Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
août 2014
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

51ZJsAwVQfL._SX300_

  • Groupe : Yes
  • Album : Heaven and Earth
  • Sortie : Juillet 2014
  • Label : Frontiers Records
  • Style : Rock Progressif
  • Site Web : www
  • Note : 11/20

 


J’avais été enthousiasmé par Fly From Here, un disque de haute tenue, avec un Benoit David en remplacement de Jon Anderson au sein de cette institution qu’est Yes. Benoit est désormais reparti chez Mystery et voici que Jon Davison de Glass Hammer le remplace, pour un mimétisme vocal encore plus flagrant. Donc de ce côté là aucune surprise, Jon Davison est impeccable et ne bouleverse en aucun cas nos habitudes auditives, en revanche Heaven and Earth est un disque en demi-teinte.

Davison semble être venu à la rescousse des papys qui manquent d’inspiration, car s’est impliqué pleinement dans la composition de ce disque. « Believe Again » qui introduit le disque dispose d’une belle mélodie mais manque un peu de fantaisie et Steve Howe semble avoir été bridé. Ses interventions lumineuses se font désormais très discrètes. « The Game » porte la patte Squire et fait référence aux œuvres que ce dernier a écrites avec Sherwood, qui a enregistré le disque, tout comme le bancal « In World Of Our Own », qui contient lui un refrain raté. « The Game » est un titre à la belle mélodie mais qui tourne en rond et qui aurait mérité d’être plus concis. C’est sans doute « Step Beyond » et son gimmick de clavier qui tire son épingle du jeu, sur ce millésime 2014. Ses cassures de rythmes donnent au titre un aspect intéressant et aventureux. Encore une fois Steve Howe semble avoir perdu de sa fougue.

Le disque dans son ensemble fait beaucoup appel aux interventions acoustiques, œuvres de Davison, ces dernières magnifiant cette voix incroyable. Bien souvent, lorsque l’on écoute le disque on semble avoir affaire à une œuvre en solo de Jon Anderson, c’est le cas notamment avec « To Ascend ». Jusqu’ à présent, Alan White se révèle discret lui qui est le cœur rythmique de la machine Yes. C’est Jon Davison qui s’est chargé de composer le titre fleuve « Light of ages » qui vaut pour la performance vocale de ce dernier il y tutoie les anges ! En revanche, le titre ne semble pas avoir de cohérence et paraît être un assemblage d’idées mélodiques mises bout à bout. « Heaven and Earth » manque de la grandiloquence des claviers de Wackeman père et fils car Geoff Downes nous avait habitués à mieux sur le disque précédent, fait, il est vrai, d’idées non utilisées dans les années soixante-dix. Je passerai sur « It Was All We Knew » anecdotique et sans saveur. Mais qu’arrive-t-il donc à Steve Howe« Subway Walls » qui clôt le disque affiche une certaine profondeur mais est dénué de direction cohérente. C’est un titre à tiroirs mais ceux-ci ne sont pas de la même commode.

Heaven and Earth est un disque très moyen pour Yes même si on peut être optimiste quand à la survie du groupe car Jon Davison semble être désormais le moteur de ce mythe, il faudrait cependant que ses camarades de jeux retrouvent un semblant d’inspiration et ne se contente pas d’abuser du copier/ coller.


 Tracklist:
01. « Believe Again »
02. « The Game »
03. « Step Beyond »
04. « To Ascend »
05. « In a World of Our Own »
06. « Light of the Ages »
07. « It Was All We Knew »
08. « Subway Walls »