Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
juillet 2014
L M M J V S D
« Juin   Août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

  • Groupe : Noein
  • Album : Infection – Erasure – Replacement
  • Sortie : 2013
  • Label : Klonosphère
  • Style : Deathmetal
  • Site Web : www
  • Note : 18/20

 

 


Lorsque je chroniquais leur EP The Initial Tale  sorti en 2009, l’introduction me poussait à divaguer et à raconter l’ambiance, une usine crade qui fabrique de l’apocalypse, dans laquelle on prend son poste pour entendre chanter les machines, les robots, nouveaux maîtres d’un monde déshumanisé…brrrr.

Et bien une nouvelle fois, l’introduction met dans le bain. On se croirait dans un film. D’abord le vent qui souffle, plaine désertique, ou vieux New-York en miettes. On s’attend à voir débarquer des morts-vivants. Et *bam* petite guitare au loin, bien perchée, delay et côté épique. Un héros sort de l’usine, au ralenti, c’est un peu l’instant John Woo.

Non franchement ça fout dedans. On retrouve bien le côté concept aux origines de Noein. Et quand les guitares prennent toute leur place, c’est nerveux. Gros son à tous les étages, et rythmiques monstrueuses. On remarque tout de suite le travail opéré par le studio, Deviant Lab. C’est massif.

Le morceau Born To Resist propose quant à lui un feat vraiment sympa avec KK, hurleur de Trepalium. Puis, Infection. Cet album s’intitule Infection-Erasure-Replacement. Ces trois étapes sont trois interludes sur l’album. Comme les étapes qui marquent l’histoire d’un robot humanoïde, ou de l’humanité toute entière. Il est infecté, supprimé, remplacé. Le tout avec des sons très musicaux mais qui dépeignent encore une fois une ambiance quasi cinématographique. La grosse tarte à mosh pit qui clôture l’album s’intitule d’ailleurs The End.

Tout au long de mon écoute, des grosses phases. Sur le son des guitares et le travail de Deviant Lab impressionnant, sur les cris de Jenni, infatigable. Et bien entendu sur la batterie qui réserve de jolis moments de dextérité, à ce titre, et même si le premier opus tartinait déjà grave, on sent un percussionniste qui se décomplexe de plus en plus, et visiblement ne sent plus ses jambes, déshumanisées elles aussi.

En bref, tout se tient mieux que jamais pour Noein. Cet album prend sa place en pleine filiation du premier en propulsant le concept encore plus loin puisqu’il ne s’agit plus d’un EP. Avec la présence de ces interludes immersifs, de cette introduction et du morceau de fin, on entre et on sort d’un nouvel épisode. Plus long, et même plus sombre que le premier.

Acolyte

« C’est un univers qui colle avec la musique qu’on joue, et on a voulu assez vite écrire dessus pour faire un tout cohérent, pas seulement des chansons l’une à la suite de l’autre. On essaie de se forger une identité quoi ! » (Interview MFM 2010)


Tracklist:
01. I-E-R
02 Liars’ Dream
03. Born To Resist
04. Infection
05. The Hand
06. Human Update
07. Erasure
08. D-Mox
09. Destroyed By Fear
10. Will Live
11. Replacement
12. Nick Of Time
13. The End