverse : l’ennuie. 


 

Tracklist:
01. Cock Rockin
02. She Said
03. Rock Solid
04. Quan Dang
05. Red Light
06. Little Missy
07. Can Roll
08. Goin Out Wes.
09. Sweet Eloise
10. Red Hair Honey

status

  • Groupe : Status Quo
  • Album : The Frantic 4’S Final Fling/Live in Dublin
  • Sortie : Mai  2014
  • Label : Verycords
  • Style : Rock
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


 

Petit rappel pour les plus jeunes : le Quo est un groupe de rock’n’roll britannique qui a connu le sommet de sa gloire dans les années 70.

Il a plutôt pas mal résisté au temps, avec un de ses plus gros tubes sorti en 1986  « In The Army Now ».

Aucun groupe ne porte mieux son nom… très peu d’évolution au fil des années dans le son et le rythme musical de ce groupe mythique, reconnaissable dès les premières mesures !

 

Le Quo a repris ses tournées depuis plusieurs années, avec son leader historique Francis Rossi en tête, guitariste solo depuis le début du groupe en 1962…Plus de 50 ans après ses débuts !

 

Que dire de ce disque live composées de reprises historiques, sinon qu’il ravira les fans, ou bien  qu’il fera découvrir aux plus jeunes les racines de la musiques d’aujourd’hui.

Un sticker sur la pochette rappelle que la totalité des places disponibles de la tournée UK 2013 s’est vendue en 8mn !

Avec des musiciens au top, au sommet de leur art, maitrisant leurs instruments comme jamais, l’intérêt de ce double CD est de prouver que l’on peut encore avoir la pêche à 70 ans ! Longue vie au Rock’n’roll et courrez les voir en concert !


 
Tracklist:
01. ‘Junior’s Wailing’
02. ‘Backwater’
03. ‘Just Take Me’
04. ‘Is There a Better Way’
05. ‘Blue Eyed Lady’
06. ‘In My Chair’
07. ‘Little Lady’
08. ‘Most of the Time’
09. ‘Rain’
10. ‘(April) Spring, Summer and Wednesdays’
11. ‘Railroad’
12. ‘Oh Baby’
13. ‘Forty-Five Hundred Times’
14. ‘Gotta Go Home’
15. ‘Big Fat Mama’
16. ‘Down Down’
17. ‘Roadhouse Blues’
18. ‘Caroline’
19. ‘Bye Bye Johnny’