Quoi de neuf ?
Archives
Calendrier
mai 2014
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives mensuelles : mai 2014

  • sub
    • Groupe : Substans
    • Album : Becoming
    • Sortie : 2013
    • Label : Aucun / Autoproduction
    • Style : Death / Thrash
    • Site Web : www
    • Note : 15/20

 

 


 

Amateurs de Death/Thrash, ne soyez pas timides. Approchez, approchez, vous ne serez pas déçus.

Les Rouennais de Substans ici présents se sont formés en 2003 et proposent ce Ep de cinq titres dix ans après leurs premiers pas après déjà deux galettes et quelques changements de line up.

Cinq titres qui se suivent donc en balançant un death thrash très accrocheurs, fruits d’influences aussi bien old que new school.

Accrocheur, le groupe l’est dès le départ des riffs de « Lost In Wasteland » titre bien varié en lui même avec sa puissance thrash dès le départ. Riffs saccadés et ambiance un peu Kreator au départ qui sait donc varier les plans sur des passages un peu plus mid tempo.

Vocalement, le ton rappelle un peu celui d ‘ Oderus Urungus (rip) de Gwar ou même Gorefest (sur certaines intonations de « J.E.R.N.I. » par exemple). En évoquant ces vocaux, il faut savoir qu’ils sont assurés par un bougre déjà passé oar nos pages puisqu’il s’agit du vociférateur de Yuck.

Le Crossover death thrash présenté par le combo fait dans l’efficace. Pour évoquer à nouveau « J.E.R.N.I. » on pourrait penser à un mix entre Accuser et Gojira (sur la partie plus posée). Les amateurs de Gojira se plairont également sur le titre qui suit « Sadistic Love » qui oscille du blast, au saccadé en passant par des passages un peu plus psychédéliques.

Les riffs restent en tête et les gars gèrent bien l’affaire avec ces 5 titres pour nous tarter à coup de double où même nous injecter une sacré touche rock’n’ roll « The Great Escape » s’avère presque dansante et le batteur martèle à foison.

Le début lourd de « We Are »paraît un peu comme le calme massif avant la tempête.

La guitare solo se déchaîne, les mélodies elles sont agressives et presque martiales mais encore hypnotiques sur le passage planant du titre.

Un bien bon EP donc de la part des gaillards qui assurent une maîtrise technique dans ce death/thrash des plus sympathiques et varié qui doit valoir le détour en concert avec de bonnes bières et qui ravira tant les ‘anciens’ que les plus jeunes.


Tracklist:
  1. Lost In Wasteland
  2. J.E.R.N.I.
  3. Sadistic Love
  4. The Great Escape
  5. We Are

  • Groupe : Within Temptation
  • Album : Hydra
  • Sortie : Janvier 2014
  • Label : Sony / BMG
  • Style : Metal Symphonique
  • Site Web : www
  • Note : 19/20

 


 

Nous l’attendions tous ce 6ème album du groupe néerlandais de metal symphonique Within Temptation, sortie le 31 janvier 2014 dans les bacs sous le titre de Hydra.

La pochette à été réalisée par Romano Molenaar (X-men, Batman, The Unforgiving).
A noter que cet album peut se trouver en différentes versions :

– CD simple avec en tracklist :

1 – Let Us Burn
2 – Dangerous feat – Howard Jones
3 – And We Run feat – Xzibit
4 – Paradise (What About Us?) feat – Tarja
5 – Edge Of The World
6 – Silver Moonlight
7 – Covered By Roses
8 – Dog Days
9 – Tell Me Why
10 – Whole World Is Watching feat – Dave Pirner

– 1 édition digitale premium avec des titres en plus :

1 – Let Us Burn
2 – Dangerous feat – Howard Jones
3 – And We Run feat – Xzibit
4 – Paradise (What About Us?) feat – Tarja
5 – Edge Of The World
6 – Silver Moonlight
7 – Covered By Roses
8 – Dog Days
9 – Tell Me Why
10 – Whole World Is Watching feat – Dave Pirner
11 – Radioactive (originally performed by Imagine Dragons) (BONUS TRACK)
12 – Summertime Sadness (originally performed by Lana del Ray) (BONUS TRACK)
13 – Let Her Go (originally performed by Passenger) (BONUS TRACK)
14 – Dirty Dancer (originally performed by Enrique Iglesias) (BONUS TRACK)
15 – And We Run- evolution track (BONUS TRACK)
16 – Silver Moonlight – evolution track (BONUS TRACK)
17 – Covered By Roses – evolution track (BONUS TRACK)
18 – Tell Me Why – evolution track (BONUS TRACK)
19 – Paradise (What About Us?) feat – Tarja – Music Video (exclusive to iTunes premium version) 

– 1 coffret deluxe :

– Disque 1 : 10 chansons
– Disque 2 : 8 chansons bonus tracks
– livret 100 pages avec photos
– Doubles disques version vinyl
– cd version instrumental
-Songbook avec partitions des chansons de l’album
– 1 médiator
Le tout emballée dans une sublime boîte :

Hydra est décliné sous différentes formes, pour le plus grand plaisir des fans du groupe tout comme moi.

Le premier single est déjà connue des fans et du public depuis plusieurs semaines, il s’agit du titre : « Paradise » (What About Us ?), en duo avec la chanteuse talentueuseTarja Turunen (ex Nightwhish).
Par la suite ce sont enchaînés « Dangerous » avec Howard Jones, et plus récemment »Whole World is Watching » avec en duo Dave Pirner en guise de troisième single.
Sans oublier un autre duo avec le Rappeur américain Xzibit. J’ai trouvé ce duo spécial mais génial. Deux styles différent le rap et le métal symphonique… c’est magique.

Cet album est vraiment riche en duo et nouveauté pour cette année 2014 et avec de multiples choix pour les fans : cd ou coffret.

Within Temptation avait prévu cinq dates en France et une grosse tournée mondiale qui a débuté par l’Europe. Au Total 17 concerts sont d’ores et déjà au programme en France, en Allemagne et au Royaume-uni avec en première partie Delain. 
Voici les 5 dates de concerts de Within Temptation en France en 2014 :
avril 2014 – Bikini / Toulouse
24 avril 2014 – Tony Garnier / Lyon
25 avril 2014 – Zénith / Paris
27 avril 2014 – Zénith / Nantes
28 avril 2014 – L’Aéronef / Lille
Bienheureux sont les personnes qui ont pu y participer !

Pour ma part je suis allée à la date du 24 avril 2014 à la Halle Tony Garnier et j’ai pu assister à un concert fabuleux. Le groupe était très excité à l’idée de nous présenter son nouvel opus et de repartir en tournée pour une grosse tournée mondiale.

Un excellent nouvel album qui ravira les fans du groupe !

Retrouvez les photos du concert ici >> La féé Verte


 

Tracklist :
 
01. Let Us Burn
02. Dangerous feat – Howard Jones
03. And We Run feat – Xzibit
04. Paradise (What About Us?) feat – Tarja
05. Edge Of The World
06. Silver Moonlight
07. Covered By Roses
08. Dog Days
09. Tell Me Why
10. Whole World Is Watching feat – Dave Pirner

8uneven2

  • Groupe : 8 Uneven
  • Album : Home [EP]
  • Sortie : Juin 2008
  • Label : Aucun
  • Style : Post-Grunge / Core
  • Site Web : www
  • Note : 16/20

 


 

En Picardie on ne fait pas que des patates, des betteraves sucrières, du maroilles, des haricots ou des ficelles, on fait aussi du Metal. Ce style dont la Médias promotion est aussi assurée par les médias Picards est présent partout dans la région et principalement dans sa capitale, Amiens. C’est justement à Amiens que nous retrouvons 8 Uneven, un groupe fondé en 1997 et qui nous présente ici son second EP intitulé Home.

Le groupe qui a longuement galéré avant de se stabiliser pratique un Metal assez difficile à juger et à discerner. En effet pas facile d’identifier la direction musicale des Amiénois tant elle ratisse large. Tantôt Grunge dans la pure tradition Pearl Jam des débuts, tantôt HxC avec les gueulantes qui vont bien sans oublier des mélodies proches d’un QOTSAsous anabolisant, il n’est pas facile de trouver des repères avec 8 Uneven. C’est sans doute voulu, mais le risque est grand de se manger des râteaux tel un jeune boutonneux de 14 à une boum remplie de clone de Ana Ivanovic, la haine quoi. D’évidence la singularité et la complexité peut aussi bien desservir que ravir des personnes très différentes. Pourtant les gars insistent depuis 10 ans, mais le salut viendra peut-être enfin grâce ce second EP…

…Déconcertant, voir même assez désagréable lors de la première écoute ce disque se trouve être au final original et ouvert d’esprit.
Avec une moyenne de 5 minutes les 6 compositions de 8 Uneven sont de taille idéale pour ne pas faire de votre cerveau une bouillie sans nom. Torturé et barré l’album s’ouvre sur « Mean » au relent coreux mais sans complexe. La production très agréable n’éparpille pas l’auditeur à grands coup de rythmiques surproduites, mais au contraire permet d’apprécier chaque instrument à son meilleur niveau. Sur ce titre on retrouve un peu le style de Metal que les français de Comity avaient cherché à nous faire découvrir avec son album … As Everything is a Tragedy, une sorte de chaos musical inspiré entre autre par Meshuggah. Sur « Opale June » quelques touches de claviers viennent adoucir le ton. Le chant de Sam se fait moins HxC pour laisser s’exprimer le Eddie Vedder qui se cache en lui. Toujours assez sombre les mélodies s’envolent parfois vers la lumière, libérant ainsi la bête et démontre au passage la facilité avec laquelle le combo peut changer de rythme et d’ambiance. Effet garanti sur ce que je pense être le meilleur morceau de l’EP (avec « For You »). « Erase you Now » est ce que l’on pourrait appeler le croisement improbable entre le Grunge et Deftones. Et pourtant cela fonctionne si bien que l’on pourrait en redemander. 8 Uneven nous prouve de façon mathématique cette chose que nos oreilles n’ont pas encore remarqué, Chino Moreno est fan de Grunge !!! Si si, écoutez donc « Erase you Now » pour en être convaincu. 
On appréciera ou pas aussi chez 8 Uneven les petits breaks bien trouvés, qui changent de façon martiale le rythme du titre. C’est le cas pour « 7in », mais aussi pour « For You ». C’est d’ailleurs sur ce dernier que les Amiénois se rapproche le plus d’une consonance avec le combo de Seattle. Gloire aux quelques notes de piano ainsi qu’aux effets de distorsion du son, qui élève le titre au dessus des autres. Concernant « The Great Escape » nos amis Picards se rapprochent étrangement d’un Stoner hypnotique à la QOTSA ou bien d’un Post-Metal agonisant façon Neurosis. C’est du tout bon. 

8 Uneven ne sera sans doute pas le disque de chevet de beaucoup d’entre-vous, je le comprends, mais je trouverai dommage que vous n’y jetiez même pas une oreille, histoire d’être moins con en vous couchant. 
Sachez que personnellement, j’attends désormais un album digne de ce nom parce que 35 minutes, c’est un peu léger !
Et vive la Picardie !


 

Tracklist

01. « Mean »
02. « Opal June »
03. « Erase you Now »
04. « 7in »
05. « For you »
06. « The Great Escape » 

  • Groupe : Crematory
  • Album : Antiserum
  • Sortie : Février 2014
  • Label : SPV
  • Style : Electro Death Metal
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 


 

Crematory, j’aime beaucoup et j’attendais la sortie de Antiserum avec joie. Mais à la première écoute, j’ai vraiment trouvé ce disque mou et pas du tout inspiré. Je n’étais pas loin de faire la chronique dans la foulée et de balancer une note assez dure. Il faut dire que le coté Electro se fait une place de plus en plus grande sur l’ensemble des compositions et, qu’attendant à chaque fois de prendre une grosse claque avec un magnifique single je me précipite.

Je m’étais pourtant déjà fait avoir avec Infinity, album qui avait besoin d’être écouté plusieurs fois pour bien être compris et y découvrir de belles pépites. Ce Antiserum reprend donc ce schéma. J’avais vraiment été déçu, au début uniquement, car maintenant Antiserum s’avère être très pertinent, avec de belles compositions et un véritable travail sur les ambiances.
Alors évidemment on retrouve plus de beats techno que par le passé et cela peu gêner (c’est d’ailleurs mon cas sur quelques titres dont « Back Form the Deat » et « Kommt Näher »), mais de manière générale l’équilibre est ici respecté.

Matthias Hechler et Felix Stass ont su donner a cet Antiserum le potentiel de sonner différemment que ses prédécesseurs, tout en gardant l’essentiel. « If You Believe » par exemple se fait plus Pop que jamais dans le refrain alors que le reste tabasse lourdement sur fond de beats.
Ce qui change aussi, c’est l’apparition de titres plus dansant, comme « Irony of Fate » ou « Inside Your Eyes » avec des mélodies vraiment entraînantes et dignes d’une boite de nuit. Idem pour Virus, titre qui lui ferai un carton lors des Rave-party.

Grosse production, évidemment, gros riffs, belles prestations vocales de Matthias Hechler et Felix Stass, voilà pour les autres faits marquants de Antiserum. Rien de bien nouveau puisqu’à ce niveau, les Teutons ont toujours été sans reproche.
Un bon album, pour entendre le Metal différemment.


 

Tracklist

01. « Apocalyptic Vision »
02. « Until The End »
03. « Shadowmaker »
04. « If You Believe »
05. « Inside Your Eyes »
06. « Kommt Näher »
07. « Irony Of Fate »
08. « Virus »
09. « Back From The Dead »
10. « Welcome »
11. « Antiserum »

nowayout

  • Groupe : A Challenge of Honour
  • Album : No Way Out
  • Sortie : 2008
  • Label : Vrihaspati Recording
  • Style : Ambiant Experimental
  • Site Web : 
  • Note : 6/20

 


 

Il y a des albums auxquels on n’accroche vraiment pas. C’est le cas pour moi et de A Challenge of Honour et de son No Way Out sorti en 2008. 

Pourtant il paraît qu’il faut connaître. Ayé je connais et je ne suis pas convaincue par les Allemands. Peter Savelkoul et Maurice Lahoije nous proposent une musique d’ambiance expérimentale. Je suis encore en train de chercher le côté expérimental, et je ne le trouve nullement (sauf peut-être sur “We Will Reach That Certain Point”, et encore) . Oui on peut dire que nous sommes dans une musique d’ambiance, mais c’est tout. Musique fade et sans saveur de surcroît, ou parfois des voix sans intérêts et fausses viennent se mêler à une musique intimiste et dépouillée du plus mauvais goût. 
Prenons l’exemple de “Thinking About Ernesto” qui ne propose que 2 instruments, sans âmes, et ou la voix d’une femme complètement fausse vient gâcher l’écoute, déjà pas folichonne. Elle tente de tirer sur des tonalités arabisante, mais malheureusement cela ne donne rien, si ce n’est la fuite de l’auditeur. 

Vous l’aurez compris, No Way Out, n’est pas une grande réussite. Sans âme, sans saveur, sans intérêt, cet album ne restera pas dans mes annales. 


 

Tracklist

01. “No Way Out”
02. “Slavery Called Democracy”
03. “Walls Of Jericho”
04. “Fall From Grace”
05. “Nakba”
06. “Thinking About Ernesto”
07. “We Will Reach That Certain Point”
08. “A Last Goodbye”
09. “No Way Out” (Reprise)
10. “City Of Decay”

9 Chambers

  • Groupe : 9 Chambers
  • Album : S/T
  • Sortie : Septembre 2011
  • Label : Ear Music-Edel
  • Style : Hard Rock
  • Site Web : www
  • Note : 15/20

 

Qu’est-ce qui se cache derrière 9 Chambers et sa pochette très franc-maçonnerie ? Et bien tout simplement un supergroupe ! Alors évidemment, l’association de musiciens de renommée amène parfois des désillusions. Je vous rassure ici, ce n’est pas le cas. Ce groupe qui se dévoue totalement au hard rock à grosses guitares et qui incontestablement aime le blues, compte en ses rangs les fines lames que sont Ed Mundell (ex Monster Magnet) et Greg Hampton, qui se charge également du chant, dans un registre entre velours et explosivité, un peu à la Chris Cornell. D’ailleurs le groupe m’évoque assez souvent Audioslave, notamment sur le très efficace « What’s It Gonna Get You ». La formation est complétée par Jorgen Carlsson, échappé de Gov’T Mule, et de l’immenseVinny Appice à la batterie.
Avouez que ce line-up a fort belle allure et que c’est le rock qui va en ressortir grandi. Ce disque fait donc honneur à la guitare flamboyante. Il faut dire que les leads y sont omniprésents et lumineux. C’est ce qui fait la magie de titres tels que « All but Done » et« Majick Numbers » qui n’échappent pourtant pas à des plages évanescentes et planantes avec un tellurisme décapant. « Use u up », lui mise sur des atmosphères et une ligne de basse ronflante. Quant à« Other Side of Time » ce titre est de la dynamite, tout comme le très énervé « Cut –n- Run » ! Quelle ligne de basse mes amis !

9 Chambers n’est donc pas linéaire et s’avère sur la durée assez varié. Au premier abord, ce sont les interventions en soli qui marquent tandis que la rythmique de plomb guide le char. Le feeling flirte à tous les étages. « Life Moves On » a le mérite de vous mettre dans l’ambiance de ce Hard Rock qui doit beaucoup au blues comme le démontre également le très binaire « Bury Yourself ». Immanquablement, le timbre de Greg Hampton rappelle le leader de Soundgarden et les tournures rythmiques et mélodiques de certains phrasés d’Audioslave. Que je regrette ce groupe ! « Can’t Turn your Back »est une superbe hard ballade, tout en puissance, qui n’aurait pas fait tâche sur un disque en solo de JSS. D’ailleurs, le chant de Greg s’en rapproche fortement et dégage une belle émotion appuyée par des guitares toujours aussi solides. « Indeed the Sun » démontre que le quatuor sait aussi composer des tubes qui vous restent dans la tête. Un des titres les plus immédiats de ce premier jet. 9 Chambers fait du Hard Rock tinté de blues et se démarque des sorties actuelles en offrant un disque frais qui met un point d’honneur à n’être guidé que par le feeling. A ne pas manquer pour ceux qui n’ont pas honte de dire qu’ils écoutent du Hard Rock, le vrai, celui des origines.

 


Tracklist

01. « Life Moves On »
02. « Majick Number »
03. « One Thing Missing »
04. « Know Your Enemy »
05. « Whats It Gonna Get U »
06. « All But Done »
07. « Bury Yourself »
08. « Cant Turn Your Back »
09. « Other Side Of Time »
10. « Indeed The Sun »
11. « USE U UP »
12. « Cut-N-Runn »
13. « No Escape »
14. « Darker Side Of Sunshine »

Malgré un report de date (le concert était prévu au mois de janvier), l’Aéronef était plein à craquer pour l’étape lilloise du *Hydra World Tour*. A 20 heures pétantes les lumières s’éteignent et les hollandais de Delain entament la première partie du show. Le groupe propose un set très maîtrisé qui s’attarde sur les deux derniers albums tout en incluant les standards du groupe (<i<« The Gathering », « Sleepwalkers Dream », « Go Away »). Assez étonnamment, seuls deux titres (« Stardust » et « Army of Dolls ») du dernier album sont joués ce qui ne permet pas de se faire une idée précise du rendu live de Human Contradiction. Quoiqu’il en soit le public réagit très bien à cette première partie vraiment très pro et énergique et la température dans la salle monte très rapidement. Au bout d’une grosse demie-heure, Charlotte entame le classique « We Are the Others » qui terminera la première partie et remercie le public.
### Set-list Delain

1. Go Away
2. Get the Devil out of Me
3. Army of Dolls
4. Stardust
5. Electricity
6. Sleepwalkers Dream
7. The Gathering
8. Not Enough
9. We Are the Others

Une fois que Delain a quitté la scène, un grand voile blanc orné du logo d’Hydra est déployé pendant que les techniciens s’activent. Le voile tombe au début du concert dévoilant une scène imposante sur deux étages avec écran géant sur toute la longueur qui diffusera des vidéos pendant la totalité du concert. Le groupe attaque très fort avec deux titres du dernier album : « Let Us Burn » et « Paradise » (i.e. le featuring avec Tarja) et alterne ensuite morceaux des albums précédents (de Silent Force à The Unforgiving) avec des titres d’Hydra. Le son est très bon, la voix de Sharon parfaitement posée sur les titres et le groupe enchaîne à la perfection les différents titres. Le groupe joue énormément avec la scène immense à leur disposition (alternance avant-scène / arrière scène, utilisation de plate-formes sur-élevées…) et le mur d’images ainsi que les éclairages très travaillés font du concert un show musical ET visuel. En particulier, une petit interlude vidéo à mi-parcours sera diffusé le temps que le groupe souffle un peu. Passé cette pause, le concert reprend de façon un peu plus intimiste où Sharonmultipliera les interactions avec le public en dédiant notamment une reprise très réussie de « Summertime Sadness » de Lana Del Rey à une spectatrice qui a assisté à 17 concerts du *Hydra World Tour*. Au final une bonne moitié des titres d’Hydra seront joués et notamment « And We Run » avec Xzibit et « Dangerous » avec Howard Jones (deKillswitch Engage). Logiquement le set se termine sur le fameux « Ice Queen » et le groupe passera de longues minutes à saluer le public qui aura été très actif pendant le show. Avant de quitter la scène, le public sera mis à contribution pour le futur DVD/BR de la tournée… pas question de tout dévoiler ici mais un seul indice: Joie de Vivre.

En conclusion, un excellent concert avec un set super efficace de près de deux heures, parfaitement maîtrisé de bout en bout et une ambiance vraiment chaleureuse qui font de la soirée un événement particulièrement réussi.

### Set-list Within Temptation

1. Let Us Burn
2. Paradise (What About Us ?)
3. Faster
4. Iron
5. Angels
6. Edge of the World
7. In the Middle of the Night
8. Dangerous
9. And We Run
10. See Who I Am
11. Stand My Ground
12. The Cross
13. Covered By Roses
14. Mother Earth
15. What Have You Done
16. Summertime Sadness
17. Sinéad
18. Ice Queen

 

Mai 2014

Edito IV An VIII

L’âne le roi et moi
Nous serons morts demain
L’âne de faim
Le roi d’ennui
Et moi d’amour

Un doigt de craie
Sur l’ardoise des jours
Trace nos noms
Et le vent dans les peupliers
Nous nomme
Âne Roi Homme
Soleil de Chiffon noir
Déjà nos noms sont effacés
Eau fraîche des Herbages
Sable des Sabliers
Rose du Rosier rouge
Chemin des Ecoliers

L’âne le roi et moi
Nous serons morts demain
L’âne de faim
Le roi d’ennui
Et moi d’amour
Au mois de mai

La vie est une cerise
La mort est un noyau
L’amour un cerisier.

Jacques PRÉVERT
Recueil : « Histoires et d’autres histoires »