Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
mai 2014
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives quotidiennes : 14 mai 2014

  • Groupe : Crematory
  • Album : Antiserum
  • Sortie : Février 2014
  • Label : SPV
  • Style : Electro Death Metal
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


 

Crematory, j’aime beaucoup et j’attendais la sortie de Antiserum avec joie. Mais à la première écoute, j’ai vraiment trouvé ce disque mou et pas du tout inspiré. Je n’étais pas loin de faire la chronique dans la foulée et de balancer une note assez dure. Il faut dire que le coté Electro se fait une place de plus en plus grande sur l’ensemble des compositions et, qu’attendant à chaque fois de prendre une grosse claque avec un magnifique single je me précipite.

Je m’étais pourtant déjà fait avoir avec Infinity, album qui avait besoin d’être écouté plusieurs fois pour bien être compris et y découvrir de belles pépites. Ce Antiserum reprend donc ce schéma. J’avais vraiment été déçu, au début uniquement, car maintenant Antiserum s’avère être très pertinent, avec de belles compositions et un véritable travail sur les ambiances.
Alors évidemment on retrouve plus de beats techno que par le passé et cela peu gêner (c’est d’ailleurs mon cas sur quelques titres dont « Back Form the Deat » et « Kommt Näher »), mais de manière générale l’équilibre est ici respecté.

Matthias Hechler et Felix Stass ont su donner a cet Antiserum le potentiel de sonner différemment que ses prédécesseurs, tout en gardant l’essentiel. « If You Believe » par exemple se fait plus Pop que jamais dans le refrain alors que le reste tabasse lourdement sur fond de beats.
Ce qui change aussi, c’est l’apparition de titres plus dansant, comme « Irony of Fate » ou « Inside Your Eyes » avec des mélodies vraiment entraînantes et dignes d’une boite de nuit. Idem pour Virus, titre qui lui ferai un carton lors des Rave-party.

Grosse production, évidemment, gros riffs, belles prestations vocales de Matthias Hechler et Felix Stass, voilà pour les autres faits marquants de Antiserum. Rien de bien nouveau puisqu’à ce niveau, les Teutons ont toujours été sans reproche.
Un bon album, pour entendre le Metal différemment.


 

Tracklist

01. « Apocalyptic Vision »
02. « Until The End »
03. « Shadowmaker »
04. « If You Believe »
05. « Inside Your Eyes »
06. « Kommt Näher »
07. « Irony Of Fate »
08. « Virus »
09. « Back From The Dead »
10. « Welcome »
11. « Antiserum »

nowayout

  • Groupe : A Challenge of Honour
  • Album : No Way Out
  • Sortie : 2008
  • Label : Vrihaspati Recording
  • Style : Ambiant Experimental
  • Site Web : 
  • Note : 6/20

 


 

Il y a des albums auxquels on n’accroche vraiment pas. C’est le cas pour moi et de A Challenge of Honour et de son No Way Out sorti en 2008. 

Pourtant il paraît qu’il faut connaître. Ayé je connais et je ne suis pas convaincue par les Allemands. Peter Savelkoul et Maurice Lahoije nous proposent une musique d’ambiance expérimentale. Je suis encore en train de chercher le côté expérimental, et je ne le trouve nullement (sauf peut-être sur “We Will Reach That Certain Point”, et encore) . Oui on peut dire que nous sommes dans une musique d’ambiance, mais c’est tout. Musique fade et sans saveur de surcroît, ou parfois des voix sans intérêts et fausses viennent se mêler à une musique intimiste et dépouillée du plus mauvais goût. 
Prenons l’exemple de “Thinking About Ernesto” qui ne propose que 2 instruments, sans âmes, et ou la voix d’une femme complètement fausse vient gâcher l’écoute, déjà pas folichonne. Elle tente de tirer sur des tonalités arabisante, mais malheureusement cela ne donne rien, si ce n’est la fuite de l’auditeur. 

Vous l’aurez compris, No Way Out, n’est pas une grande réussite. Sans âme, sans saveur, sans intérêt, cet album ne restera pas dans mes annales. 


 

Tracklist

01. “No Way Out”
02. “Slavery Called Democracy”
03. “Walls Of Jericho”
04. “Fall From Grace”
05. “Nakba”
06. “Thinking About Ernesto”
07. “We Will Reach That Certain Point”
08. “A Last Goodbye”
09. “No Way Out” (Reprise)
10. “City Of Decay”

9 Chambers

  • Groupe : 9 Chambers
  • Album : S/T
  • Sortie : Septembre 2011
  • Label : Ear Music-Edel
  • Style : Hard Rock
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 

Qu’est-ce qui se cache derrière 9 Chambers et sa pochette très franc-maçonnerie ? Et bien tout simplement un supergroupe ! Alors évidemment, l’association de musiciens de renommée amène parfois des désillusions. Je vous rassure ici, ce n’est pas le cas. Ce groupe qui se dévoue totalement au hard rock à grosses guitares et qui incontestablement aime le blues, compte en ses rangs les fines lames que sont Ed Mundell (ex Monster Magnet) et Greg Hampton, qui se charge également du chant, dans un registre entre velours et explosivité, un peu à la Chris Cornell. D’ailleurs le groupe m’évoque assez souvent Audioslave, notamment sur le très efficace « What’s It Gonna Get You ». La formation est complétée par Jorgen Carlsson, échappé de Gov’T Mule, et de l’immenseVinny Appice à la batterie.
Avouez que ce line-up a fort belle allure et que c’est le rock qui va en ressortir grandi. Ce disque fait donc honneur à la guitare flamboyante. Il faut dire que les leads y sont omniprésents et lumineux. C’est ce qui fait la magie de titres tels que « All but Done » et« Majick Numbers » qui n’échappent pourtant pas à des plages évanescentes et planantes avec un tellurisme décapant. « Use u up », lui mise sur des atmosphères et une ligne de basse ronflante. Quant à« Other Side of Time » ce titre est de la dynamite, tout comme le très énervé « Cut –n- Run » ! Quelle ligne de basse mes amis !

9 Chambers n’est donc pas linéaire et s’avère sur la durée assez varié. Au premier abord, ce sont les interventions en soli qui marquent tandis que la rythmique de plomb guide le char. Le feeling flirte à tous les étages. « Life Moves On » a le mérite de vous mettre dans l’ambiance de ce Hard Rock qui doit beaucoup au blues comme le démontre également le très binaire « Bury Yourself ». Immanquablement, le timbre de Greg Hampton rappelle le leader de Soundgarden et les tournures rythmiques et mélodiques de certains phrasés d’Audioslave. Que je regrette ce groupe ! « Can’t Turn your Back »est une superbe hard ballade, tout en puissance, qui n’aurait pas fait tâche sur un disque en solo de JSS. D’ailleurs, le chant de Greg s’en rapproche fortement et dégage une belle émotion appuyée par des guitares toujours aussi solides. « Indeed the Sun » démontre que le quatuor sait aussi composer des tubes qui vous restent dans la tête. Un des titres les plus immédiats de ce premier jet. 9 Chambers fait du Hard Rock tinté de blues et se démarque des sorties actuelles en offrant un disque frais qui met un point d’honneur à n’être guidé que par le feeling. A ne pas manquer pour ceux qui n’ont pas honte de dire qu’ils écoutent du Hard Rock, le vrai, celui des origines.

 


Tracklist

01. « Life Moves On »
02. « Majick Number »
03. « One Thing Missing »
04. « Know Your Enemy »
05. « Whats It Gonna Get U »
06. « All But Done »
07. « Bury Yourself »
08. « Cant Turn Your Back »
09. « Other Side Of Time »
10. « Indeed The Sun »
11. « USE U UP »
12. « Cut-N-Runn »
13. « No Escape »
14. « Darker Side Of Sunshine »