Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
juillet 2014
L M M J V S D
« Juin   Août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

vintersorg_zps5ccfdbde

  • Groupe : Vintersorg
  • Album : Naturbål
  • Sortie : Juin 2014
  • Label : Napalm Records
  • Style : Metal Extrême et Symphonique
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


 

Les fans de Death et de Metal Progressif attendent toujours avec une certain insistance la sortie d’un nouvel album de Vintersorg. Et à juste titre d’ailleurs car ils sont rarement déçus.
Si lors de ses dernières livraisons Vintersorg avait adouci le tempo en le rendant plus technique et plus Mélodique, avec Naturbal le Norvégien fait machine arrière en renforçant le coté brutal de sa musique, mais aussi en lui conférant plus de symphonisme que jamais.
Volte face ? Oui certainement, mais pas de quoi hurler au scandale, car Vintersorg sait très bien travailler son sujet.

Dès « Ur Aska Och Sot » Vintersorg sort le grand jeu. C’est brutal comme par le passé et le chant scandinave rassure quant à la volonté de Andreas Hedlund  de montrer qu’il en a encore dans le cigare. Le chant clair est toujours de la partie et il est appuyé par un chant féminin discret, mais du plus bel effet signé Helena Sofia Lidman. On s’étonnera de ce coté orchestral pas forcement souvent présent au sein de ce projet, contrairement à d’autres activités du mastermind. A contrario c’est le coté Pagan qui est aux abonnés absents, tout comme le déluge de technicité auquel on avait eu le droit il y a encore peu de temps.
Parmi les projets de Andreas Hedlund Vintersorg a toujours été celui qui regroupait un peu tout. Et ce nouvel album en est la preuve.
Les orchestrations sont de la fête. Je m’imagine bien un album uniquement orchestral de la part de Andreas Hedlund, étant donné les qualités de compositeur du monsieur, je pense que ça pourrait bien le faire ! Qu’en pensez-vous ?
Sur « Rymdens Brinnande öar » Vintersorg tente le diable en mariant passage Death, avec le chant qui va avec, et refrain Pop avec chant féminin de Frida Eurenius. Je trouve ce trio de voix est très efficace. Musicalement ce titre est aussi l’un des plus techniques, avec pas mal de break. On retrouve aussi le coté folk avec une discrète flûte.
Un peu plus loin, Vintersorg trompe son auditoire avec « Urdarmåne », qui pour mieux nous piéger débute par une petite mélodie avec des instruments à corde, puis bascule vers un déluge presque Black Symphonique. A ce titre, on en viendrait à croire que le groupe Norvégien lorgne de plus en plus vers un style d’abord initié chez Borknagard. Coup de chapeau aussi pour le passage instrumental au alentour des 5.35 que l’on croirait tout droit tiré d’un univers proche de Castlevania (un jeu vidéo Ndlr).

Naturbål est un très bon album de plus dans la longue discographie de Andreas Hedlund . Il ne s’est jamais pris les pieds dans le tapis en mélangeant ses projets et si Vintersorg est le plus connu de tous, s’est parce que le Norvégien y prend soin comme à la prunelle de ses yeux. C’est aussi parce que c’est sans aucun doute le plus accessible de tous. Avec Naturbål malheureusement, le public lambda sera sans doute réfractaire à tous ces chants gutturaux.
Selon moi, cela reste un prise de risque qui vaut le coup.


 

Tracklist:
01. Ur Aska Och Sot
02. Överallt Och Ingenstans
03. En Blixt Från Klar Himmel
04. Lågornas Rov
05. Rymdens Brinnande öar
06. Natten Visste Vad Skymningen Såg
07. Elddraken
08. Urdarmåne
09. Själ I Flamma